Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

L’équilibre

par Staff Writer / Montréal Canadiens
UNIONDALE – Quand vous trônez au premier rang de votre conférence, vous faites sûrement quelque chose de bien.


Si le jeu de puissance des Canadiens n’a pas encore pris la vitesse de croisière des années précédentes, le jeu à cinq contre cinq est une tout autre histoire. Grâce à 21 buts à forces égales après neuf rencontres, le Tricolore n’est devancé que par l’Avalanche du Colorado à ce chapitre depuis le début de la saison dans la LNH.

« À cinq contre cinq, nous faisons beaucoup de bonnes choses », a expliqué P.K. Subban. « Nous nous créons beaucoup d’opportunités et c’est ce que nous devons faire pour connaître du succès. Tu dois marquer à cinq contre cinq et la plus grosse différence pour nous cette saison est notre jeu à forces égales. Nous devons continuer de cette façon, parce que plus la saison va avancer, plus il va être difficile de marquer sur l’attaque massive. Les équipes resserrent leur jeu et apprennent les systèmes et les buts à forces égales font la plus grande différence entre gagner ou perdre. »

Au terme de la saison 2009-2010, le Tricolore possédait le deuxième meilleur jeu de puissance du circuit avec un taux d’efficacité de 21,8%, tandis que les 132 buts inscrits à cinq contre cinq lui avaient valu le 30e et dernier rang. Jacques Martin et ses acolytes avaient déjà trouvé la solution au printemps dernier.

« Nous simplifions les choses », a expliqué Mathieu Darche. « Nous ne faisons pas de petits jeux de fantaisie à la ligne bleue non plus. Nous mettons la rondelle derrière les défenseurs adverses, et ils détestent tous devoir se retourner pour effectuer un jeu. »

« Nous le faisions également dans les séries l’an dernier », a poursuivi Darche. « La différence est que notre jeu de puissance fonctionnait à plein régime alors nous pouvions être plus conservateurs à forces égales. »

En plus d’avoir un gardien au sommet de son art, les Canadiens ont également resserré les rangs.

« Je crois que notre succès à cinq contre cinq est le résultat d’un effort de groupe à s’assurer d’être bon défensivement et puis créer de l’offensive à partir de cette bonne défensive », a expliqué Michael Cammalleri. « C’est ce qui a fonctionné pour nous à cinq contre cinq depuis le début de la campagne. »

Cammalleri occupe d’ailleurs le premier rang dans la LNH avec un différentiel plus/moins de +9 alors que son compagnon de trio Andrei Kostitsyn prend le septième rang avec +7. Même si l’attaque massive n’a trouvé le fond du filet qu’à deux reprises en 32 tentatives, le numéro 13 n’est pas près d’avoir des cheveux gris pour autant.

« Quant au jeu de puissance, nous n’avons pas ce sentiment que nous avons des difficultés », a poursuivi Cammalleri. « C’est étrange parce que les statistiques disent le contraire, mais ce n’est pas ce que nous ressentons. Nous nous sentons bien, nous déplaçons bien la rondelle, les entrées de zone se font bien et nous obtenons des lancers. Nous devons simplement continuer et profiter des chances que nous obtenons. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Face à face: Canadiens - Islanders
Finie l’attente
Les Canadiens rendent hommage aux enfants de Leucan 
HabsTV - Épelle Cammalleri... encore!
Une victoire d'équipe
En voir plus