Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le coup de foudre de Nate et Sydney Thompson pour Montréal

Il n'a pas fallu longtemps au couple pour s'attacher à leur nouveau domicile de hockey

par Matt Cudzinowski. Traduit par Philippe Germain. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Quand Nate Thompson a appris le mois dernier qu'il allait déménager, son épouse Sydney avait une petite idée d'où le hockey les amenait maintenant.

Il semble qu'elle ne s'était pas trompée, prédisant que le vétéran attaquant deviendrait un porte-couleur du CH avant que la transaction soit réalisée avec les Kings de Los Angeles, le 11 février.

« Quand j'ai appris que son nom était mentionné dans les rumeurs de transactions, je savais profondément en moi qu'il s'en viendrait ici. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai appris à faire confiance à mon intuition et je lui ai dit : 'Tu iras à Montréal, tu iras à Montréal'. Je lui ai partagé cette impression », raconte Sydney. « Quand j'ai découvert que c'est ce qui se produisait, j'étais tellement heureuse parce que je savais que c'était le rêve d'une vie qui se réalisait pour lui. »

De retour du voyage des Canadiens sur la côte ouest des États-Unis au début du mois de mars, Sydney est venue s'installer depuis le sud de la Californie pour rejoindre Nate à Montréal pour de bon. 

Le couple, qui s'est marié en août 2018 vient de s'installer dans son nouveau nid au centre-ville après avoir profité du confort de l'hôtel.

Si Nate s'est rapidement acclimaté à la ville, on peut en dire autant de sa douce moitié. C'est quand même tout un changement d'environnement que le duo a accueilli à bras ouverts.

« J'aime le fait qu'il y a toujours quelque chose à faire ou quelque part où aller manger quand nous sortons », estime Sydney, originaire de Beverly Hills en Californie. « À Los Angeles, nous avions notre routine. Ici, nous pouvons faire quelque chose de nouveau chaque jour. J'aime cela et nous en profitons vraiment. »

Ses parents ont déjà fait une première visite et ils n'avaient que de bons mots à dire sur Montréal.

« Le froid était un peu saisissant, mais ils ont aimé la ville. Ma belle-mère parle couramment français et elle était bien heureuse de pouvoir s'exercer. Ils voyagent souvent à Paris », explique Nate. « Mon beau-père se lasse de la chaleur par moment alors il aime bien aller au froid. »

Les deux chiens des Thompson raffolent bien du Québec aussi. Iggy, leur Goldendoodle miniature de quatre ans et Eddie, un Labrador jaune de deux ans aiment bien se promener et explorer leur nouveau coin à l'occasion de longues marches.

« Je les ai amenés un peu partout en ville. Je les ai promenés sur la rue Sainte-Catherine l'autre jour pendant quelques heures. Nous sommes allés au Apple Store », raconte Sydney. « À Los Angeles, on vivait près de la plage où le rythme est un peu plus lent. On peut dire que nos chiens ont droit à un peu plus d'attention ici. » 

Se rendre au Centre Bell pour voir Nate et les Canadiens en action reste de loin son activité favorite.

Elle a toujours voulu le voir jouer à Montréal, mais elle n'en a jamais eu l'occasion avant qu'il se joigne à l'équipe. Cela rend encore plus unique chacune de ses visites dans les gradins du Centre Bell. 

« C'était sur ma liste de rêves à réaliser un jour. Je crois que c'est le meilleur endroit où voir un match », affirme Sydney. « Je pouvais voir son enthousiasme quand il a joué son premier match et tous les matchs qui ont suivi. C'est incroyable. C'est merveilleux de voir ton conjoint aussi heureux au travail. »

Tweet from @CanadiensMTL: Nate Thomson dirige les ��tirements pour finir la s��ance d���entra��nement.@NateThompson44 leads the stretch to end practice. #GoHabsGo pic.twitter.com/8pz9JYB3cf

Le soutien de Sydney : une clé 

L'arrivée de Sydney à Montréal était énorme pour Nate.

« Elle est tellement importante. Elle travaille vraiment de façon acharnée pour me faciliter la vie autant que possible à la maison », explique le vétéran de 12 saisons dans la LNH qui s'est ainsi joint à son septième club en carrière en arrivant avec le Tricolore. « Sachant que j'ai à me préparer pour les matchs, que je dois faire attention à mon corps, accumuler le repos nécessaire et bien manger, elle s'assure que tout soit en place pour moi. » 

Cela n'est pas surprenant compte tenu du parcours de Sydney dans le secteur du conditionnement physique, à titre d'instructrice de Pilates. 

Ils s'entraînent même ensemble durant la saison morte.

« Nous nous entraînons trois fois par semaine au cours de l'été. Cela l'aide beaucoup avec l'amplitude de ses mouvements et le renforcement du tronc. Je crois qu'il a beaucoup amélioré son mieux-être global », estime Sydney. « C'est vraiment un entraînement dur sur le corps. Il y a des mouvements en montée et en descente et des poids à soulever. C'est autant un entraînement en circuit qu'un entraînement normal, mais avec un reformer de Pilates ».

Si Nate a tout de suite adopté les exercices basés sur la méthode Pilates, Sydney ne croit pas que Nate apprécie pleinement l'intensité des sessions jusqu'à ce qu'il les ait essayés personnellement.

« Il suait », confie Sydney en ricanant. « J'ai de belles vidéos de lui ou il sue à grosses gouttes et où il rit tellement il était inconfortable. »

Inconfort à part, Nate valorise autant la nature aidante de son épouse, que son désir de lui prêter main forte au gymnase.

Ce ne sont là que quelques-unes des choses qu'il aime à propos de sa plus grande partisane.

« Je crois aussi que j'aime son attention générale. Elle est toujours généreuse à tous les points de vue et elle prend toujours soin de tout le monde », raconte Nate. « C'est ainsi qu'elle fonctionne depuis que je l'ai rencontré. Elle veut toujours aider les gens. »

En voir plus