Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Parmi les meilleurs

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - La patience est une vertu. Quand on y ajoute des mains de marqueur et qu’on mélange le tout, on obtient le dernier venu dans l’organisation des Canadiens, Dany Massé.


Après cinq saisons passées dans la LHJMQ, Massé a signé un contrat avec le Tricolore, le 15 avril dernier. Cette année, les Voltigeurs de Drummondville ont agi tel un rouleau compresseur en écrasant tous les adversaires sur son passage.

Massé est tributaire du succès qu’ont connu les Voltigeurs. Il a terminé au deuxième rang des pointeurs de la Ligue avec 110 points, sa récolte n’étant éclipsée que par celle de son compagnon de trio, Yannick Riendeau. Mais les jours du joueur originaire de La Pocatière n’ont pas toujours été de tout repos.

«Ça n’a pas toujours été facile. Au début, ça a été très dur. J’ai commencé jeune, à l’âge de 16 ans. Durant mes deux premières années à Val d’Or, j’ai perdu confiance en moi. Puis j’ai été échangé à Bathurst et ça m’a vraiment fait du bien, ça m’a donné un second souffle. Puis je suis venu à Drummondville, où j’ai pu vraiment exploiter mon talent au maximum, surtout grâce à la confiance de mon entraîneur »

Massé connaît jusqu’à présent des séries éliminatoires à la hauteur des statistiques qu’il a présentées tout au long de la saison, avec une récolte de 30 points en 12 matchs.

«J’ai vraiment eu ma chance à 20 ans », a poursuivi Massé. « J’ai joué sur la première ligne d’attaque, sur la première vague en avantage numérique. Je n’avais jamais eu ça à aucun moment au cours de ma carrière junior.»

Non seulement il a été muté sur la première ligne, mais il lui a également été adjoint Yannick Riendeau.

«On ne pensait pas que ça allait cliquer à ce point-là », a avoué Massé. « Riendeau est arrivé au camp d’entraînement tard. Au début de la saison, on a commencé à jouer ensemble et la chimie a été là tout de suite. Je pense qu’il n’y a pas eu un match cette saison où nous n’avons pas joué ensemble et on a été constant durant toute la saison.»

Cette chimie existante risque de se briser l’an prochain, alors que Riendeau ira rejoindre les rangs de l’ennemi juré du Tricolore, les Bruins. En effet, deux semaines avant la signature de Massé, Boston a mis la main sur le jeune attaquant.

«C’est sûr qu’on a fait quelques blagues à propos de la série Canadiens-Bruins », a poursuivi Massé. « J’ai toujours dit à Yannick que j’étais certain qu’à l’intérieur de lui, il est un grand fan des Canadiens, puisqu’il vient de Montréal. Je suis sûr qu’il a toujours regardé les matchs du Tricolore. Ça n’a pas été un sujet de conversation si important puisqu’on essaie vraiment de se concentrer au maximum pour la finale qui s’en vient.»

Après avoir connu une saison de rêve, autant en saison régulière qu’en séries éliminatoires, s’imaginer à la coupe Memorial aurait pu être facile, mais le jeune homme préfère penser au jour le jour.

«On essaie de ne pas trop penser à la coupe Memorial », a admis Massé. « C’est sûr que nous sommes allés à Rimouski la semaine dernière pour affronter l’Océanic [dans le cadre de la demi-finale]. Ça nous a permis de sentir un peu l’ambiance qu’il va y avoir là-bas et on s’est dit qu’on aimerait ça revenir. Mais pour commencer, il faut se concentrer sur la finale, la coupe du Président et on verra ensuite.»

Et cette finale, elle débute dès vendredi, alors que les Cataractes de Shawinigan, qui ont terminé la saison régulière en deuxième position derrière Drummondville, avec 105 points, feront une visite dans le centre du Québec pour se mesurer à la machine des Voltigeurs. Et Massé est confiant à l’approche de cette série.

«Ça fait trois séries qu’on gagne en quatre matchs et tout le monde est en santé », a conclu Massé. « La confiance est à son maximum pour amorcer la finale.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Lire aussi
Plus près du but
En voir plus