Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Quand les chiffres parlent : Comprendre Desharnais

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Du premier trio à la galerie de presse au premier trio, David Desharnais a eu une saison bien remplie. Même s’il n’a pas été repêché et qu’il a joué dans cinq ligues différentes depuis l’âge de 18 ans, Desharnais fait partie des joueurs les plus constants de sa génération.


Une tendance inhabituelle

Récemment choisi pour représenter les Canadiens pour le trophée Bill-Masterton, l’attaquant originaire de Laurier-Station a fait taire bien des critiques depuis qu’il s’est joint aux Canadiens sur une base permanente en 2010. Après avoir amorcé la saison avec un maigre point en 17 rencontres, Desharnais a remis le train sur les rails ayant accumulé, en date du 3 avril 2014, 49 points en 74 matchs. Se faisant, l’attaquant s’approche dangereusement de la possibilité de poursuivre sur une lancée personnelle. En effet, à l’exception de la saison écourtée de 2012-2013, il n’a jamais terminé une saison en deçà de la barre des 50 points, et ce, depuis ses années dans le hockey junior il y a une dizaine d’années de cela. Menace constante, Desharnais a présenté une moyenne de plus d’un point par match dans les ligues mineures, avant de présenter une moyenne plus que respectable de 0,63 dans la LNH.

Ligue

Saisons

MJ

Points

PPM

LHJMQ

2003-07

262

374

1.43

ECHL

2007-08

68

106

1.56

LAH

2008-11

183

184

1.01

LNH

2009-14

252

160

0.63

Suisse

2012

16

16

1.00



En quête de comparables

Il y a présentement 25 joueurs de centre âgés de 26 à 28 ans dans la LNH qui ont disputé au moins 200 matchs dans la LNH depuis le début de la saison 2010-2011. Sur une base de points par match, six joueurs ouvrent la marche : Evgeni Malkin (1,20 PPM), Nicklas Backstrom (0,95), Anze Kopitar (0,91), David Krejci (0,80), Patrice Bergeron (0,75) et Mike Richards (0,70). Tous ont été mis sous les feux de la rampe par des dépisteurs professionnels. À l’exception de Krejci et Bergeron, repêchés en deuxième ronde, tous les autres sont des choix de premier tour.

Septième sur la liste, on retrouve David Desharnais qui terminé sa carrière dans les rangs juniors sans avoir reçu d’offre, que ce soit dans la LNH ou l’AHL. Après une saison extraordinaire dans l’ECHL avec les Cyclones de Cincinnati, où il a remporté le titre de recrue de l’année, de joueur par excellence et le championnat des marqueurs en plus de mettre la main sur la coupe Kelly, il a fait le saut chez les Bulldogs. Il a ensuite trôné au sommet de l’offensive de Hamilton. En 2009-2010 il a fait un essai de six matchs avec les Canadiens, mais s’est joint pour de bon à l’équipe la saison suivante, après son 24e anniversaire.

Parmi les joueurs de son âge, une progression aussi fulgurante d’espoir à centre de premier trio est inégalée. Dans la liste de 25 joueurs mentionnée plus haut, seulement cinq joueurs sont restés dans la LNH après avoir amorcé leur carrière dans la LNH à 23 ans : Tyler Bozak, Mathieu Perreault, Colin Greening, Tom Pyatt et Andrew Desjardins. La seule autre menace offensive de premier trio dans ce groupe est Bozak, un ancien de l’université de Denver qui s’est entendu avec Toronto en 2009. Lui également n’a pas été repêché et a amassé 0,60 point par match depuis 2010, jouant aux côtés de Phil Kessel.

Jack Han écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

À LIRE AUSSI
Quand les chiffres parlent: La balance
Quand les chiffres parlent: Vanek le buteur

Quand les chiffres parlent: 30, le nouveau 50?
Quand les chiffres parlent: Contre toute attente

En voir plus