Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Plekanec : «15 ans de ma vie. C'est ma maison.»

Tomas Plekanec a rencontré les médias montréalais pour une dernière fois avant de quitter vers Toronto

par Vincent Régis @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Tomas Plekanec a apprécié chaque seconde de son passage à Montréal.

Le Tchèque de 35 ans a réitéré son amour pour la métropole québécoise dimanche après l'annonce de la transaction qui l'a envoyé à Toronto, en retour d'un choix de deuxième tour en 2018, de l'attaquant Kerby Rychel et du défenseur Rinat Valiev.

«Je ne peux remercier assez les partisans. C'est peut-être un cliché, mais c'est simplement vrai que les partisans des Canadiens de Montréal sont incroyables, a souligné Plekanec, lorsqu'il a rencontré les médias dimanche après-midi avant de quitter pour Toronto.

«J'ai profité de chaque seconde de mon passage. Ils étaient vraiment respectueux envers moi.»

Video: Plekanec remercie les fans, le CH et ses coéquipiers

Choix de troisième tour en 2001, Plekanec a fait ses débuts dans la LNH et avec le Tricolore en 2003-2004 et a disputé 981 match dans l'uniforme montréalais depuis.

«C'est 15 ans de ma vie. C'est ma maison. Mes enfants vont à l'école ici. Ils parlent français. C'est leur langue maternelle, a mentionné celui qui a marqué 232 buts et ajouté 373 mentions d'aide pour 605 points avec le Tricolore.

«J'ai eu tellement de bons coéquipiers au fil des ans, des bons gars avec qui j'ai apprécié jouer. J'ai adoré mon expérience ici.»

Tweet from @phildanault: Pleky, Thank you for everything you showed me on and off the ice, you���re a great hockey player and even better person! Good luck my friend��

Au coeur des rumeurs de transactions depuis plusieurs jours - voire semaines - Plekanec, qui pourrait se prévaloir du statut de joueur autonome sans compensation le 1er juillet prochain, était bien conscient que ses jours avec la formation qui l'a repêchée pouvaient être comptés.

«J'étais bien au courant de la situation. C'est son travail [à Marc Bergevin], il doit faire ce qui est le mieux pour l'organisation. C'est ce qu'il a fait. J'ai vraiment apprécié le fait qu'on se soit parlé. Je ne savais pas ce qui allait arriver, quand ça allait arriver ou ce qui allait arriver», a expliqué Plekanec.

C'est devenu encore plus clair samedi soir, lorsqu'il a été laissé de côté lors de la visite du Lightning de Tampa Bay au Centre Bell.

«C'était assez bizarre. Je comprenais la situation dans laquelle j'étais et la situation dans laquelle l'organisation était, donc ça ne m'a pas vraiment surpris, je m'attendais à ce que quelque chose arrive. C'était en dehors de mon contrôle, je ne pouvais pas faire grand-chose.»

Video: Plekanec sur la transaction qui l'envoie à Toronto

S'il dispute tous les matchs avec sa nouvelle équipe d'ici la fin de la saison régulière, Plekanec en aurait 999 au compteur en carrière. Aimerait-il revenir au Québec et disputer son 1000e en carrière là où tout a commencé la saison prochaine?

«Ce serait spécial, évidemment. On verra ce qui va arriver le 1er juillet. Mais en ce moment, je veux simplement m'occuper de faire mes valises et ce qui va arriver dans quelques mois, je ne le sais pas, a indiqué Plekanec, qui voit un avenir positif pour le Tricolore.

«L'équipe ici est très bonne, je crois. Je suis convaincu qu'ils pourront se rendre en séries l'an prochain et qu'ils connaîtront une bonne saison.»

En voir plus