Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Plateau par-dessus plateau

par Staff Writer / Montréal Canadiens
SUNRISE – Ce n’est pas qu’une page du livre d’histoire des Canadiens qu’il faut réécrire en raison de la victoire de dimanche. C’est l’équivalent d’un chapitre au complet.


Tout d’abord, parlons du gardien de but. Un certain Carey Price. Avec ses 24 arrêts au cours de la soirée, le gardien de 27 ans est devenu seulement le troisième dans l’histoire des Canadiens à enregistrer un 42e gain au cours d’une même saison. Il s’agit de la première fois depuis Ken Dryden, qui avait réussi l’exploit en 1975-1976. Jacques Plante pour sa part a complété le tour de force à deux reprises, en 1955-1956 et en 1961-1962.

«C’est assez cool », lance d’entrée de jeu Carey Price au sujet du jeu des comparaisons avec les deux membres du Temple de la renommée que sont Dryden et Plante. «Ça représente bien la façon dont notre équipe joue et la chimie que nous avons dans ce vestiaire. On a du plaisir et ça se reflète dans le succès que nous connaissons cette année. »

Alors que les Canadiens sont déjà assurés d’une place en série depuis un moment, la rencontre de dimanche marquait le retour de Price devant sa cage, après avoir obtenu une soirée de congé au New Jersey vendredi. Avec encore deux matchs à faire, le cerbère originaire d’Anahim Lake aura le luxe de jongler avec son horaire en vue des séries.

«La décision dépendra de comment je me sens. Je pourrais probablement y aller pour un autre départ. Il faut trouver l’équilibre. Tu veux finir la saison sur une bonne note, mais tu veux aussi te reposer », mentionne le gardien qui  amorcé 64 matchs en 2014-2015. «On va s’asseoir et penser à ça dans la prochaine semaine. »

Si Price marquait l’histoire d’un côté de la patinoire, de l’autre côté aussi, certains joueurs faisaient des progrès. En enfilant son 200e en carrière et son 24e de la saison, Tomas Plekanec rejoignait Bobby Rousseau au 22e rang des meilleurs marqueurs des Canadiens.

«C’est bien. Les statistiques c’est une chose, mais je n’y prête pas beaucoup attention. Mais quand tu es enfant, tu ne rêves jamais que tu vas compter 200 buts dans la LNH un jour », a lancé le joueur de centre réglé comme une horloge, qui compte sept saisons d’au moins 20 buts à son actif.

Pendant que Plekanec ne prêtait pas trop attention au plateau qu’il venait d’atteindre, il y en a un autre dans le vestiaire des Canadiens à qui on venait d’enlever un poids incroyable des épaules, après avoir atteint une importante marque dans l’histoire du Tricolore. Surtout qu’il a amorcé la rencontre au sein du premier trio.

«Je me suis bien senti sur la glace. C’est tout un soulagement pour moi, en espérant que les choses déboulent maintenant », a lancé Devante Smith-Pelly, qui, en marquant son 1er dans l’uniforme des Canadiens, devenait du même coup le 500e joueur de l’histoire à avoir marqué au moins un but en arborant le CH sur la poitrine. «Quand tu peux contribuer en offensive, c’est spécial, mais quand c’est ton premier, ce l’est encore plus. »

En mettant le pied derrière le banc des Canadiens pour le début de la rencontre, Michel Therrien savait déjà qu’il dirigeait pour une 400e fois les hommes en bleu-blanc-rouge. Mais il était aussi en voie d’atteindre un autre plateau, celui des 200 victoires, toujours avec les Canadiens. Et l’entraîneur souhaitait fort probablement que le résultat de ce match numéro 400, soit différent de celui du match numéro 1, alors que sa troupe s’était inclinée face aux mêmes Panthers par la marque de 4 à 1.

«On a entamé le match avec beaucoup d’énergie. On n’a pas accordé grand-chose en général. J’ai aimé la manière dont on s’est comporté », a lancé Therrien, qui a vu son meilleur guerrier tomber au combat tôt en première période. «Surtout avec la perte de [Max] Pacioretty, il a fallu s’ajuster très vite sur nos trios. Les gars ont fait du bon travail. »

Au total, huit joueurs différents ont noirci la feuille de pointage dans le gain de 4 à 1 et ce, malgré la perte du meilleur pointeur du Tricolore, auteur de 37 buts cette saison, après seulement  5:48 de temps de jeu.

«Pour être honnête, c’était vraiment un effort d’équipe ce soir. Après la perte de Pacioretty tôt dans le match, tous les gars se sont levés pour appuyer l’équipe. Ce n’était pas seulement l’affaire d’un joueur. Tout le monde a levé son jeu d’un cran.»

À l’approche des séries, c’est exactement ce que l’entraîneur veut voir de ses joueurs. Ça, et peut-être le désir de sortir le liquide correcteur pour rééditer, à nouveau, le livre des records.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
Faits saillants
Le jeu des chiffres - 5 avril 2015
Elmer Lach s'éteint à l'âge de 97 ans
Le coup de grâce

Profiter des ouvertures


En voir plus