Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Petit frère deviendra grand

par Staff Writer / Montréal Canadiens

RALEIGH – 18 ans et 237 jours. L’âge de Sergei Gonchar lorsque son partenaire à la défense, Nathan Beaulieu est venu au monde.

Lorsqu’on parle de bagage de connaissance et de transmission du savoir, le numéro 55 des Canadiens est le premier à lever la main bien haute, lui qui est le défenseur le plus expérimenté à évoluer présentement sur le circuit Bettman, comptant 1275 matchs derrière lui en saison régulière.

Sergei Gonchar y allant de quelques conseils à Nathan Beaulieu à l'entraînement.

Jumelés lors des deux derniers entraînements, le duo plutôt improbable formé de Nathan Beaulieu et de Sergei Gonchar devrait se retrouver sur la glace du PNC Arena lundi soir, pour affronter les Hurricanes de la Caroline. Si Beaulieu a eu l’occasion de voir le spécialiste de l’avantage numérique au cours de sa jeunesse et de s’en inspirer pour devenir le joueur qu’il est devenu, il pourra désormais dire qu’il a eu la chance de s’aligner avec une de ses idoles de jeunesse. Et encore mieux, il reçoit des fleurs de la part du vétéran de 40 ans.

«C’est un très bon patineur et il a un bon tir. Parfois, quand tu es plus jeune, c’est possible de te retrouver hors position parfois. C’est le genre de chose à quoi tu dois porter attention quand tu es jeune. Défensivement, tu t’améliores avec l’expérience et c’est seulement une question de temps. Je vais tenter de lui expliquer les choses pour lui rendre la tâche facile », a souligné Gonchar qui compte 20 ans d’expérience dans la LNH et qui se retrouve au cinquième rang pour le nombre de matchs disputés chez les joueurs actifs.

Même si tant d’années séparent les deux joueurs, pour Gonchar, tout ce qui importe, c’est le logo qui se trouve en avant du chandail.

«Je ne dirais pas que je me vois comme son grand frère, mais il est mon coéquipier et je vais essayer de l’aider le plus possible. C’est certain que j’ai un peu plus d’expérience que lui, alors je vais essayer de la partager avec lui et de l’aider de toutes les façons possibles », a poursuivi celui qui a principalement joué en compagnie d’Alexei Emelin depuis son arrivée à Montréal. «Ce n’est pas facile d’arriver en milieu de saison. Tu rates le camp d’entraînement et toute la préparation de l’équipe, mais en même temps, j’ai été en mesure de m’ajuster et je me sens confortable maintenant. »

Pour Michel Therrien, la décision de jumeler son défenseur le plus jeune avec son défenseur le plus vieux n’a pas été difficile à prendre, soulignant notamment le travail fait par Beaulieu depuis son retour de Hamilton, le 8 décembre dernier.

«On aime beaucoup l’implication de Nathan dans le jeu. Il patine bien et il est solide défensivement depuis son retour de Hamilton », a mentionné Therrien. «Le fait de jouer avec Gonchar pour un certain temps va l’aider et on espère que ça va continuer ainsi. Il va apprendre beaucoup d’un gars comme Gonchar en raison de son expérience. Il communique beaucoup pas seulement sur la patinoire, mais aussi sur le banc et à l’extérieur. Ça va être très utile pour lui, non seulement pour le présent, mais également pour l’avenir. »

Connaissait Gonchar depuis de nombreuses années, ayant notamment été son entraîneur à Pittsburgh, Michel Therrien s’est dit satisfait de son rendement, voyant tous les efforts déployés par le défenseur qui n’est son cadet que de 13 ans, pour garder la forme.

«Je n’étais pas inquiet de son comportement, puisque c’est quelqu’un que je connais très bien. C’est un gars qui a toujours pris soin de lui de façon exceptionnelle. Ce genre d’athlète doit en faire plus à mesure qu’il vieillit. Il ne peut pas suivre le même tempo qu’à 24 ou 25 ans. C’est la nature des choses. Il travaille dur. C’est impressionnant à son âge d’être capable de jouer comme il le fait et d’être capable de tirer son épingle du jeu», a mentionné Therrien qui utilise Gonchar en moyenne près de 20 minutes par match.

« Je suis très flatté qu’il dise ça. Je ne sais pas si je dirais que c’est difficile. Il faut y mettre l’effort, c’est certain », a pour sa part lancé le principal intéressé, qui compte cinq participations au match des étoiles à son actif. «Jour après jour, tu t’échauffes, t’étires, fais tes exercices et ça devient une routine. On ne peut pas passer à côté. Ça devient une deuxième nature. J’ai eu la chance de jouer avec des gars plus vieux et d’apprendre d’eux. J’essaie de faire la même chose maintenant. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Dans le calepin - 27 décembre
Les espoirs de demain

En voir plus