Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

L’émotion à son comble

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Pour les joueurs des Canadiens, la rencontre de mardi soir était beaucoup plus que simplement  le match numéro 30 de la saison régulière.


C’est avec élégance et simplicité que l’organisation des Canadiens a rendu hommage à M. Jean Béliveau, alors qu’une cérémonie d’avant-match a permis aux partisans de se recueillir lors d’une minute de silence avant de célébrer la vie de M. Béliveau avec une ovation bien nourrie.

Revoyez la cérémonie d'avant-match en cliquant ici.
«Au début, ça a commencé avec des images de Mr. Béliveau, ce qui ne pouvait qu’accrocher un sourire au visage. Puis la caméra est allée à Mme Béliveau et je suis venu bien près de craquer. Elle a commencé à interagir avec la foule et mon sourire est revenu », a lancé Brendan Gallagher, qui a soulevé la foule du Centre Bell en marquant le premier but de la rencontre, son huitième de la présente campagne. «C’était rempli d’émotion et je crois qu’en tant que groupe, nous n’avions jamais eu autant d’énergie. Nous nous nourrissions de la situation. On voulait représenter ce qu’était M. Béliveau pour nous du mieux possible et je crois que nous avons fait le travail.»

Son compagnon de trio, Max Pacioretty, était du même avis, soulignant l’importance d’une telle rencontre.

«Il y avait beaucoup d’émotion. C’était un honneur de faire partie d’un match comme celui-là.  De voir la réaction de Mme Béliveau dans les estrades, c’était exceptionnel», souligne l’ailier gauche qui évoluait en compagnie d’Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher pour une première fois. «Je regardais entre l’écran géant, la famille de M.Béliveau, sa conjointe, le banc vide. Vous savez, c’était très difficile de ne pas laisser les émotions sortir. Je n’ai jamais vu un moment de silence aussi long et aussi respectueux au cours de ma vie. C’est une  journée émotive et je suis très content du résultat. »

La recette a semblé fonctionner pour ce trio, alors que Pacioretty a terminé avec une récolte d’un but et une passe, que Gallagher a trouvé le fond du filet et que Galchenyuk a montré de belles choses, notamment en contrôle de rondelle et dans le cercle des mises en jeu.

«J’ai joué avec Chucky et j’ai joué avec Patch. Nous n’avions jamais vraiment passé beaucoup de temps les trois ensembles, mais ça a fonctionné dès le départ », mentionne Brendan Gallagher qui a vu son trio obtenir dix des 25 tirs des Canadiens dans la rencontre. «La chimie y était. C’est facile pour moi de jouer avec ces gars-là. Ils ont tout le talent du monde. J’essaie juste de rester en dehors de leur chemin. »

Campé dans un rôle de centre, Alex Galchenyuk n’a pas semblé hors de son élément, se permettant même de terminer la première période avec un pourcentage d’efficacité de 83% au cercle des mises en jeu.

«Au fur et à mesure que le match avançait, j’étais de plus en plus confortable», explique Galchenyuk qui a dirigé sept tirs en direction du filet défendu par Ryan Miller, en plus d’avoir soutiré la rondelle à l’adversaire à deux reprises. «En jouant avec Patch, tu t’attends à jouer de grosses minutes contre des gros trios. Je m’y étais préparé et je suis bien content d’avoir pu aider l’équipe à gagner comme ça. »

Si Galchenyuk, Pacioretty, Gallagher et tous leurs coéquipiers ont pu savourer leur première victoire en quatre matchs, ils ont également pu voir le sourire dans le visage de Mme Béliveau qui s’est tenue, stoïque, à son siège habituel, tout juste à côté de celui où son mari avait l’habitude de prendre place.

«Elle nous a donné beaucoup d’énergie » poursuit Gallagher. «Chaque fois qu’on retournait au banc, on voyait le chandail de M. Béliveau qui recouvrait son siège et on la voyait, juste à côté, qui nous encourageait. On voulait tout faire en notre pouvoir pour remporter ce match. C’était important pour nous. »

Si la cérémonie de mardi s’est voulue être un au revoir à M. Béliveau dans ce temple du hockey, c’est mercredi que les ultimes adieux auront lieu, alors que les funérailles de cet homme plus grand que nature auront lieu, à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à 14h.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Cérémonie d'avant-match
Faits saillants: Canadiens-Canucks
Je me souviens
À la recherche d’une étincelle
Au revoir M. Béliveau

En voir plus