Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Passer le flambeau

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Partout au Canada, les regards sont tournés vers Toronto, où se déroulera lundi soir la finale du Championnat mondial junior. Le vestiaire des Canadiens ne fait pas exception.

Cette année, deux espoirs des Canadiens sont assurés d’obtenir une médaille. Martin Reway et les Slovaques affronteront Jacob De La Rose et les Suédois dans le match de la médaille de bronze, tandis que Zachary Fucale sera devant le filet du Canada, qui tentera d’obtenir sa première médaille d’or depuis 2009 au CMJ.

Dans le vestiaire actuel des Canadiens, 18 joueurs ont déjà participé à ce tournoi, récoltant un total de 16 médailles – quatre de bronze, six d’argent et six d’or. C’est donc dire que plusieurs joueurs ont déjà été dans la peau de Zachary Fucale, mais personne ne pourrait mieux comprendre ce qui trotte dans la tête du jeune gardien du cerbère à quelques heures de la finale que les deux cerbères des Canadiens, Carey Price et Dustin Tokarski, qui ont tous deux remporté l’or dans le cadre du même tournoi, en 2007 et 2009 respectivement.

Les similitudes ne s’arrêtent pas là. Lors des rencontres du Championnat mondial junior disputées à Montréal, puisque l’équipe canadienne s’était installée dans le vestiaire des Montréalais, Fucale se retrouvait assis à la case d’un autre numéro 31. Et, lorsque Price a remporté sa médaille d’or en 2007, quelle équipe a-t-il vaincue? Vous l’aurez deviné… la Russie.

Depuis le Championnat mondial junior, Carey Price s’est fait un nom bien à lui. 401 matchs, 201 victoires et une médaille d’or olympique plus tard, encore lundi, le gardien étoile des Canadiens a remporté la Coupe Molson pour un troisième mois consécutif en plus d’être nommé troisième étoile de la semaine dans la LNH. Si Zachary Fucale a encore bien du chemin à faire avant d’intégrer la LNH, Price n’a aucun doute que le jeune gardien de Rosemère a ce qu’il faut pour réussir.

« Je pense qu’il a la bonne personnalité et la bonne mentalité pour savoir ce qu’il a l’opportunité de gagner », a souligné Price à propos du jeune cerbère. « Ce n’est pas de la pression. C’est une opportunité. Tu ne peux pas en mettre trop sur des jeunes. Nous mettons trop de pression sur leurs épaules. Le but, c’est d’avoir du plaisir. Ce n’est pas nécessairement de gagner tout le temps. Ils ont fait du bon travail pour se mettre en bonne position pour gagner. Il a beaucoup de caractère. Il joue avec intensité. Il a beaucoup de technique. Il détient tous les outils et a une très bonne boîte à outils. »

13 joueurs de l’équipe montréalaise espèreront voir Zachary Fucale mener les Canadiens à une médaille d’or lundi soir, tandis que Sergei Gonchar et Alexei Emelin prendront plutôt pour les Russes. Un seul joueur pourrait se voir satisfait, et ce, peu importe le résultat final.

« Je ne pense pas que ça dérangerait Marky autant », a affirmé à la blague Price au sujet d’Andrei Markov, qui pourrait devoir porter un chandail rouge demain, advenant une victoire du Canada. « Après tout, il est Canadien aussi. Je suis certain que nous nous taquinerons demain. »

Cela étant dit, l’entraîneur-chef des Canadiens disait avoir sa petite idée sur l’équipe qu’allait encourager Markov lundi soir, fort probablement en raison des deux médailles d’argent que le défenseur russe a remportées au Championnat mondial junior en 1997 et en 1998.

Le vétéran quart-arrière russe Sergei Gonchar, qui n’a pas réussi à faire mieux qu’une sixième place lors de sa participation au Championnat, mais qui a décroché deux médailles lors de ses quatre participations aux Jeux olympiques pour la Russie, se dit heureux de ce qu’a démontré son pays lors de cette édition du tournoi.

« J’aime comment l’équipe a joué en demi-finales », a-t-il soutenu, soulignant l’effort d’équipe qui a permis aux siens de vaincre les Suédois. « Je pense qu’ils ont joué avec une bonne structure. S’ils font la même chose de la même manière, ils auront une bonne chance. À toutes les fois que tu joues une finale, surtout au niveau junior, ça veut dire qu’il y a de bons jeunes joueurs de hockey qui sont prêts à percer. C’est bon pour le pays. Nous avons bien fait au Championnat mondial suite aux Jeux olympiques, que les gars ont remporté. Maintenant, nous jouons encore en finale. Ça veut dire que la Russie développe de bons joueurs et va dans la bonne direction. »

Le monde entier aura les yeux rivés sur la grande finale du tournoi, histoire de voir les grandes vedettes du hockey de demain à l’œuvre, avant de retourner à la bonne vieille routine mardi soir, alors que les Canadiens accueilleront le Lightning au Centre Bell.

Élise Robillard écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire - 5 janvier
En rafale - 5 janvier
Carey Price remporte la coupe Molson en décembre
Esprit de corps
Le jeu des chiffres - 3 janvier 2015

En voir plus