Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Les succès de l'équipe avant tout le reste pour Terry

L'attaquant est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière professionnelle

par Joanie Godin @CanadiensMTL / canadiens.com

LAVAL - Chris Terry connaît une excellente saison avec le Rocket de Laval.

En 36 matchs jusqu'à maintenant, l'attaquant a inscrit 41 points, dont 19 buts. Il trône non seulement en tête des pointeurs de son équipe, mais il occupait, avant les matchs de jeudi soir, le premier rang des pointeurs - et des buteurs - de toute la Ligue américaine.

Ces statistiques feront de lui l'un des deux premiers représentants de l'histoire du Rocket au Match des étoiles de la LAH, en compagnie du défenseur Matt Taormina. Un honneur qui le rend d'ailleurs très fier.

Le Rocket connaît des hauts et des bas à sa première année d'existence et doit vivre, comme c'est souvent le cas dans la Ligue américaine, avec l'absence de quelques piliers depuis le rappel du capitaine Byron Froese et de Nicolas Deslauriers par les Canadiens.

«Comme joueur plus vieux, tu es catalogué comme un leader, mais je n'ai pas tenté de changer mon rôle. Je ne suis pas un gars qui parle beaucoup, qui aboie des ordres. Je préfère laisser parler mon jeu. Il y a beaucoup de bons leaders dans ce vestiaire. Un gars comme [Adam] Cracknell s'est amené et fait du bon boulot. Pour moi, être un bon leader, c'est être là si les gars ont des questions ou des inquiétudes, pour les aider à mieux comprendre», a mentionné l'Ontarien de 28 ans.

Même s'il se considère comme un leader, Terry n'a toutefois pas voulu prendre la place laissée vacante par celui qui n'a arboré le «C» que pour deux matchs au début du mois de novembre.

«C'est différent, parce qu'on n'a pas qu'un seul gars, mais en plus de Cracknell, Taormina et moi - les trois plus âgés qui sont les leaders - d'autres gars se sont levés, pas seulement pour porter une lettre, mais pour être les voix du vestiaire. Tu ne peux pas remplacer un gars comme ça - Froese est irremplaçable -, mais tu peux le remplacer par plusieurs personnes», a expliqué Terry.

Avec une moyenne de plus d'un point par match, Terry est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière dans la Ligue américaine. Mais il ne veut pas se fier à ce calcul mathématique.

«On dit qu'on est en voie de réussir ceci ou cela, mais je ne pense pas que ce soit aussi facile que ça. Après le mois de janvier, les choses se resserrent et deviennent beaucoup plus difficiles. Les matchs sont plus difficiles et ils ont une plus grande signification à mesure que les séries approchent. Les rencontres sont plus ardues et ce n'est pas facile de marquer. Je ne me concentre pas à établir des records personnels, a-t-il admis.

«Mon objectif principal n'est pas juste de faire les séries, mais de gagner en séries. L'an dernier, on s'est taillé une place et on a connu une bonne première série, mais on a perdu. Je ne veux pas juste qu'on accède aux séries et qu'on se fasse éliminer au premier tour. Je veux que cette équipe joue longtemps au printemps.»

Même si sa concentration est sur les succès de l'équipe, Terry est au fait de son classement dans la colonne des pointeurs de la ligue.

«Je sais où je suis, mais ce n'est pas mon plus grand intérêt. Il n'y a pas de récompense à gagner ça. Lorsque les équipes ont du succès, tout le monde aura du succès personnellement. Si on gagne des matchs, le succès de tous - pas juste le mien - que ce soit de marquer ou de jouer différents rôles dans différentes situations, entrera en ligne de compte. À long terme, ça aide tout le monde», a humblement dit celui qui a pris part à 14 matchs avec le Tricolore l'an dernier, inscrivant deux buts et deux aides.

C'est pourquoi il retire autant sinon plus de fierté dans son jeu en général que dans sa récolte de points.

«J'ai connu de bonnes séquences et les statistiques le démontrent, mais ça va au-delà de ça. Ma façon de jouer sans la rondelle et en défensive s'est améliorée. Le but est de continuer à gagner et je veux faire ce que je peux pour qu'on y arrive», a conclu Terry.

En voir plus