Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Près de ses racines

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Si la carrière de Marc Bergevin l’a mené à bien des endroits, Pointe-Saint-Charles sera toujours la maison du DG.

Lundi, le directeur général des Canadiens a voulu redonner à la communauté dans laquelle il a grandi et où il habite encore en s’associant avec l’organisme Partageons l’espoir à titre d’ambassadeur, célébrant de belle manière le 25e anniversaire de l’organisation.

Partageons l’espoir est un groupe visant à combattre la faim et la pauvreté, en offrant des programmes aidant à développer la jeunesse, l’éducation et l’emploi afin que les jeunes citoyens de Pointe-Saint-Charles puissent poursuivre leurs rêves et atteindre leurs buts.

« Quand ils m’ont ramené à Pointe-Saint-Charles, dans mon patelin, et que nous avons visité l’église sur la rue de la Fortune, ça m’a beaucoup touché », a affirmé Bergevin lors de la période de questions. « J’ai vu les repas qu’ils servaient. Tout ce que je voyais me rappelait mon enfance, mes expériences quand j’étais jeune. Je m’en souviens très bien. Je me souviens même des noms des enfants qui venaient me voir quand j’allais à Vanier, qui me demandait ma collation parce qu’ils n’avaient rien mangé. Ça me faisait beaucoup de peine. »

Dans une vidéo présentée lors du point de presse, on peut observer un jeune Marc Bergevin sur une patinoire extérieure, rêvant à la LNH. On voit ensuite le DG des Canadiens, aujourd’hui, prendre sa place et souligner l’importance de découvrir sa passion et de réaliser ses rêves en suivant nos objectifs. Après la présentation de la vidéo, le DG des Canadiens a confié qu’il s’agissait en fait de la même patinoire sur laquelle il jouait au hockey lorsqu’il était jeune.

« Ça me touche de très près. C’est près de mes racines. C’est là où j’ai grandi. C’est de là où je viens », a souligné Bergevin. « La première journée où nous avons filmé, c’était au même parc où je jouais au hockey à l’extérieur. Ma mère m’amenait là pour que je joue. Le premier match de hockey que j’ai joué, c’était à l’aréna Pointe-Saint-Charles. Tout ce que j’ai aujourd’hui, c’est grâce à l’endroit d’où je viens. Le hockey m’a amené tout ce que j’ai, donc c’est bien de pouvoir redonner à ma communauté, de guider les jeunes. Aucun enfant ne devrait retourner à la maison le ventre vide. Quand j’ai été aux bureaux de Partageons l’espoir sur la rue de la Fortune, ça m’a beaucoup touché. Ça te rend humble et te fait apprécier tout ce que tu as. »

Ben et Roberto, qui ont eux-mêmes participé au programme de Partageons l'espoir, sont tous les deux professeurs du programme de musique de l'organisme.

Lors du point de presse, Marc Bergevin était accompagné de Fleurlie Merveille, Hanen Falah, Roberto Lopez et Ben Melgar-Segal, quatre jeunes de Pointe-Saint-Charles ayant trouvé leur chemin grâce aux différents programmes de Partageons l’espoir. Ils ont tous une chose en commun : ils ont cultivé leur passion.

« Le hockey était ma passion. Mes parents ne m’ont jamais poussé, mais c’était ma passion », a témoigné Bergevin. « Si je peux aider les jeunes à développer leur passion et les pousser dans la bonne direction avec Partageons l’espoir, les amener au bon endroit et contribuer à leur offrir un bel avenir, ça en vaut la peine. »

Par un heureux hasard, c’était il y a quatre ans jour pour jour lundi que Marc Bergevin avait été nommé directeur général des Canadiens de Montréal, ce dernier espérant obtenir autant de succès avec les jeunes de Pointe-Saint-Charles que l’équipe en a obtenu depuis le début de son mandat.

« Ce que je vois aujourd’hui, c’est que les jeunes ont besoin de se faire guider dans la bonne direction. Les jeunes ont du talent, mais ils sont perdus, surtout dans les quartiers comme Pointe-Saint-Charles. Ils n’ont pas d’identité et ne savent pas où aller. C’est pour ça que je suis ici – pour les aider à aller dans la bonne direction. »

Élise Robillard écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI

Conférence de presse: Partageons l'espoir
Les Canadiens parleront au neuvième rang
Ça ne change pas le monde, sauf que…

Pour l’honneur

En voir plus