Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Le soleil brille toujours

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – « Aujourd’hui est un autre jour. Le soleil s’est levé et c’est une superbe journée dehors.»

Voilà ce que Dale Weise a mentionné d’entrée de jeu aux journalistes présents au Complexe sportif Bell, au lendemain de la cuisante défaite de 7 à 2 des Canadiens aux mains des Rangers dans le match #1.

« Je m’en venais à l’aréna avec les vitres baissées. C’est une belle journée. On se sent bien. Quand tu as un entraînement optionnel et que tu vois autant de joueurs sur la glace, ça te rend heureux. On a bien ri ce matin», a-t-il poursuivi.

Cet état d’esprit était d’ailleurs partagé par l’ensemble des joueurs qui ont participé à l’entraînement optionnel en matinée. Les sourires étaient au rendez-vous, alors que la page est déjà tournée sur la rencontre qui a donné une avance d’un match aux Rangers dans la série.

«Quand on parle d’un mauvais match, est-ce qu’on peut s’entendre que c’était mauvais à tous les niveaux », a lancé l’entraîneur-chef Michel Therrien lors de son point de presse. «Il n’y a pas grand-chose de positif à ressortir de cette rencontre. On passe à autre chose, on se prépare pour demain. On est très conscients qu’on affronte un adversaire de grande qualité. On a tous été en mesure de le constater.»

Connaissant parfaitement bien son groupe, l’entraîneur sait très bien qu’il peut s’attendre à un meilleur effort de la part de ses ouailles lors du match numéro 2. Surtout qu’il peut se baser sur des assises solides pour faire une telle affirmation, alors que les Canadiens ont prouvé toute la saison qu’ils pouvaient rapidement mettre derrière une performance ordinaire pour livrer tout un combat le match suivant.

«Ça arrive à toutes les équipes de s’enfarger. On a toujours réagi de la bonne manière. On a eu la bonne attitude et ce n’est pas seulement dans les séries éliminatoires, mais dans l’ensemble de notre saison », a laissé savoir Therrien qui a vu son équipe perdre deux matchs de suite seulement une fois lors des présentes séries. «Je m’attends à ce qu’on ait encore une attitude exemplaire pour le prochain match. »

Si l’attitude se doit d’être la même, certaines modifications à la façon de jouer doivent être apportées. Alors que les Canadiens affrontaient une équipe robuste et relativement lente au deuxième tour, ils ont rapidement été confrontés à la vitesse des Rangers.

En vrac: Dale Weise

«Ce sont deux équipes qui jouent un style différent, mais qui sont excellentes », a mentionné Brendan Gallagher en parlant des Bruins et des Rangers. «Peu importe qui on a affronté au cours de la saison, nous avons toujours compris que pour connaître du succès il fallait se fier à notre style. Il faut nous concentrer sur nos forces et ce qui fonctionne bien. »

Si les Canadiens veulent apporter leur style de jeu sur la glace, Henrik Lundqvist risque d’avoir souvent de la visite devant son filet, notamment de la part des Brendan Gallagher, Brandon Prust et compagnie. D’ailleurs, c’est ce que les Rangers ont fait samedi lorsque Carey Price a été frappé par l’attaquant Chris Kreider. Price a terminé la deuxième période, mais n’est pas revenu en troisième. En matinée dimanche, il a passé quelques minutes sur la glace en compagnie de Stéphane Waite avant de bénéficier d’une journée de traitements.

«Tout le monde dit que c’était accidentel, mais c’était accidentel avec une intention. Il n’a pas vraiment fait grand-chose pour l’éviter. Nous sommes dans la LNH; on sait comment tomber et comment ne pas mettre nos patins d’abord quand on tombe », a mentionné Prust, qui a joué avec les Rangers et qui a côtoyé Kreider lors des séries éliminatoires de 2012. «Il a fait la même chose à Fleury lors de la série précédente. Il ne fait rien pour l’éviter. Ce n’est pas complètement intentionnel, mais il n’a rien fait pour adoucir le choc non plus. »

Même si la machine à rumeurs fonctionnait à plein régime concernant l’état de Carey Price, Michel Therrien a tenu à rappeler qu’il s’agissait d’un entraînement optionnel et qu’il arrivait la plupart du temps à Price de choisir de ne pas chausser les patins.

«Aujourd’hui c’était une journée de thérapie pour lui. On va voir comment il réagit à la thérapie. À partir de demain, on va voir. Je serai en mesure de savoir s’il sera d’office à ce moment-là. J’aimerais bien le savoir aussi, mais je ne le sais pas encore», a conclu Therrien.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


En voir plus