Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le tout pour le tout

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL --  Après avoir démontré qu’ils pouvaient danser avec la meilleure équipe de la LNH, les Canadiens devront battre les Capitals jusqu’au bout.


Malgré l’une de leurs meilleures performances de la série, le Tricolore s’est retrouvé les mains vides lors du match numéro 4 contre les Caps. Maintenant acculés au pied du mur, les Canadiens devront trois gains de suite pour survivre à la première ronde éliminatoire.

« C’est une situation de marche ou crève », a expliqué Carey Price, qui a terminé sa soirée de travail avec 32 arrêts, dont 16 lors de la seule troisième période. « C’est notre dernière chance. Nous avons beaucoup de gars de caractère dans ce vestiaire. Nous n’allons pas certainement nous faire éliminer sans livrer une solide bataille. »

Le dernier témoin privilégié de la seule fois où le Tricolore a effacé un déficit de 3 à 1 dans une série pour l’emporter – c’était en 2004 contre les Bruins – Andrei Markov sait ce que son équipe a besoin de faire pour maintenant tenter de pousser la série à la limite et de remporter un septième et ultime match.

« Je n’ai pas nécessairement aimé nos performances dans nos trois derniers matchs, mais je dois dire que nous avons joué deux solides périodes dans chacun d’eux », a admis Markov, qui a passé près de 30 minutes sur la glace. « Mais nous devons réaliser qu’un match dure 60 minutes. Nous devons faire un meilleur travail pour protéger nos avances. »

Protéger l’avance inclut également se débarrasser de la mauvaise habitude d’allouer un but « brise rein » en fin de période, particulièrement ceux qui égalent la marque en désavantage numérique avec 6,3 secondes à faire avant de retraiter au vestiaire.

« Ces choses vont arriver, mais tu souhaites qu’ils n’arrivent à un moment aussi crucial, mais on doit faire un meilleur travail de mettre cela derrière nous et passer à autre chose », a indiqué Hal Gill. « On ne peut pas se laisser abattre. »

Après avoir vendu chèrement leur peau lors des deux premiers matchs à Washington, où les deux rencontres n’avaient pas fait de maître après trois périodes, les Canadiens sont loin de se rendre la capitale américaine pour dire « mononcle».

« Tout ce que je sais, nous l’avons fait avant et on l’a presque fait encore », a clamé Gill. « Nous sommes définitivement prêts à retourner là-bas. »

Loin de se conter des peurs avant de débuter la série, les Canadiens, qui devaient concéder 33 points en saison régulière aux Capitals, savaient qu’une série face à Ovechkin et sa bande n’allait pas être une simple marche dans le parc.

« On ne s’attendait pas à gagner cette série-là en quatre matchs », a indiqué Marc-André Bergeron. « On savait que cette série allait être longue si on allait la remporter. On va là-bas avec l’énergie du désespoir. On croit toujours en nous.»

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À voir également:
Sommaire
Le Tricolore dans l'eau chaude 
Le jeu des chiffres - 21 avril 2010 
Comme des marteaux-piqueurs  
Le temps de passer à l’histoire…encore  
En voir plus