Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le Tricolore honore ses plus grands entraîneurs

par Staff Writer / Montréal Canadiens
COMMUNIQUÉ DE PRESSE


MONTRÉAL – Dans le cadre des célébrations menant au 100e anniversaire de l’équipe, qui sera célébré le 4 décembre 2009, les Canadiens de Montréal rendent hommage à trois des plus grands entraîneurs dans l’histoire en intronisant MM. Dick Irvin Sr., Hector « Toe » Blake et William « Scotty » Bowman, qui feront désormais partie de « l’Allée des Bâtisseurs » des Canadiens au Centre Bell.

Le but de cette initiative est de rendre hommage aux personnalités qui, par leur contribution et leurs efforts à la cause de l’équipe, ont permis de faire des Canadiens de Montréal l’organisation la plus triomphante dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey. Au cours des deux dernières saisons, les Canadiens ont honoré plusieurs membres ayant œuvré au sein de l’organisation qui ont joué un rôle de premier plan dans les succès de l’équipe. Ainsi, en 2006-2007 les propriétaires et administrateurs ont été intronisés dans l’Allée des Bâtisseurs, alors qu’en 2007-2008 ce fut au tour des plus grands directeurs généraux d’y faire leur entrée. L’Allée des Bâtisseurs est située derrière les sections 104 à 107 du Centre Bell.

Dick Irvin Sr.
Entraîneur des Canadiens de 1940 à 1955

Né le 19 juillet 1892 tout près de Hamilton, en Ontario, Dick Irvin Sr. fut l’un des grands joueurs de hockey de son époque. Après une carrière professionnelle de 13 saisons qui a pris fin en 1929, Irvin a entrepris une seconde carrière qui allait faire de lui l’un des entraîneurs les plus prolifiques que la LNH ait connus. C’est à Chicago, en 1930-1931, qu’il a officiellement pris les rênes des Black Hawks, mais après une seule saison derrière le banc des Hawks il acceptait l’offre de Conn Smythe pour diriger les destinées des Maple Leafs de Toronto, qu’il mena à la coupe Stanley dès sa première saison. Irvin allait d’ailleurs mener les Leafs à la finale de la coupe Stanley six autres fois au cours des huit saisons suivantes avant de tirer sa révérence en 1940.

Dick Irvin Sr. était un fier compétiteur qui ne refusait jamais de relever un défi. Lorsque Tommy Gorman lui offrit le poste d’entraîneur des Canadiens et, du même coup, l’occasion de redorer le blason de la concession, Irvin ne se fit pas prier et après seulement trois saisons il avait fait des Canadiens l’une des puissances de la Ligue nationale de hockey. En parlant des Canadiens de 1943 à 1947, Irvin décrivait ses hommes comme « ma troupe d’élite, un groupe d’hommes capables de surclasser n’importe quel adversaire à tous les niveaux. » À sa quatrième saison derrière le banc du Tricolore, Irvin et ses protégés ont outrageusement dominé le circuit avec une saison record dans les annales des Canadiens. Au cours de cette saison 1943-1944, les Canadiens ont conservé un pourcentage de victoire de ,830, le meilleur dans l’histoire de l’équipe, grâce à une fiche de 38 gains, 5 revers et 7 verdicts nuls, en plus d’être invincibles à domicile ne subissant aucun revers en 25 matchs, enfilant 141 buts et n’en allouant que 47. En séries, les Canadiens ont conquis la coupe Stanley pour la première fois depuis 1931 ne perdant qu’un seul match. Au cours de ses 15 ans de carrière avec les Canadiens, Irvin mena les Canadiens à deux autres coupes Stanley, en 1946 puis en 1953. En 896 rencontres à la barre du Tricolore, il a conservé une fiche de 431 gains, précédé seulement par Toe Blake, et maintenu un pourcentage de victoire de ,566. Décédé le 15 avril 1957, Dick Irvin Sr. fut intronisé au Temple de la renommée du hockey à titre posthume en 1958.    


Hector « Toe » Blake
Entraîneur des Canadiens de 1955 à 1968

Hector « Toe » Blake a vu le jour à Victoria Mines, une municipalité en banlieue de Sudbury, le 21 août 1912. Mieux connu sous le sobriquet de « Toe », qui lui venait d’un de ses jeunes frères qui n’arrivait pas à prononcer son prénom, Blake a connu une illustre carrière comme joueur avant de devenir l’un des plus grands entraîneurs de l’histoire de la LNH. Après avoir remporté une première coupe Stanley avec les Maroons de Montréal en 1935, Blake s’est joint aux Canadiens en 1936-1937 et est rapidement devenu une étoile, menant les pointeurs du circuit et méritant le trophée Hart.  Évoluant au sein de la Punch Line en compagnie de Maurice Richard et Elmer Lach, il a aidé les Canadiens à remporter la coupe Stanley en 1944 puis encore en 1946 en marquant à chaque occasion le but gagnant.

Victime d’une blessure à la jambe qui mit une fin prématurée à sa carrière en janvier 1948, Blake effectua la transition derrière le banc d’abord à Houston, dans la USHL, avant de poursuivre son apprentissage à Buffalo puis à Valleyfield, menant cette formation à la conquête de la Coupe Alexander en 1951. Appelé à remplacer son ancien entraîneur, Dick Irvin, en 1955, Blake connaît un succès instantané remportant la première de huit coupes Stanley dès sa saison recrue. Ses cinq premières saisons à la barre des Canadiens se sont soldées par autant de coupes Stanley, un exploit qui demeure inégalé. En 13 saisons sous la férule de Blake, les Canadiens n’ont jamais connu de saison déficitaire ou raté les séries. D’ailleurs, la fiche de Blake en séries éliminatoires est exceptionnelle avec 82 victoires en 119 matchs. Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1966 et fait membre de l’Ordre du Canada en 1982. Gagnant de la coupe Stanley à 11 reprises, dont huit fois en 13 saisons avec les Canadiens, Hector « Toe » Blake est décédé le 17 mai 1995, à l’âge de 82 ans.


William « Scotty » Bowman
Entraîneur des Canadiens de 1971 à 1979

William « Scotty » Bowman a vu le jour le 18 septembre 1933 à Montréal et était considéré comme un joueur de hockey promis à un bel avenir, jusqu’à ce qu’une blessure à la tête ne mettre prématurément un terme à sa carrière alors qu’il évoluait au niveau junior. Bowman s’est tourné vers l’enseignement du hockey, amorçant une carrière d’entraîneur au sein de l’organisation des Canadiens à la barre des Canadiens Junior d’Ottawa-Hull en 1956, avant de mener cette formation, avec Sam Pollock comme directeur général, à la conquête de la Coupe Memorial en 1958. Après avoir dirigé les Petes de Peterborough, un club-école des Canadiens dans la Ligue junior de l’Ontario, Bowman, à seulement 34 ans, fut promu à la LNH, prenant la relève de Lynn Patrick derrière le banc des Blues de St-Louis. À chacune de ses trois premières saisons, il a mené les Blues à la finale de la coupe Stanley.

En 1971, Bowman revient dans sa ville natale en tant qu’entraîneur des Canadiens, qu’il mènera à six championnats de divisions et cinq conquêtes de la coupe Stanley. Sous la férule du maître d’œuvre qu’était Bowman, les Canadiens connaissent un succès sans pareil, amassant au moins 100 points lors de sept de ses huit saisons derrière le banc, ne ratant l’objectif que par un seul point en 1973-1974. La saison 1976-1977 allait être la consécration pour Bowman qui a dirigé les Canadiens vers de nouveaux sommets et une pléiade de records, à commencer par une fiche remarquable de 132 points en vertu de 60 victoires, seulement 8 revers et 12 verdicts nuls, ce qui a valu à Bowman le premier de deux trophées Jack-Adams en tant qu’entraîneur de l’année. Au cours des huit saisons de Bowman derrière le banc des Canadiens, jamais ses troupes n’ont amassé moins de 45 victoires. D’ailleurs Bowman est bon premier chez les entraîneurs dans l’histoire des Canadiens quant au pourcentage de victoires, tant en saison régulière (,744) qu’en séries éliminatoires (,714). S’il fut l’un des entraîneurs les plus prolifiques dans l’histoire des Canadiens, Bowman, dans l’ensemble de son œuvre dans la LNH, est dans une classe à part ayant inscrit 1 244 victoires. 

Gagnant de la coupe Stanley cinq fois en tant que pilote des Canadiens, il a remporté le titre à quatre autres occasions au cours de son illustre carrière de 30 saisons derrière le banc dans la LNH, un sommet dans l’histoire du circuit, et à ce jour il est le seul entraîneur de la LNH à gagner la coupe Stanley avec trois différentes concessions. Qui plus est, Bowman est le seul entraîneur, toutes ligues professionnelles confondues (LNH, MLB, NFL, NBA), à remporter le championnat avec trois différentes équipes. Scotty Bowman a été intronisé au Temple de la renommée du hockey (1991), au Temple de la renommée du hockey des USA (2002) et au Panthéon des sports Canadiens (2004).
En voir plus