Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Poehling : Apprendre d'une défaite crève-cœur

La défaite contre la Finlande a été extrêmement douloureuse, mais cela n'a fait que renforcer la détermination de Ryan Poehling afin d'aider l'Université de St. Cloud State à atteindre son objectif ultime

par Matt Cudzinowski. Traduit par Olivier Beauregard. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Le visage de l'espoir Ryan Poehling, après que les Américains se soient inclinés face aux Finlandais au Mondial junior lors du match pour la médaille d'or, en disait long.

Ce n'était pas une défaite ordinaire pour le centre de 20 ans et ses coéquipiers. Celle-ci a vraiment été difficile à accepter, et à juste titre après avoir failli atteindre le sommet du podium.

« Tout de suite après la rencontre, j'étais dévasté », a déclaré Poehling, lors de la défaite de 3-2, alors que son équipe a comblé un déficit de deux buts en troisième période, avant d'accorder le but gagnant à 86 secondes du temps réglementaire. « La raison pour laquelle j'ai été si dévasté, c'est parce que nous avions le sentiment que pour la première fois, nous avions tout fait correctement. Je me suis dit: «Pourquoi n'avons-nous pas gagné ? » Je n'arrivais pas à comprendre. Nous n'avons pris aucun raccourci. »

Après avoir fait une rétrospection de la défaite pendant quelques jours chez lui au Minnesota, l'espoir des Canadiens est convaincu que sa deuxième participation consécutive à l'événement annuel fera de lui un meilleur joueur à long terme.

Il a appris de précieuses leçons tout en menant l'attaque des États-Unis, remportant les honneurs du meilleur attaquant et du meilleur joueur du tournoi.

« La chose la plus importante que j'ai apprise est que tu as toujours une chance. On ne sait jamais ce qui va se passer au hockey. Cela m'a aussi beaucoup appris sur le fait de jouer en tant que coéquipier. Si vous pouvez tous jouer en groupe de cinq, cela peut être très utile », a expliqué Poehling, auteur de cinq buts et huit points en sept matchs, avec un différentiel de plus 5. « Parfois, ce ne sera pas ta soirée, et c'est ok. Vous devez juste travailler dur et apporter votre effort et votre attitude. Au hockey, parfois, les rebonds ne sont pas favorables. Je pense que c'est ce qui s'est passé. Vous devez juste tout donner, jouer dans le bon sens et respecter le sport, et il vous respectera. Si vous faites cela, peu importe ce qui se passe à la fin, vous pouvez vivre avec le résultat. »

Le 6 janvier, Poehling a publié un commentaire poignant sur son compte Instagram, faisant allusion au fait qu'il avait grandi après son passage en Colombie-Britannique.

« Vous ne savez pas vraiment l'ampleur de quelque chose avant de l'avoir vécu. Ensuite, vous pouvez en parler et donner des conseils aux gens à ce sujet. Il faut tirer des leçons de cette expérience. Participer à ce match pour la médaille d'or et comprendre ce que représente la pression et comment vous y répondez, cela en dit long sur vous-même et sur la façon dont vous pourrez le gérer, a ajouté Poehling. « C'est un peu comme l'histoire. Si vous n'en tirez pas les leçons, cela va simplement se répéter. »

Le passage de Poehling au sein de l'équipe des États-Unis est sans aucun doute un atout important pour l'Université de St.Cloud State, qui l'accueille à bras ouvert, alors que l'équipe souhaite faire tourner les têtes dans les rangs universitaires.

« Je pense que c'est une motivation supplémentaire. Cela m'a montré à quel point des défaites peuvent faire aussi mal. C'est la raison pour laquelle nous faisons du sport. J'aime la nature compétitive du jeu. Je pense que cela m'a amené là où, honnêtement, je ne veux plus jamais retourner », a confié Poehling. « Nous avons une excellente équipe avec un groupe solide de gars qui, je pense, peuvent faire le travail. Mais ce ne sera pas facile. En fin de compte, il s'agit de l'équipe qui remportera les quatre derniers matchs de l'année. C'est un objectif que j'attends avec impatience: revenir aux séries éliminatoires et disputer une place parmi les quatre finalistes. Surtout avec la façon dont l'année s'est terminée, (avec la défaite dans la demi-finale régionale de la NCAA), et maintenant avec le Mondial junior, vous allez me voir jouer avec beaucoup de cœur. »

Et le centre, qui a été sélectionné au premier tour (25e au total) par les Canadiens en 2017, prévoit amener davantage de leadership avec les Huskies.

 « Je viens d'avoir un avant-goût du hockey en séries éliminatoires au Mondial junior. Cela ressemblait à des séries éliminatoires pour les quatre derniers matchs auxquels nous avons joué. Vous devez réaliser en séries éliminatoires que vous allez jouer des matchs difficiles, peu importe le nombre ou le peu de chances de marquer que vous avez. C'est comme ça que cela se passe », a expliqué Poehling. « Pour rester mentalement dans cet état d'esprit, je pense que je vais le partager avec tous les gars. Pour que je puisse en quelque sorte amener cette expérience à l'équipe. Ce sera essentiel pour connaître du succès vers la fin de l'année ».

Attendez-vous à ce que le joueur originaire de Lakeville, dans le Minnesota, reprenne son chemin là où il s'était arrêté avant de se joindre à l'équipe nationale junior.

Au niveau hockey, il a appris quelque chose en regardant quelques-uns des jeunes de son groupe d'âge.

« Je pense qu'il n'y a pas de dépassement, en général, et que, quand on a une chance au filet, il faut y aller. Beaucoup des buts marqués maintenant, notamment dans la LNH, sont des deuxième et troisième occasions.    Avant, lorsqu'il n'y avait pas d'occasion de marquer, je ne tirais pas au filet. Mais vous devez réaliser qu'il va y avoir des joueurs près du filet et que de diriger la rondelle vers ce dernier est une opportunité », a mentionné Poehling, qui compte trois buts et 17 points en 16 matchs avec SCSU cette saison. «J'ai vu les autres joueurs le faire, ou chaque fois qu'ils obtiennent la rondelle, chaque fois qu'ils en ont la chance, ils la dirigent au filet. Je pense que j'ai surtout appris cela des autres gars. Cela fonctionne pour eux et je devais commencer à le faire.Je dois tirer un peu plus. C'est ce que je vais faire en deuxième moitié de saison. Attaquer davantage le filet adverse. »

Dépasser ses propres attentes, gagner en confiance

Poehling est reconnaissant de la façon dont les choses se sont déroulées sur le plan personnel, même s'il termine le tournoi avec une médaille d'argent au cou.

Poehling était l'un des sept espoirs des Canadiens à participer à l'évènement. Il a notamment connu un excellent match contre la Suède en inscrivant un tour du chapeau lors de la troisième période seulement.

« J'ai eu un bon tournoi et j'ai aimé ma façon de jouer. Ai-je déjà imaginé que je serais le joueur le plus utile du tournoi? Probablement pas », a admis Poehling, dont les parents, Tim et Kris, étaient sur place pour le regarder jouer à Victoria et à Vancouver. « Revenir à la maison avec cette médaille d'argent, ce trophée et cette reconnaissance, c'était spécial. Je ne pouvais pas imaginer un tournoi où cela se serait passé. C'était formidable pour moi et ma famille de partager cela à la fin. »

C'est certainement le cas et cela ne fait que renforcer le fait que l'avenir de Poehling est extrêmement prometteur.

« Prendre ces expériences et les utiliser à mon avantage, c'est une chose que je fais très bien. Je pense l'avoir fait jusqu'à présent avec les opportunités qui m'ont été offertes. C'est l'une de ces occasions où vous devriez apprendre de tout ce que vous faites », a conclu Poehling. « Même au collège, chaque année, je pense que je gagne de plus en plus en confiance. J'apprécie le fait que ce soit une opportunité que je puisse saisir. Je pense que j'ai assez bien fait la plupart du temps aussi. »

En voir plus