Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Miceli en mission

par Staff Writer / Montréal Canadiens

LONDON - Angelo Miceli, joueur invité au camp des recrues du Tricolore, n’entend certainement pas laisser passer la chance d’une vie sous son nez.

Le Montréalais s’est illustré lors du premier match du tournoi des recrues à London, amassant trois mentions d’aide dans la défaite de 4 à 3 des siens face aux Penguins de Pittsburgh en prolongation.

Pour l’ancien des Tigres de Victoriaville, d’être présent à ce genre de tournoi – et d’y connaître un certain succès – est assurément un pas de plus dans la réalisation de son objectif, celui d’obtenir un premier contrat professionnel.

« Je regardais le repêchage de la LNH plus tôt cet été et mon agent m’a appelé pour me dire que j’étais invité au camp de développement en juillet », de raconter Miceli, qui a terminé son stage au niveau junior la saison dernière. « Puis, après le camp, il m’a rappelé pour me dire que j’allais être invité au tournoi de London. »

Une première chance chez les professionnels donc, avec l’équipe de sa jeunesse de surcroit. De quoi faire rêver tout jeune homme de 21 ans.

« J’ai joué cinq ans à Victoriaville et je n’ai jamais été repêché. C’est ma première chance au hockey professionnel et je veux profiter au maximum de cette occasion. Je viens de Montréal, c’est un rêve pour moi d’être ici », de confier celui qui, à cinq pieds neufs pouces, prend des joueurs comme David Desharnais, un autre qui n’a jamais été repêché, en exemple. « Je suis ici pour impressionner, pour me faire voir. J’aimerais signer un contrat de la Ligue américaine, c’est mon but. »

Quoi de mieux pour y arriver que de faire bonne impression auprès de l’entraîneur des IceCaps de St-John’s, qui s’adonne également à être celui qui dirige le groupe de recrues à London cette fin de semaine.

« On entend souvent parler des premières impressions et comment importantes elles sont. Quand j’étais joueur, les camps d’entraînements duraient un mois, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui », d’affirmer Sylvain Lefebvre, qui entamera une troisième saison à la barre du club-école des Canadiens en octobre. « Les jeunes ont besoin de comprendre que leur temps est limité. Nous sommes en période d’évaluation. »

Et vendredi, Miceli a mérité une très bonne note.

« Chaque fois qu’il était sur la glace, il provoquait quelque chose. Il a encaissé des coups pour faire des jeux. Il a joué en désavantage numérique. Lorsque nous avons retiré le gardien, c’est lui qui a fait le jeu sur le but égalisateur de Tim Bozon », d’ajouter le pilote des recrues. « Il a obtenu trois passes ce soir, donc c’est juste de dire qu’il a connu un bon match. Il est intelligent avec et sans la rondelle. Ça semblait naturel pour lui. »

Au fond, ce l’était peut-être. Pourquoi changer une recette qui a toujours levé?

« Je ne changerai pas mon jeu en venant ici. Ça fonctionne depuis que je suis petit, je ne changerai pas mon style rendu au niveau professionnel », de conclure le joueur de centre qui a réussi trois saisons de 35 buts ou plus dans les rangs juniors. « La clé, c’est de se présenter à chaque match. Je suis en mission en ce moment et c’est certain que je ne vais pas lâcher. »

Une réponse qui plait évidemment à l’entraîneur.

« C’est bien qu’il le sache, si c’est ce qu’il croit qui pourra faire la différence », de répondre Lefebvre. « Des fois, tu arrives en tant que négligé. Si les choses se déroulent bien pour toi, tu ne sais jamais ce qui peut arriver. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
Tournoi de golf des Canadiens
Des nouveautés cette année

L’horaire de la Coupe du monde de hockey 2016 est dévoilé

Prêt à se relever les manches
 

En voir plus