Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

L’éloge d’un gagnant

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Si Carey Price met la main sur les plus importantes récompenses à la remise des trophées de la LNH à Las Vegas, vous pouvez compter sur son ancien entraîneur à Tri-Cities pour afficher son plus beau sourire.

Le vétéran entraîneur-chef de la WHL Don Nachbaur savait qu’il avait un joueur spécial entre les mains lorsque son chemin a croisé celui de Carey Price pour la première fois en 2003-2004 dans l’État de Washington. Price était alors à ses débuts dans la LCH avec les Americans de Tri-City, et son talent exceptionnel était déjà évident. Il y a de cela 11 ans que Nachbaur a appelé Price son élève pour la dernière fois, mais l’ancien joueur de la LNH, qui est aujourd’hui à la barre des Chiefs de Spokane et qui compte plus de 1000 matchs d’expérience dans la WHL seulement, se rappelle très bien de ses années avec le partant des Canadiens.

« La maturité de Carey pour un jeune homme de 16 ans était vraiment ce qui le rendait spécial. À ce moment-là, nous comptions sur un gardien de 19 ans, Tyler Weiman, qui était un choix de cinquième ronde du Colorado. Mais, nous savions que nous avions un jeune gardien qui attendait sa chance. Nous avons essayé de le faire jouer autant que possible. C’était quelque chose que j’avais en tête à chaque soir. Au bout du compte, Carey a pris les choses en main et nous n’avions aucun problème à l’utiliser lorsque le temps des séries éliminatoires est arrivé », de se rappeler Nachbaur, qui a été l’entraîneur de Price durant son séjour de quatre ans sur la côte ouest américaine. « Je me rappelle qu’il nous rendait vraiment la vie dure à savoir qui nous allions employer devant le filet. Tout le crédit lui revient. Vous ne voyez pas ça tous les jours, des gars de son âge qui prennent le poste d’un joueur plus vieux. Je ne crois pas avoir vu ce type de maturité durant toutes ces années où j’ai entraîné dans la WHL. Il était tout simplement un gagnant. »

Même si le natif d’Anahim Lake démontrait déjà à l’époque des habiletés hors du commun, Price a pu s’établir comme gardien partant à un si jeune âge parce qu’il savait exactement quoi faire pour y arriver, d’insister Nachbaur. Le fait qu’il possédait une confiance à toute épreuve n’a certainement pas nui, non plus.

« Carey démontrait des signes à un très jeune âge d’un gardien confiant en lui-même, calme et que rien ne dérangeait vraiment. Il n’était pas arrogant. Il savait qu’il avait un certain talent, mais je crois que c’est un talent en soi. Je crois qu’il a fait de nous une équipe meilleure simplement parce que c’était difficile pour nos gars de marquer contre lui. Ils trimaient dur pour parvenir à le battre. C’est un signe d’un grand gardien qui rend son équipe meilleure », a mentionné Nachbaur, qui a admis avoir appris une chose ou deux du futur gagnant du trophée Jennings et candidat des trophées Vezina, Hart et Ted Lindsay à l’époque, particulièrement pendant les sessions d’entraînement.

« Je me souviens d’un moment où il était entre les poteaux et les gars arrivaient à l’aile et tiraient vers lui. Il sortait son bloqueur ou sa jambière, tout simplement. J’ai sifflé et demandé à mon assistant de dessiner un nouvel exercice. Je suis allé voir Carey et je lui ai dit ‘Qu’est-ce que tu fais?’ Il m’a répondu ‘Je sais déjà où ils vont lancer’. Je lui ai dit qu’il ne pouvait laisser paraître que c’était facile pour lui et qu’il devait démontrer un peu plus de hargne », s’est rappelé Nachbaur en riant, notant que Price était tellement à point techniquement à l’époque que ça aurait facilement pu passer pour de la paresse, ce qui n’était évidemment pas le cas. « Il m’a appris des choses à propos des gardiens. Carey pouvait lire la trajectoire de la rondelle simplement en regardant où elle était placée sur le bâton du joueur. Il était bon à ce point. »

C’est à la dernière année de Price avec les Americans en 2006-2007 que le cerbère a véritablement fait parler de lui sur la planète hockey, selon Nachbaur. Non seulement a-t-il récolté les plus grands honneurs pour un gardien dans la WHL et la LCH, il a également mené Équipe Canada Junior à une troisième de cinq médailles d’or consécutives au Championnat mondial junior en Suède, avant de couronner le tout en soulevant la coupe Calder et en obtenant le titre de joueur le plus utile des séries avec les Bulldogs de Hamilton au printemps.

«J’ai toujours cru en Carey. Il est allé au Championnat mondial avec une pression immense, spécialement durant les tirs de barrage contre les États-Unis. Il a gagné. Pour moi, ça a solidifié qui il était en tant que personne et en tant que joueur parce que je ne crois pas que la pression peut être plus intense pour un jeune joueur de hockey. Je le sais, j’ai été entraîneur au Championnat mondial moi-même. Toute l’attention médiatique. Quatre-vingt journalistes qui attendent en-dehors du vestiaire, tandis que les autres pays n’ont que quelques reporters sur place », de confier Nachbaur. « Le Canada était au sommet de la gloire à ce moment. Les jeunes normaux s’écroulent sous cette pression. Notre gars, il était très solide. »

Ce n’est donc pas une surprise pour Nachbaur que Price ait accompli une panoplie d’exploits depuis son arrivée avec les Canadiens en 2007-2008, comme d’inscrire le nouveau record d’équipe pour le plus grand nombre de victoires en une saison pour un gardien en avril dernier.

« Carey était destiné à une grande carrière parce qu’il était à ce point bon à un jeune âge. Il avait confiance en lui. Je crois que les athlètes comme lui ont un état d’esprit qui les rendent différents des autres joueurs. Ils carburent à la pression », d’expliquer Nachbaur, qui admirait tout autant le niveau de constance de Price entre les deux poteaux que son désir de supporter ses coéquipiers, particulièrement lorsqu’il n’était pas devant le filet. « À 16 ans, il a prouvé qu’il était un bon gardien. Nous l’avons repêché du bantam très tôt, mais pour être sélectionné au cinquième rang par les Canadiens, il devait performer. C’est ce qu’il a fait. Donc, ce n’est pas surprenant de voir où il est rendu aujourd’hui. Il est né avec du talent, mais il a travaillé très fort pour se rendre où il est. »

Avec son ancien protégé aujourd’hui en lice pour des récompenses qui pourraient confirmer sa place parmi l’élite de la LNH, Nachbaur ne pourrait être plus fier.

“[S’il gagne], je crois qu’il sera très humble avec tout ça. Il y aurait beaucoup de gens contents pour lui. Ça va plus loin que ses coéquipiers et sa famille », de conclure Nachbaur, insistant sur la popularité toujours importante de Price à Tri-Cities, où il a fait du service communautaire une priorité pendant son séjour dans les rangs juniors. « Carey se rappelle d’où il vient. Il a touché beaucoup de gens au fil des années. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Régis.

VOIR AUSSI
CH à cœur : David Lemieux  
Entrée remarquée 
Vers la LNH: Jeff Petry 
Apprendre du meilleur 

En voir plus