Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Nolan à la rescousse

Lorsque Brendan Gallagher a eu besoin d'un coup de main à la maison en janvier, son jeune frère Nolan s'est amené en renfort

par Matt Cudzinowski. Traduit par Joanie Godin. @canadiensmtl / canadiens.com

MONTRÉAL - Lorsque Brendan Gallagher a subi une deuxième blessure majeure à la une main en autant de saisons, en janvier, il s'est rapidement retourné vers sa famille pour avoir de l'aide.

Sachant très bien qu'il allait devoir être opéré et que les journées suivant l'intervention ne seraient pas faciles, l'ailier droit de 25 ans a demandé un peu d'aide à la maison pour accomplir les tâches quotidiennes avant de passer sous le bistouri.

La question était de savoir quel membre du clan Gallagher allait effectuer le vol de cinq heures entre Vancouver et Montréal pour prendre soin du numéro 11 des Canadiens.

Sa mère, Della, est physiothérapeute, alors elle était la candidate de choix. Elle avait d'ailleurs porté assistance à son fils en novembre 2015, lorsqu'il a été opéré à la main gauche pour réparer deux doigts fracturés après avoir bloqué un tir frappé de Johnny Boychuk.

Cette fois, cependant, c'est son jeune frère Nolan, âgé de 20 ans, qui s'est amené en renfort en sautant dans un avion afin de venir s'occuper du blessé pendant une semaine et demie après sa chirurgie.

«La première fois que je me suis blessé, j'ai réalisé toutes les épreuves que j'aurais à traverser. Après une opération, tu n'es pas vraiment capable de prendre soin de toi pendant quelques jours. Je savais que j'aurais besoin de quelqu'un, alors j'ai demandé de l'aide après avoir appris la mauvaise nouvelle à Dallas. À ce moment, Nolan travaillait pour mon père, alors il pouvait facilement prendre congé, a dit Gallagher, qui a subi une autre fracture à la main gauche après avoir été atteint par un boulet de Shea Weber, le 4 janvier.

«Je me souviens qu'on est arrivés à l'hôpital à Montréal à peu près au même moment. Nolan m'attendait quand j'étais en chirurgie. Une fois que ç'a été fini, il m'a emmené à la maison. Je me suis réveillé vers 13h le lendemain et le gardiennage a commencé», a ajouté Gallagher en riant.

Même si Nolan est loin d'avoir les connaissances et l'expérience de Della dans ce domaine, il a été à la hauteur. L'ancien défenseur est présentement aux études pour devenir pompier en Alberta.

«Il a fait du bon travail. La première chose qu'il avait sur sa liste était d'aller chercher les antidouleurs que je devais prendre. Il s'est assuré de suivre les indications - quand et comment les prendre. Il était à son affaire et a tout fait ce qu'il pouvait pour m'aider à guérir. Il a effectué plein de tâches dans la maison et m'a reconduit partout. C'était très cool pour lui de prendre ces responsabilités», a mentionné Gallagher.

La situation des repas, quant à elle, s'est améliorée graduellement avec le temps.

«Aucun de nous deux n'est bon dans la cuisine, alors ma mère était un peu inquiète à ce sujet. Mais, on a trouvé un moyen de survivre pendant 10 jours. Le premier repas qu'on a fait a été des sandwichs au fromage fondant avec du Kraft Dinner. Notre mère n'était pas très impressionnée. Avant la fin de la semaine, toutefois, Nolan faisait cuire des steaks sur le barbecue. Alors, c'était mieux», a raconté l'attaquant.

Plus important encore, Nolan a aidé Brendan à garder le moral lors d'une des périodes les plus frustrantes de la saison. Après tout, il devait initialement rater au moins huit semaines d'activités. Il est finalement revenu au bout de cinq semaines, le 12 février à Boston, après avoir manqué 18 matchs.

«Le travail que tu dois faire quand tu reviens est difficile. Il y a des jours où tu viens à l'aréna et où tu n'es pas dans le meilleur des états d'esprit, particulièrement quand tu es blessé. Ce ne sont pas des bons moments. Avoir sa famille avec soi est le meilleur remède. Tu es à l'écart du groupe, alors tu ne peux pas vraiment compter sur tes coéquipiers parce que tu fais ta petite affaire et tu te prépares à revenir au jeu. Nolan m'a aidé à rester enjoué», a souligné Gallagher.

Avec du recul, c'est une expérience unique que les frères Gallagher ont pu partager. Ils n'ont généralement pas l'occasion de passer des journées ensemble durant la saison, à simplement profiter de la compagnie de l'autre.

«C'était bien de pouvoir passer du temps et profiter de la ville avec lui. Puisque j'étais blessé, j'étais incapable de faire quoi que ce soit, alors j'ai vraiment apprécié son aide. C'est un gars qui prend soin des autres. Je savais que j'aurais besoin d'aide et il a répondu à l'appel. C'est ce que les Gallagher font. On s'appuie dans tout. Nolan était là pour moi quand j'ai eu besoin de lui», a conclu l'Albertain.

En voir plus