Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Le plaisir ne fait que commencer

par Staff Writer / Montréal Canadiens
PITTSBURGH – Ils n’avaient rien à perdre. Ils sont repartis avec tout.


Comme ils l’avaient fait contre les Capitals à Washington deux semaines plus tôt, les Canadiens sont venus à Pittsburgh pour disputer un septième et ultime match avec une chose en tête : gagner. Et c’est exactement ce qu’ils ont fait.

« Dans le vestiaire avant le match, on s’est dit que nous n’avions rien à perdre », a confié Maxim Lapierre. « C’était un match incroyable. Notre état d’esprit était incroyable également. Même lorsque nous menions 4 à 0, sur le banc, c’était comme si nous perdions à 1 à 0. Nous n’avons pas perdu notre focus et l’attention aux détails. »

Après une petite journée tranquille au bureau avec 37 arrêts derrière la cravate, Jaroslav Halak s’est occupé du reste. Mais comme à l’habitude, le gardien slovaque a humblement accepté les compliments.

« Je suis là pour faire les arrêts. Les gars m’ont donné quatre buts et c’était à moi de finir le travail », a expliqué Halak, qui ne cesse de causer des maux de tête à ses adversaires. « C’était énorme de battre les Capitals à Washington lors du septième match et nous l’avons refait contre les Penguins. Personne ne s’attendait à nous voir ici. Maintenant, nous devons être prêts pour la prochaine ronde, peu importe l’adversaire. »

Un gardien au sommet de son art n’est pas la seule clé dans les succès des Canadiens.

« Vous avez besoin que tout fonctionne correctement pour quelque chose comme ça se produise.Vous avez besoin de l’avantage numérique, d’un bon jeu en désavantage numérique et des buts des troisième et quatrième trios. Nous avons tout cela et ça arrive vraiment », a indiqué Hal Gill. « Chaque équipe est différente, mais il y a vraiment quelque chose à propos de ce groupe de gars. »

Ayant sabré le champagne avec les Penguins l’an dernier, le défenseur format géant, qui effectuait un retour au jeu après avoir raté la sixième rencontre, sait que le parcours vers le but ultime est loin d’être terminé.

« Nous n’avons pas fini. Nous n’avons pas complètement fait nos preuves. Nous devons foncer et tout refaire à chaque match », a poursuivi Gill. « Cela ne veut rien dire si tu ne remportes pas le gros trophée. Je suis pas mal certain qu’ils ne donnent pas de trophée au deuxième..»

L’homme dans le vestiaire des Canadiens comptant le plus de conquêtes du gros trophée avait eu un bon pressentiment à son arrivée dans la métropole en provenance de la Grosse Pomme.

« C’est difficile à expliquer, mais les choses ont cliqué dès le premier jour cet été », a indiqué Gomez. « Ce fut une année difficile, mais nous savions tous au fond de nous que nous avions une meilleure équipe que ce que nous avons démontré en saison régulière. »
Et la série contre les Capitals leur en a fait prendre conscience.

« Après la série contre Washington, nous savions que nous avions quelque chose de bien entre les mains », a renchéri Gomez. « La danse vient seulement de commencer et nous avons notre billet. J’ai deux bagues et tu as besoin d’un peu de chance pour y arriver. Mais comme nous avons dit aux gars, c’est ici que le plaisir commence. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À voir également:
Sommaire
Résumé
Jeu des chiffres - 12 mai 
Billets ronde 3
En voir plus