Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Les meilleurs amis

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Vivre ensemble une première saison professionnelle, parsemée de hauts et de bas, a rapproché Michael McCarron et Nikita Scherbak.

Les deux choix de première ronde ont fait le saut de la CHL à l’AHL au même moment en octobre dernier avec les IceCaps à St-John’s.

Nikita Scherbak et Michael McCarron lors de la dernière journée du camp de perfectionnement à Brossard, le 7 juillet dernier.

C’est là que McCarron, 21 ans et Scherbak, 20 ans, ont finalement eu la chance de se connaître. Ils avaient eu l’occasion de se côtoyer lors des camps suivant leur sélection respective, mais ce n’était certainement pas la même expérience que de jouer dans la même équipe et de faire de longs trajets en autobus ensemble.

Il est plutôt juste de dire qu’en plus de devenir coéquipiers, les deux jeunes hommes sont devenus de bons amis.

« Nous nous aidons dans nos vies de recrue. Nous nous asseyions ensemble dans l’autobus et nous habitons l’un en face de l’autre à St-John’s. Je crois que nous sommes semblables et nous aimons être ensemble », de dire McCarron, qui a récemment pris part à son quatrième camp de perfectionnement avec les Canadiens après avoir été repêché au 25e rang en 2013, tandis que Scherbak, le 26e choix un an plus tard, en était à sa troisième expérience du genre. « Nous sommes de bons amis. Nous nous sommes rapprochés la saison dernière. »

Les comptes Twitter et Instagram des deux comparses en sont d’ailleurs de bons indicateurs. Le duo a partagé nombre de moments drôles avec leurs abonnés tout au long de la dernière saison – et plus récemment au camp de perfectionnement à Brossard – démontrant à quel point ils étaient devenus proches.

« Mike est un bon gars. Nous n’étions pas les meilleurs amis l’an dernier après le camp. Nous nous connaissions, c’est tout. Mais nous sommes devenus amis à St-John’s. J’apprécie le temps que je passe avec lui. Les trucs sur Instagram et Twitter sont assez drôles. On essaie toujours de trouver des blagues à faire sur tout », d’expliquer Scherbak, qui, comme McCarron, aime bien montrer son côté plus léger en ligne. « Il est très drôle et j’essaie simplement d’agir comme lui. Les gens ne comprennent pas toujours nos blagues, mais je pense qu’elles sont très drôles. »

Garder les choses légères en-dehors de la glace fut un bon moyen pour la paire de gérer les inévitables défis qui viennent avec le fait de passer chez les pros. Lorsqu’un des deux avait besoin de travailler sur quelque chose ou de parler tout simplement, il n’avait pas à chercher bien loin pour trouver une oreille attentive.

Les deux ont toujours aimé s'amuser ensemble sur leurs comptes respectifs sur les réseaux sociaux.

« Nous avions à nous prouver en tant que choix de première ronde [à St-John’s]. Nous étions vus comme des joueurs clés et nous avions à prouver que nous pouvions être ce genre de joueurs. C’est la réalité d’une recrue. Nous avons plongé là-dedans ensemble », de préciser McCarron, qui a clairement apprécié la complicité entre les deux. « Nikita et moi, on se parlait chaque fois que l’un de nous était tracassé par quelque chose. Il était là lorsque j’avais besoin de parler, et c’était la même chose pour moi. »

Lorsque McCarron a reçu l’appel lui annonçant qu’il ferait ses débuts dans Ligue nationale en décembre dernier, Scherbak ne pouvait être plus heureux. Voir son ami réaliser un rêve de jeunesse était un moment très spécial pour l’attaquant russe.

« Nous nous dirigeons dans la même direction, je crois. Lorsqu’il a été rappelé, j’étais vraiment content pour lui. C’était bien de voir le gars avec qui tu te tiens, avec qui tu es ami, se rendre à la LNH », de confier Scherbak, qui cherchera à faire de même en 2016-2017 et ainsi faire ses premiers pas dans la grande Ligue aux côtés de ses compatriotes Andrei Markov, Alexei Emelin et Alexander Radulov.

Pour l’instant, cependant, McCarron et Scherbak pendront des chemins différents avant de se retrouver au camp des recrues en septembre. Pendant que McCarron poursuivra son entraînement à London avec son frère aîné John et quelques joueurs de la LNH comme Corey Perry, Drew Doughty et Nathan Beaulieu, Scherbak restera quant à lui dans la région montréalaise pour travailler avec le préparateur physique Pierre Allard.

Il va sans dire que les deux espèrent rendre la prochaine année encore plus productive que la dernière.

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Régis.

VOIR AUSSI
Nouvelle équipe, même objectif
De l’autre côté du micro avec… Mathieu Darche
Un nouveau voisin
La ville de Laval accueillera une équipe de la Ligue américaine de hockey à la Place Bell en 2017

En voir plus