Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Miser sur le futur

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Le temps est maintenant venu de choisir qui seront les Canadiens de demain.


Comme chaque année, des centaines de jeunes hockeyeurs sont assis dans les estrades, rivées à leur téléviseur ou à leur écran d’ordinateur dans un seul dessein; ils veulent savoir s’ils vont franchir une autre étape vers leur rêve, jouer dans la LNH.

Pour quelques-uns de ses choix, la destination suivante sera Montréal, à condition bien sûr que le nouveau directeur général des Canadiens, Pierre Gauthier, en décide ainsi.

En se rendant en finale de la conférence de l’Est, les Canadiens font les frais d’une réglementation datant de 2007. Les dirigeants de la LNH et des trente formations ont statué que les quatre dernières équipes en lice pour mettre la main sur la coupe Stanley se partageraient automatiquement les quatre derniers choix du repêchage de la même année. Le Tricolore s’amènera donc au podium au 27e rang, plutôt qu’au 15e qui lui était destiné avant la grande danse du printemps.

« Quand on glisse de 12 choix comme nous avons fait, peut-être qu’on passe à un groupe de joueurs différents sur notre liste, mais les chances que l’on obtienne un bon joueur sont encore très bonnes», affirme Pierre Gauthier, qui a notamment eu le flair de repêcher un certain Joe Sakic au 15e rang, alors qu’il se trouvait chez les Nordiques, en 1989.

Par contre, c’est souvent une fois la première ronde passée que le vrai travail commence. Ce sont parmi les rondes suivantes que les diamants sont séparés du charbon. Il suffit de penser à Andrei Markov (162) ou encore Tomas Plekanec (71). Autant d’exemples qui prouvent que le nerf de la guerre se situe souvent plus loin que les 30 premiers choix.

« On devrait avoir droit à un repêchage typique, où il y a quelques joueurs qui ont peut-être une chance de jouer immédiatement dans la Ligue nationale. Peut-être deux ou trois joueurs auront cette chance, alors que les autres sont principalement des projections à long terme», admet Gauthier, qui cumule plus de 30 ans d’expérience dans la LNH. « C’est vraiment dans cinq ans qu’on va connaître la qualité de ce repêchage. Il semble y avoir assez de bons joueurs pour deux rondes cette année, soit des joueurs d’assez bon calibre pour qu’ils puissent être dans la LNH dans 4 ou 5 ans. »

Une tâche extrêmement difficile pour les dépisteurs s’il en est une, est de déterminer entre qui est le meilleur entre deux joueurs qui évoluent dans des ligues différentes, présentant un niveau de jeu peu équilibré d’un endroit à l’autre.

« Les critères de base ne changent pas. C’est certain que pour un groupe de dépisteurs, il y a toujours une certaine difficulté à comparer des joueurs qui œuvrent dans des calibres différents, dans des pays différents et dans des styles de jeu différents», rappelle Gauthier, qui connaît bien le travail de dépisteur, ayant lui-même occupé ce poste durant plusieurs années. « Toute l’information que nous pouvons obtenir sur les joueurs est importante. Ce qu’ils font sur la glace au cours de la saison est de loin ce qu’il y a de plus important. On veut tout connaître sur ces jeunes là. »

Parmi les informations à connaître, il y a une donnée en particulier qui peut influencer le choix de tous les dépisteurs de la LNH, la nationalité. En effet, les relations avec la KHL en Russie s’avèrent très complexes et certains espoirs russes peuvent être ignorés pour cette raison.

«Je dirais que c’est un risque plus grand de choisir un jeune joueur russe, puisqu’il a plusieurs options qui s’offrent à lui. D’un autre côté, nous devons rester dans nos normes et nos critères de sélection et nous nous devons de choisir les meilleurs joueurs disponibles», avertit Gauthier. « C’est certain que c’est une liste de priorité et qu’on la descend, mais on a toujours plusieurs choix. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À voir également:
Un agenda bien rempli
27e, pas si mal… 
Pleky tient parole 
Le calendrier 2010-2011 dévoilé 
En voir plus