Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le rugissement du lion

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Quatre matchs sans victoires, c’est long. Et les hommes de Michel Therrien se sont arrangés pour que cette séquence s’arrête samedi soir.


Quand l’arbitre Chris Rooney a laissé tomber la rondelle sur la patinoire pour le match Canadiens-Sénateurs, c’était comme si les portes du box des chevaux au Derby du Kentucky venaient d’ouvrir. Un tir n’attendait pas l’autre pour les Canadiens. Vingt-sept fois Craig Anderson a été atteint par les tirs ennemis en première seulement. En fait plutôt 25 fois puisque les deux autres boulets, ceux de Brian Flynn et de Max Pacioretty ont fait scintiller la lumière rouge et s’extasier les milliers de partisans réunis pour ce duel classique du samedi soir au Centre Bell.

Au final, c’est à un barrage de 42 tirs qu’a eu à faire face le tandem Anderson/Driedger, le gardien substitut s’amenant en deuxième période. Parmi tous ces tirs, six ont été décochés par le bâton du capitaine Max Pacioretty  en première seulement, lui qui avait visiblement décidé de prendre les choses en main après les plus récentes défaites de son équipe, ayant visiblement appris des erreurs du passé

«J’ai vu une citation quelque part qui disait que pour gagner, il fallait savoir comment perdre. J’ai vraiment aimé ça parce que j’ai l’impression que nous avons beaucoup appris au cours des quatre derniers matchs », explique Pacioretty qui a mentionné avoir eu de la difficulté à dormir au cours des deux nuits précédentes en anticipation du match de samedi soir. «C’est ma vie, je prends ça vraiment à cœur et je crois que c’est la même chose pour mes coéquipiers. Nous l’avons démontré ce soir. Ce n’est pas parfait, mais on peut maintenant aller de l’avant. Nous avons démontré du caractère. »

Les 27 tirs des Canadiens décochés en première période égalaient un record datant du 1er janvier 1973, soit il y a presque 43 ans. Michel Therrien n’en croyait d’ailleurs pas ses yeux lorsqu’il jeté un coup d’œil au tableau indicateur quelques instants avant de retraiter au vestiaire après les 20 premières minutes de jeu.

«Ça a été une grosse performance de notre équipe, surtout en première période. On a mis beaucoup de pression sur l’équipe adverse, spécifiquement sur leur gardien de but », mentionne Therrien qui a eu la main heureuse en réunissant de nouveau Max Pacioretty à Tomas Plekanec, le duo devenant officiellement, grâce au but de Pacioretty en fin de première, le duo le plus prolifique chez le Tricolore. «Je retiens le travail de nos leaders. On éprouvait des difficultés à remporter des matchs même si on faisait beaucoup de bonnes choses. Je n’étais pas découragé. On avait la possession de rondelle et on savait que si on continuait à travailler, les bonnes choses allaient arriver. »

Évoluant en compagnie de Pacioretty et Plekanec, Paul Byron a encore une fois connu une bonne soirée, même s’il n’a pas noirci la feuille de pointage. Il se souvient particulièrement du discours tenu par l’entraîneur avant la rencontre, prônant le travail acharné.

«Compétitionnez. Il faut gagner. Quatre défaites de suite c’est difficile à avaler pour n’importe quelle équipe», a lancé Byron au sujet des paroles de son entraîneur. «Nous croyons en nous et nous croyons que nous sommes une bonne équipe de hockey. Cette première période a certainement été la bonne réponse de notre équipe par rapport à l’adversité des derniers jours. »

Si l’entraîneur a pris la parole pour fouetter les troupes, Byron avoue que le capitaine a aussi eu son mot à dire, quoique de façon différente.

«Il a dit des choses dans le vestiaire, mais ce que tu peux faire le mieux en tant que capitaine, c’est de sauter sur la glace et de montrer l’exemple », souligne Byron qui a vu son capitaine marquer déjà son 14e de la saison samedi soir, alors qu’il n’avait pas été en mesure de s’inscrire à la marque au cours des quatre matchs précédents. «C’est ce qu’il a fait ce soir. »

On dit souvent que c’est dans l’adversité qu’on reconnaît les grands. Eh bien, après la performance de samedi soir on peut dire, même si on le savait déjà, que Max Pacioretty fait partie des grands.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
  Faits saillants: Sénateurs @ Canadiens
Le jeu des chiffres - 12 décembre 2015
Les hommes du Michigan
En voir plus