Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Les neuf secondes de gloire de Skrudland

par Staff Writer / Montréal Canadiens
L'ancien numéro 39 des Canadiens détient toujours le record du but le plus rapide en prolongation

MONTRÉAL - C'est peut-être arrivé il y a plus de 20 ans, mais le but inscrit dans un temps record par Brian Skrudland contre les Flames de Calgary lors de la finale de la coupe Stanley en 1986 n'est pas près d'être oublié par les partisans ou par le marqueur lui-même.

Le 18 mai 1986, les Canadiens tiraient de l'arrière 1-0 dans la série et n'espéraient pas revenir de Calgary les mains vides. Après soixante minutes de jeu, les deux équipes sont retournées au vestiaire avec une marque égale de 2-2.

Pour amorcer la prolongation, l'entraîneur-chef recrue Jean Perron a décidé de lancer dans la mêlée son trio défensif composé de Skrudland, Mike McPhee et Claude Lemieux.

« Je suis certain que les Flames se sont dits : ‘À quoi il pense ?' », a admis Skrudland qui a évolué avec les Canadiens de 1985 à 1993. « Nous étions le trio d'énergie et je suppose que Jean pensait que cela pourrait donner le ton à la prolongation. »

Brian Skrudland a évolué avec les Canadiens de 1985 à 1993.

Le trio a fait plus que ça avant même d'avoir une seule goutte de sueur. Après avoir remporté la mise au jeu initiale, les compagnons de trio de longue date Skrudland et McPhee ont pu profiter d'un surnombre de 2 contre 1. Peu reconnu pour ses talents de passeur, McPhee a feignis de lancer avant de servir une passe parfaite à Skrudland qui poussa le disque derrière Mike Vernon. Cette séquence n'a pris que neuf secondes ; encore aujourd'hui le but le plus rapide inscrit en prolongation dans l'histoire de la LNH.

  « Mike n'aurait pu faire un plus beau jeu, mais comptez sur moi sur presque tout bousillé », s'est rappelé Skrudland en riant. «  J'avais le filet grand ouvert, mais j'ai néanmoins réussi à toucher le poteau avant que la rondelle touche le fond du filet. La seule chose qui importe est que mon tir a battu Vernon et que nous sommes revenus à Montréal avec la série égale 1-1. » 
 
Les Flames ne s'en sont jamais remis. Les Canadiens ont connu la victoire lors des trois parties suivantes pour remporter la série en cinq matchs et ainsi permettre à Montréal de remporter sa 23e coupe Stanley. Habitué de se faire questionner  à propos de cette conquête de la coupe ou de ce but, Skrudland ne se fait pas prier pour prendre la route des souvenirs.

« Je me fais poser la question au sujet du but partout où je passe, mais je ne m'en lasse pas », a indiqué Skrudland, un ancien assistant-entraîneur chez les Flames qui occupe maintenant les fonctions de vice-président, marketing et ventes chez Argo Sales Ltd à Calgary. « C'est un moment pour lequel je suis très fier et je ne crois pas avoir marqué un plus gros but dans ma carrière. De plus, que cela soit survenu avec une organisation comme les Canadiens, c'est la cerise sur le sundae.

 
À la vitesse de l'éclair
Voici la liste de tous les buts inscrits en prolongation par les Canadiens au cours de la première minute de jeu.
DATE TEMPS MARQUEUR RÉSULTAT
18 mai 1986 0:09 Brian Skrudland MTL 3 @ CGY 2
19 avril 1991 0:27 Stéphane Richer MTL 4 @ BOS 3
11 avril 1980 0:29 Yvon Lambert MTL 4 @ HFD 3
5 juin 1993 0:34 John LeClair MTL 4 @ LA 3
10 avril 1969 0:42 Ralph Backstrom BOS 2 @ MTL 3
3 juin 1993 0:51 Éric Desjardins LA 2 @ MTL 3

« J'ai toujours dit qui aurait cru que neuf secondes pouvaient changer des vies. Et je ne parle pas dans la chambre à coucher », a ajouté Skrudland, maintenant Âgé de 43 ans. «  De revoir ce but me fait toujours chaud au cæur et lorsqu'un match des séries va en prolongation, les commentateurs le mentionnent souvent. »

Skrudland et ses coéquipiers n'ont jamais oublié ce printemps de 1986 alors que les Canadiens ont surpris le monde du hockey et remporté le précieux trophée avec une verte recrue de 20 ans du nom de Patrick Roy dans les buts.

« Patrick a été tout simplement exceptionnel », a expliqué Skrudland, qui a eu la tÂche peu enviable d'affronter Roy en finale de la coupe Stanley en 1996 lorsque l'Avalanche a balayé les Panthers en quatre rencontres. « Je peux vous dire qu'il était beaucoup plus plaisant de jouer avec Patty que contre lui. » 
 
Les complices McPhee et Skrudland ont gardé contact et le lien d'amitié qu'ils ont formé à Montréal existe encore aujourd'hui.

« Nous avons vécu tellement de choses ensemble. Nous étions cochambreurs à l'époque avec les Canadiens et nous le sommes encore aujourd'hui à l'occasion», a conclu Skrudland. « Nous jouons dans un tournoi de golf pour une æuvre de charité chaque année et ils nous placent habituellement dans la même chambre. Mais, je crois que cette année, parce qu'on fait maintenant partie des vieux, nous aurons notre propre chambre. Il était temps, ça n'a pris que 20 ans.»

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

En voir plus