Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Preuves à l'appui

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Il était une fois un jeune attaquant tchèque qui rêvait de jouer dans la LNH. Son nom, Jiri Sekac.


 
Partisan 1: Jiri Sekac a fait 14,5 au test Léger-Boucher, tu sais, le test beep?
Partisan 2: Ça ne veut rien dire, il a encore tout à prouver sur la glace…
Partisan 1: Laisse-lui un peu de temps, ça va venir.

Le deuxième partisan avait totalement raison et il faut croire que l’attaquant tchèque l’avait entendu puisqu’il a décidé d’enfiler ses bottes de travail et montrer ce qu’il sait faire avec des patins dans les pieds.

Affrontant les Bruins pour son premier match, aussi préparatoire soit-il, dans la LNH, Sekac a démontré une aisance impressionnante, flanqué de Tomas Plekanec et Jacob De La Rose. C’est d’ailleurs pour cette raison que Michel Therrien n’a pas hésité à l’envoyer dans la mêlée la plupart du temps, le voyant notamment marquer le premier but des siens en fin de première période. Avec un temps de jeu de 19 :10, Sekac a été l’attaquant le plus utilisé au cours de la rencontre, toutes équipes confondues.

«Il fait beaucoup de bonnes choses. Il est excellent en possession de rondelle. C’est un jeune homme qui travaille très fort et qui est en excellente condition physique. On aime la façon dont il ‘’compétitionne’’. Il y a beaucoup de bonnes choses qui ressortent de sa façon de jouer », a souligné le pilote des Canadiens qui n’a pas hésité avant d’affirmer que l’attaquant allait sans équivoque disputer d’autres matchs préparatoires. «C’est un joueur rapide et talentueux. On va lui donner la chance de démontrer ce qu’il sait faire dans la LNH et on prendra une décision à son sujet lorsque le temps sera venu. »

Pour Sekac, la rencontre de mardi soir marquait sa première «vraie» en territoire nord-américain. Et il n’a pas semblé être trop dépaysé.

«J’ai vraiment apprécié le match. J’ai finalement embrassé pleinement le style de jeu nord-américain. Je m’habitue aux mises en échec et au jeu un peu plus physique d’ici», a souligné celui qui a vu son équipe décerner 30 mises en échec au cours de la soirée.

N’ayant pas eu l’occasion de toucher le fond du filet au cours des rencontres intraéquipes, ni même d’enregistrer un seul point, le but marqué par l’attaquant de 22 ans a eu tout un effet sur son niveau de confiance.

«De marquer m’a apporté de la confiance parce que ça faisait un moment que je n’avais pas trouvé le fond du filet. Il y a eu une grande différence entre ma façon de jouer avant et après avoir marqué », a mentionné celui qui est originaire de Kladno, tout comme Tomas Plekanec. «Nous avons une belle chimie. Et c’est meilleur de jour en jour. »

Le fait d’avoir évolué avec des hommes dans la KHL n’est pas étranger non plus à la façon dont Sekac tire son épingle du jeu au camp d’entraînement.

«Ce n’était pas bien différent de la finale dans la KHL, surtout que nous jouions sur des surfaces similaires. Tous les matchs à domicile se disputaient sur des patinoires de format nord-américain», s’est souvenu celui qui a atteint la finale de la coupe Gagarine en 2013-2014. «Tout le monde était confiant, tout le monde travaillait pour l’équipe alors sur cet aspect, il n’y avait pas une grande différence entre la KHL et ce match. »

Partisan 1: Puis, qu’est-ce que tu penses de Sekac maintenant?
Partisan 2 : On verra, ce n’est que le camp d’entraînement et le calendrier préparatoire…
Partisan 1: Laisse-lui un peu de temps, ça va venir.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

SEE ALSO
Le jeu des chiffres - 23 septembre 2014 
Faits saillants: Canadiens vs Bruins
Commentaires d'après-match
Entrée remarquée 
Vincent Riendeau nommé directeur général adjoint des Bulldogs de Hamilton 

En voir plus