Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Le tour du monde en une chanson

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL - Si les Canadiens sont connus partout sur le globe, c'est en raison de leurs succès, de leur logo iconique, de leur histoire, mais aussi en raison de leurs partisans qui, où qu'ils soient, supportent fermement leur équipe.


C'est notamment le cas de la famille Desjardins, qui a eu le projet ambitieux de faire le tour du monde, littéralement. C'est ainsi que le père Christian, la mère Valérie et leurs trois enfants, Louis, Nathan et Adrien, ont décidé de partir à la conquête du monde. Et dans ce projet, un autre projet est né. La chanson Le But de Loco Locass était au cœur de cette idée, la même chanson qui retentit dans l'enceinte du Centre Bell lorsque les Canadiens font scintiller la lumière de but.

«L'idée nous est venue alors qu'on était en voyage. Nous sommes tous fans des Canadiens, surtout mon deuxième fils. Il suit un peu plus ça », a expliqué Christian Desjardins, ingénieur de formation, transformé en réalisateur pour l'occasion. « Il avait appris la chanson dans un projet d'école pour un spectacle de Noël. Il connaissait les paroles par cœur. C'est quand même une grosse chanson à connaître, il y a beaucoup de paroles. On se faisait des concours à savoir qui était capable d'en chanter le plus long bout. »

Mes fils avaient beau être à 25 000 kilomètres de leur ville, ils chantaient quand même ''Allez Montréal!''
De fil en aiguille, toute la famille s'est mise de la partie, chacun faisant progresser la chanson, un mot, un vers, une strophe à la fois, ne sachant toutefois pas vraiment ce que le résultat final allait donner.

« Alors que nous étions en Nouvelle-Zélande, je me suis dit que ça pourrait faire un petit clip intéressant. J'ai lancé l'idée. Ils ont embarqué, ne sachant pas trop ce que ça impliquait. Je me suis improvisé scénariste. J'avais vraiment découpé la chanson pour faire des séquences ici et là », a expliqué celui qui a vécu en Chine, au Maroc, à Puerto Rico et au Costa Rica. « C'était difficile parce qu'on a étalé le projet sur cinq mois. Quand tu commences, tu trouves tellement que l'idée est bonne que tu veux essayer de le finir le plus rapidement possible. Je voulais filmer des séquences en Angleterre, en Chine, partout. Il fallait être structuré.»

De tous les pays visités par la famille, il y a une dizaine qui sont représentés dans la vidéo. Si les gens en Grande-Bretagne connaissent quand même bien ce qu'est le hockey, la situation est toute autre au Cambodge, au Laos ou au Vietnam.

« Beaucoup de personnes de la place qu'on a intégrées dans la vidéo n'avaient jamais même vu un bâton de hockey. Un de mes fils avait une casquette des Canadiens. C'est certain qu'on en profite pour expliquer aux gens ce que c'est. On apprend leur culture, mais on en profite pour leur faire part de notre culture », a tenu à mentionner celui qui a dirigé le tournage qui a mené à quelques moments plutôt loufoques. « Fait plutôt cocasse, quand on a fait le bout où tout le monde scande ''Guy, Guy, Guy'', on a intégré une dame de la place qui s'appelait justement Ghuy. Elle pensait qu'on scandait son nom, ce qui était vraiment drôle. Elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait. Tous les Vietnamiens qui étaient là pensaient qu'on criait son nom. C'était assez drôle. »

Même à des milliers de kilomètres de la métropole québécoise, la famille a tout de même réussi à suivre les activités du Tricolore, ayant quitté le froid et l'hiver au beau milieu de la saison 2013-2014 pour ne revenir qu'en septembre, juste à temps pour la saison de hockey.

«Quand les séries ont commencé, on a trouvé des moyens de suivre un peu plus l'équipe. J'étais un peu frustré parce que je me disais que les Canadiens allaient réussir à gagner la coupe alors que j'étais à l'étranger. J'étais frustré, mais content. Nous avons regardé les matchs sur la plage, dans des chambres d'hôtel ou dans des centres d'achat. Quand les matchs commençaient, il était peut-être 9h du matin en Thaïlande. »

Au-delà du résultat final, le projet de cette chanson a également permis aux enfants de la famille de garder un contact avec la maison, avec Montréal, avec leur équipe de hockey préférée.

«On visitait d'autres cultures et on s'est rendus compte qu'inconsciemment, les Canadiens nous rapprochaient de la maison. Mes fils avaient beau être à 25 000 kilomètres de leur ville, ils chantaient quand même ''Allez Montréal!'' Une équipe sportive comme celle des Canadiens, c'est facile de s'y attacher.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Pour voir la vidéo complète, cliquez ici.
Pour accéder au blogue de voyage de la famille, cliquez ici.

En voir plus