Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Performez avec Pierre - Tests physiques du camp d'entraînement

Pierre Allard vous offre un aperçu des tests physiques qui attendent les joueurs à l'ouverture du camp d'entraînement

par Pierre Allard, propos recueillis par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

Après avoir passé l'été à s'entraîner, les joueurs des Canadiens ne se la couleront pas douce à leur retour en ville. Ils seront soumis à plusieurs tests physiques dès le début du camp d'entraînement, afin de voir s'ils sont prêts à faire face à la rigueur du calendrier de la LNH. Afin de mieux comprendre les différents exercices que devront faire les joueurs, le directeur - Science du sport et Performances du Tricolore, Pierre Allard, vous les présente et vous explique l'utilité de chacun d'entre eux dans le processus d'évaluation des dirigeants de l'équipe.

Les tests physiques ont beaucoup évolué depuis quelques années. D'une équipe à l'autre, il y a beaucoup de similitudes, mais chaque équipe y va de sa propre recette. J'en suis maintenant à ma septième année avec les Canadiens et on a pratiquement tout changé notre protocole l'an dernier. Il n'y a plus beaucoup de tests qu'on avait à mon arrivée. La principale raison est que les besoins des joueurs ont changé. On a une approche de plus en plus individuelle concernant les joueurs et leur condition physique.
Le but la chose est de créer un profil personnalisé pour chaque joueur. Je compare ça un peu à un tableau de bord de voiture. Si on voit une lumière s'allumer, ce n'est pas nécessairement mal. Mais si deux, trois ou quatre lumières s'allument tout d'un coup, là on commence à s'inquiéter. Comme avec une voiture, quand le « Check Engine » apparaît, c'est un peu plus important que s'il nous manque simplement du liquide lave-glace!
On va donc obtenir des données au niveau de la puissance, de la force, de l'aérobie et de l'anaérobie. Ces résultats vont nous placer un barème sur lequel on va constamment se baser durant la saison, sur une fréquence pratiquement hebdomadaire. On va refaire des tests pendant l'année pour voir si le joueur se maintient par rapport à ce qu'il a démontré au camp d'entraînement.
Le premier test que le joueur effectuera sera le grip strength, ou la force d'appréhension. Ce test nous donne un bon indice de la force globale du joueur. Quelqu'un qui a une force d'appréhension très élevée est plus susceptible d'avoir une excellente force brute.

Ensuite, il y a les plateformes de force où sont effectués deux tests : les squats jump et les sauts en contre-mouvement. Le saut en contre-mouvement débute en position debout avant que le joueur fléchisse et saute le plus rapidement possible. Les plateformes indiquent la puissance et la hauteur des sauts, en plus de démontrer la puissance individuelle de chacune des jambes. Les joueurs effectueront seulement trois sauts, ce qui sera suffisant pour obtenir les résultats qu'on veut. Pour ce qui est des squats jump, c'est la même chose que ceux en contre-mouvement, la seule différence est que le départ se fait avec les genoux fléchis.

Un autre test fait penser au bench-press. On va utiliser une barre fixe et la propulser le plus haut possible. Des encodeurs linéaires sont installés afin de mesurer la puissance et la vitesse de propulsion, un peu comme avec les plateformes de force. Avant chaque propulsion, on augmente de cinq fois la charge. Ces données seront utilisées dans la section force/vitesse du profil individuel. Je ne m'attends jamais à ce que les joueurs soient des pros du bench-press, mais c'est bon pour déterminer la puissance au niveau du haut du corps. 

Par la suite, il y a le High-Pull, qui est en fait une tirade. Un peu comme l'exercice précédent, on soulève à partir du sol une charge relativement légère. Les joueurs doivent la lever le plus rapidement possible en utilisant une bonne technique. La charge sera graduellement augmentée et des encodeurs linéaires sont installés sur les poids. Cet exercice et le précédent nous aident à déterminer quelles charges seront les meilleures à utiliser pour maximiser les gains avec les joueurs. 

Le dernier test qui sera effectué est celui du VO2 max. Il est fait sur des vélos qui nous donnent des données très précises au niveau de la puissance. Le joueur va commencer à 200 watts et on va augmenter de 40 watts toutes les trois minutes. Il va pédaler jusqu'à ce qu'il s'épuise. J'ai déjà vu certains joueurs se rendre jusqu'à 480 watts. 

On pourrait faire ce test et bien d'autres sur la glace, mais puisque le temps pour les effectuer est limité, en plus des huit matchs préparatoires qu'on va jouer, on préfère favoriser l'aspect collectif et la compréhension du système de jeu durant cette courte période.

En voir plus