Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Quand les chiffres parlent : Résumé de la série Canadiens-Lightning

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Un rapide aperçu de la victoire des Canadiens en première ronde face au Lightning de Tampa Bay d’un point de vue statistique.


La dernière fois, nous avions prédit de grandes choses de la part de Lars Eller, Brian Gionta et Daniel Brière; trois joueurs qui ont joué des rôles importants dans les succès de l’équipe au cours de la dernière semaine. Eller est le meilleur pointeur de l’équipe avec une récolte de cinq points en quatre matchs, Gionta a démontré son efficacité dans les deux sens de la patinoire en disputant une moyenne de 18 minutes par partie et Brière a été la bougie d’allumage pour le Tricolore dans quelques matchs très serrés. Maintenant, jetons un œil approfondi sur le travail exemplaire de quelques-uns de leurs coéquipiers.

Le marqueur

Il y avait quelque chose d’historique derrière la production de Rene Bourque en première ronde face à Tampa Bay. Malgré certaines apparitions sur la glace en avantage numérique, l’ailier gauche a mené son équipe au chapitre des chances de marquer générées, présentant une moyenne d’un peu plus de cinq lancers par match en quatre rencontres. Il a aussi égalisé un record du Tricolore établi par Richard Zednik en 2002. Le Slovaque connaissait des séries éliminatoires du tonnerre (huit points et 22 lancers) avant d’être contraint à l’inactivité suite à u coup de Kyle McLaren lors du match numéro quatre face aux Bruins de Boston en première ronde.


De plus, à l’âge de 32 ans, Bourque est devenu le plus vieil attaquant dans l’histoire de la Ligue à atteindre le filet aussi fréquemment durant une série. Les seuls autres attaquants de l’ère moderne de la LNH à l’avoir fait alors qu’ils étaient âgés de plus de 30 ans sont Marian Hossa (2014, 5,25 LPM), Brian Rolston (2008, 5,17 LPM), Mike Gartner (1992, 5,08 LPM) et l’actuel coéquipier de Bourque, Brian Gionta (2011, 5,00 LPM).

Les rapides


Tôt dans le premier match de la série, Nikita Kucherov du Lightning a ouvert la marque en inscrivant son premier but en carrière en séries, plaçant le Tricolore dans une situation précaire rapidement. Toutefois, cette avance n’a duré que 19 secondes avant que Tomas Plekanec ne ramène les deux équipes à la case départ. Tampa a de nouveau repris l’avance brièvement en deuxième période grâce à Steven Stamkos, mais ce fut la dernière fois dans toute la série que Montréal eut concédé l’avance. La troupe de Jon Cooper a été dans le siège du conducteur durant un total de trois minutes et 34 secondes, dans le premier match uniquement.

En 2013-2014, les Canadiens ont présenté un excellent dossier lorsqu’ils prenaient les devants. En saison régulière, l’équipe a compilé un dossier de 35-0-3 lorsqu’elle avait l’avance après deux périodes, remportant 82 % de ses rencontres après avoir inscrit le premier but.

Défendre le fort

Malgré une moyenne de 15 minutes de temps de jeu par match à eux deux, le duo de Francis Bouillon et Mike Weaver a exécuté de la solide besogne face à Tampa Bay. Cette combinaison efficace a utilisé sa robustesse et son coup de patin pour relancer le jeu sur la patinoire, en plus de donner à Michel Therrien l’opportunité d’offrir à ses deux premières paires un repos bien mérité lorsque c’était nécessaire.

Weaver et Bouillon ont non seulement été sur la glace pour un seul but seulement de Tampa Bay à égalité numérique durant toute la série, mais ils ont également réussi à être présents pour six buts de Montréal durant cette même période. De son côté, Jon Cooper a utilisé sept défenseurs au cours des quatre rencontres, ses trois derniers défenseurs, Sami Salo, Mark Barberio et Andrej Sustr, n’ont pas réussi à générer d’occasions de marquer, tout en présentant un différentiel combiné de moins-7.



Jack Han écrit pour canadiens.com. Traduit par Hugo Fontaine.


À LIRE AUSSI
Quand les chiffres parlent : Les armes secrètes
Quand les chiffres parlent: La balance

Quand les chiffres parlent: Vanek le buteur

Quand les chiffres parlent: 30, le nouveau 50?

En voir plus