Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Prêt à se relever les manches

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Brian Flynn souhaite cimenter sa place chez le Tricolore en 2015-2016, tout en noircissant plus régulièrement la feuille de pointage au passage.

Après avoir passé la majorité de son été à s’entraîner chez lui dans le Massachussetts, l’ailier de 27 ans espère plus que tout amorcer la nouvelle saison du bon pied en débutant le camp d’entraînement en force et voir ses efforts être récompensés dès le départ.

« Je sens que j’ai connu la meilleure saison morte de ma carrière au niveau de la puissance. Je me sens fort sur la glace et avec la rondelle. Je ne me suis jamais senti aussi fort auparavant, j’ai donc très hâte que ça commence. Actuellement, je pèse environ 185 livres, j’ai donc gagné cinq ou six livres de muscles. C’était la chose la plus importante que j’avais à faire avant de revenir ici », partage Flynn, qui habite le quartier sud-est de Boston durant l’été et s’entraîne en compagnie du réputé préparateur physique Mike Boyle à Woburn. « Je m’entraîne avec Mike depuis l’âge de 13 ans. Il possède quelques gymnases. Je m’entraîne à Woburn jusqu’au mois d’août avant de continuer ma préparation sur la glace à l’Université de Boston. [Les anciens de la LNH] Mike Grier et Jay Pandolfo sont en charge des entraînements sur glace. Il y a environ 30 gars là-bas, dont plusieurs joueurs des Bruins avec des familles qui arrivent en ville plus tôt pour être prêts pour la saison. »

Acquis à la date limite des transactions en mars dernier, Flynn a paraphé une entente de deux ans avec les Canadiens le 30 juin. Malgré la sécurité d’emploi qui vient avec ce contrat de quelques saisons, l’ancienne vedette de l’Université du Maine ne prend pas sa place pour acquise à une semaine de l’ouverture du camp d’entraînement. Surtout avec plusieurs jeunes loups espérant brouiller les cartes à l’attaque.

« Je ne me suis jamais senti aussi prêt avant le début d’une campagne, mais le camp d’entraînement sera ardu. Il y a beaucoup de bons jeunes joueurs, beaucoup d’attaquants qui sont surtout des droitiers. Mais c’est ça la LNH. Il faut s’y attendre. Rien ne vous est donné. Vous devez vous présenter et mériter les récompenses. C’est ce que j’entends faire », mentionne Flynn, qui a été blanchi en neuf parties en saison régulière avec les Canadiens en 2014-2015, mais qui s’est repris en inscrivant un but et trois points en six rencontres éliminatoires lors de ses toutes premières séries en carrière. « Je sens vraiment que je peux contribuer davantage que l’an dernier, surtout au niveau offensif. »

Selon Flynn, générer de l’offensive vient avec le fait de se sentir confiant et à l’aise dans son environnement. Cela prend du temps, ce qui est quelque chose que le numéro 32 des Canadiens n’a pas vraiment eu après avoir été échangé par les Sabres de Buffalo il y a six mois, en toute fin de calendrier régulier.

« L’an dernier en fin de saison, je jouais prudemment. Vous ne voulez pas être le gars qui [commet une erreur] et fait perdre le match. Je me sentais un peu comme ça. Souvent je n’étais pas à l’aise avec la façon que je jouais. Je suis beaucoup plus confiant maintenant. J’ai très hâte au camp et d’être là dès le début plutôt que d’être jeté [dans une toute nouvelle situation]. Ce sera une année importante pour moi. Ce sera le genre de saison où je devrai faire un pas vers l’avant et ne pas faire du sur-place », explique Flynn, qui a récolté cinq buts et 17 points en 54 parties à Buffalo avant de se joindre à la troupe de Michel Therrien. « La confiance est très importante. Avec ce nouveau départ, vous vous sentez bien suite à ce que vous avez fait durant l’été. Je sens que je suis dans la meilleure forme de ma vie. Lorsque vous vous sentez bien et que vous êtes confiant, vous jouez toujours mieux. »

Faire le grand saut durant l’été a peut-être également quelque chose à voir avec la vision positive de Flynn à l’approche de sa quatrième saison dans la LNH. Le 27 juin, Flynn s’est marié avec sa copine de longue date, Alyssa, à New Port, dans le Rhode Island, seulement trois jours avant de prolonger son séjour avec les Canadiens.

« Même si nous étions fiancés depuis environ 15 mois, c’est passé tellement vite. Tout le monde le disait, mais vous n’y pensez pas. Tout d’un coup, ça revient. C’était bien d’officialiser le tout et de célébrer avec nos familles et nos amis. Ils sont une si grosse partie de nos vies et de ma carrière au hockey. De les avoir tous réunis au même endroit était incroyable », souligne Flynn, qui comptait parmi ses invités ses anciens coéquipiers à Buffalo Drew Stafford, Zemgus Girgensons et Mark Pysyk. « Ensuite, j’ai signé mon contrat lors de la deuxième journée de notre voyage de noces. Je l’ai imprimé à l’hôtel, je l’ai signé et je l’ai faxé. Se marier et signer un contrat en l’espace de quatre jours a rendu mon été mémorable. »

Et alors que la saison morte tire à sa fin, les Flynn ne pouvaient pas être plus heureux de revenir dans leur nouveau domicile au hockey pour ce qui s’annonce être une année excitante.

« Nous avons un très bon groupe de gars. Au cours des dernières années, ils ont fait de grandes choses; en atteignant la deuxième ronde l’an dernier et la finale d’association l’année avant ça. Je crois que nous sommes presque là. Nous comptons sur le meilleur gardien au monde et nous sommes dans une culture gagnante. C’était assez évident dès mon arrivée ici. J’étais honnête à 100 % lorsque j’affirmais vouloir revenir à Montréal », conclut Flynn. « Autant du côté de la ville que des partisans, je ne crois pas qu’il existe de meilleur endroit où jouer. Nous sommes très heureux d’avoir cette opportunité. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

VOIR AUSSI
Une machine bien huilée
Fucale n’est pas affecté par la situation des Canadiens devant le filet
Le bon temps
CH à cœur : Antonio Park    

En voir plus