Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Rocket de Laval : Et c'est parti!

Le Rocket a amorcé la première saison de son histoire avec trois victoires en quatre matchs à la Place Bell

par Vincent Régis @CanadiensMTL / canadiens.com

Le Rocket a amorcé sa saison inaugurale sur les chapeaux de roues, en remportant ses deux premiers matchs depuis leur déménagement de St. John's, à Terre-Neuve.

Après une victoire par blanchissage de 3 à 0 lors du match d'ouverture le 6 octobre contre les Senators de Belleville, le Rocket s'est à nouveau imposé contre Belleville le lendemain, au compte de 6 à 2.  

La fin de semaine suivante, contre les Devils de Binghamton, Laval a tiré de l'arrière 4 à 2, 6 à 3 et 7 à 5 à différents moments du match avant que Daniel Audette nivelle la marque avec trois minutes à jouer en temps réglementaire. Daniel Carr a joué les héros quelques minutes plus tard en prolongation, complétant du même coup son tour du chapeau. Chris Terry a également inscrit trois buts dans la victoire.

Le Rocket a finalement perdu son premier match le lendemain après-midi, 5 à 1 face à ces mêmes Devils. 


EN CHIFFRES 

  • Le Rocket a marqué 18 buts depuis le début de la saison, le plus haut total parmi les 30 équipes du circuit
  • Le défenseur Matt Taormina mène tous les défenseurs du circuit - à égalité avec Shea Theodore - avec sept points (1B-6A) et est également le meilleur pointeur du Rocket
  • Chris Terry et Nikita Scherbak ont chacun six points, ce qui les place également dans le Top 15 des meilleurs pointeurs du circuit
  • Le Rocket (3-1-0) occupe le troisième rang de la section Nord, avec six points

 

Nom Position MJ B A PTS +/- PUN BAN TIRS
Matt Taormina D 4 1 6 7 2 2 1 10
Chris Terry AG 4 3 3 6 0 2 2 18
Nikita Scherbak AD 4 1 5 6 2 4 0 10


Sourires victorieux

Si les nouvelles installations à Laval sont appréciées de tous, il en est autant de l'atmosphère qui règne à l'intérieur du vestiaire depuis le début de la campagne.

«Jusqu'à présent. C'est incroyable. Le vestiaire, le building, l'équipe d'entraîneurs, les joueurs - tout ça ensemble fait que c'est vraiment plaisant venir à l'aréna. Je m'ennuyais de ça, a confié le défenseur Éric Gélinas, qui a partagé la dernière saison entre l'Avalanche du Colorado et leur club-école de la Ligue américaine, le Rampage de San Antonio.

«C'est le fun de parler avec tous les joueurs, tout le monde s'entend bien. C'est le fun de venir et de gagner des matchs.»

Même son de cloche du côté de l'attaquant Daniel Audette. 

«Tous les gars, on commence à bien s'entendre. On a une bonne chimie qui s'installe, je pense que c'est surtout ça qui est important pour commencer la saison», a indiqué le centre de 21 ans.

Près de la maison

Être aussi près du grand club aide certainement les joueurs quant aux ressources disponibles.

«On a notre entraîneurs d'habiletés, Bordy [Sébastien Bordeleau] qui est ici beaucoup plus souvent. Il habite proche et il est là quasiment tous les jours, il regarde les vidéos avec nous aussi, a expliqué l'attaquant d'origine allemande Markus Eisenschmid.

«La direction est tout le temps ici. Tout le monde regarde les matchs. On reçoit beaucoup plus souvent de commentaires. Il y a beaucoup plus de gens qui nous regardent. C'est assurément meilleur pour notre développement.» 

L'entraîneur-chef Sylvain Lefebvre croit que d'avoir autant de yeux sur les joueurs ne peut qu'être une bonne chose, puisque ça leur permet de montrer à la direction qu'ils méritent un appel.

«Lorsque tu es un jeune joueur et que tu essaies de te faire un nom, de savoir que tu es constamment regardé et évalué par la direction, c'est encourageant. Certains le voient comme de la pression, mais je le vois comme une occasion de montrer ce qu'ils sont capables de faire et qu'ils sont prêts à être rappelés, a précisé Lefebvre, aussi conscient de la pression ajoutée des fans du fait d'évoluer si près de Montréal.

«Il y a toujours de la pression; les athlètes se mettent de la pression sur eux-mêmes pour bien faire et performer. Ils veulent atteindre la LNH. Il y a un peu plus de pression [d'être à Laval], mais pour eux, d'être reconnus dans les restaurants et à l'épicerie, ils se sentiront exactement comme s'ils étaient à Montréal. Je ne le vois pas comme de la pression, mais plus comme une occasion d'être plus connus des fans.»

Pour sa part, Audette en profite pleinement.

«C'est le fun que tu arrives à l'aréna et les gens sont excités d'être là. Après le match, on avait une séance de signature, tout le monde était gentil et appréciait, a souligné le choix de cinquième tour des Canadiens en 2014. 

«On est contents de ça. On se fait reconnaître au restaurant de temps en temps. On reste dans le coin, donc les gens sont au courant de ce qui se passe.»

La recrue Antoine Waked, qui a fait le saut du junior à la Ligue américaine cette année, profite de son nouvel environnement et croit que la foule a aidé son équipe à connaître du succès en début de saison.

«On est très impressionnés, le building est incroyable, a indiqué l'ancien des Huskies de Rouyn-Noranda, qui a marqué 39 buts et ajouté 41 mentions d'aide en 67 rencontres dans la LHJMQ la saison dernière. 

«Les deux dernières fin de semaines à la maison, il y avait une très bonne ambiance, alors on est vraiment contents. On sait que ça va continuer dans ce sens-là.»

Le canadiens.com publiera périodiquement une mise à jour des activités du Rocket de Laval tout au long de la saison. La deuxième partie de cette mise à jour sera publiée avant le premier voyage du Rocket, plus tard cette semaine.

En voir plus