Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Le jour et la nuit

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Michael McCarron connait une éclosion cette année dans l’OHL, mais sa priorité demeure de soulever un – ou deux – trophées dans quelques mois.

Ces objectifs semblent à la portée de l’attaquant de 19 ans, qui a été échangé aux meneurs au classement, les Generals d’Oshawa, équipe qui a enregistré 43 victoires en 54 parties cette saison. Depuis qu’il s’est joint aux champions de l’OHL à 12 reprises la veille du Nouvel an en provenance des puissants Knights de London, le natif de Grosse Pointe, au Michigan, n’a pas semblé dépaysé, continuant là où il avait laissé dans le Sud de l’Ontario et se faisant des admirateurs dans son nouvel environnement.

« L’élément principal de Michael est qu’il est très solide au centre. Il contrôle le milieu de la glace et est très bon pour faire circuler la rondelle profondément dans la zone. Il s’améliore constamment défensivement, il remporte des mises au jeu, il exécute les jeux et récupère les passes dans la circulation lourde. Il est robuste aussi. Il est une présence imposante pour nous lorsqu’il est sur la patinoire », souligne l’entraîneur-chef des Generals DJ Smith, qui insiste que l’acquisition de McCarron bien avant la date limite des transactions de la Ligue du 9 janvier, était très importante dans la quête de son équipe vers les titres de l’OHL et de la coupe Memorial. « Il joue avec hargne sur la glace et complète ses mises en échec. Si vous tentez de le pousser, il répliquera immédiatement. Il se présente à chaque soir. Il a tout fait ce que nous lui avons demandé de faire depuis qu’il est ici. Et lorsque l’issue du match est en jeu, il est un de nos meilleurs joueurs. »

C’est exactement le type d’impact que McCarron souhaitait avoir au cours de sa deuxième saison au niveau junior. Après avoir inscrit seulement 14 buts et 34 points en 66 rencontres avec London en 2013-2014, l’attaquant de 6-pieds-6 et 225 livres savait qu’il devait apporter des correctifs. Lorsque les Knights ont été éliminés en deuxième ronde des séries de l’OHL l’an dernier, McCarron s’est tout de suite mis au travail en amorçant un programme de conditionnement physique qui lui a permis d’amorcer en lion sa deuxième campagne dans la Ligue et de ne plus jamais regarder en arrière.

« J’ai été productif durant la saison morte l’été dernier. C’est bien de finalement voir mes efforts être récompensés comme ils disent que ça devrait être. Parfois, vous ne le voyez pas, mais ça s’est produit. Je suis heureux de ça. Je sens que je peux finalement disputer un match de 60 minutes. Je ne me défoncerai pas sur une présence et y aller tranquillement à la suivante. Je suis plus constant et plus soutenu durant les matchs. Ça a aidé à ma progression », confirme McCarron, qui affiche une récolte de 28 buts et 58 points, un différentiel de plus-17 et 108 minutes de pénalité en 44 parties à London et Oshawa en 2014-2015. « Je pratique aussi un style qui couvre les 200 pieds de la patinoire maintenant. Je peux aller d’un bout à l’autre de la glace durant tout le match. C’est devenu plus facile pour moi sachant où je dois être. Ma première année comme recrue a été une expérience très importante. Je me suis habitué à la vitesse du jeu. »

Cela a permis au choix de première ronde des Canadiens, 25e au total au repêchage de 2013, de devenir un élément important du premier trio des Generals, évoluant au centre des talentueux Michael Dal Colle et Tobias Lindberg. Habituellement un ailier droit, McCarron évolue depuis quelques temps au centre, un aspect qui ne pourra que lui être bénéfique à long terme, croit Martin Lapointe, le directeur du développement des joueurs du Tricolore.

« Jouer au centre a aidé d’une façon Michael dans son jeu défensif. Lorsque vous évoluez au centre, vous êtes souvent le premier joueur à revenir vers l’arrière pour aider vos défenseurs. Ça lui a permis de devenir davantage responsable. Il est bon pour le faire en raison de sa longue portée. Il peut enlever la rondelle à ses adversaires très facilement. Ça lui a permis de devenir un meilleur joueur dans sa propre zone », partage Lapointe, qui est heureux de voir McCarron apprécier son nouveau rôle à Oshawa et d’accueillir à bras ouvert les défis qui viennent avec. « Lorsque les gars évoluent à l’aile, ils ne s’impliquent peut-être pas autant défensivement. Vous ne les voyez pas autant. Lorsqu’ils sont au centre, ils réalisent qu’ils doivent travailler plus fort s’ils veulent bien défendre leur zone. Ce fut un premier pas très important pour lui parce qu’on lui a confié davantage de responsabilités de cette façon. Ça l’a aidé à apprendre l’importance d’utiliser toute la surface de la patinoire. C’est une belle manière pour lui de s’adapter maintenant, comme ça il ne sera pas surpris lorsqu’il atteindra les rangs professionnels. »

Si on se base sur ce que Lapointe a vu de McCarron cette saison, un saut chez les professionnels pour ce dernier devrait se faire dans un avenir pas si lointain. Le double champion de la coupe Stanley a vu le jeu de McCarron évoluer à un point où il ne fait pas simplement mieux jouer que ses adversaires, mais il les domine complètement également.

« À Oshawa, il pratique plus le style d’un attaquant de puissance qu’il ne faisait pas à London, ce qui est exactement ce qu’il fera dans la LNH. J’espérais le voir jouer de cette façon maintenant. C’est un style similaire aux rangs professionnels, nord-sud, sans nécessairement avoir à déjouer les adversaires un à un. À sa première année, c’est ce qu’il tentait de faire, d’utiliser ses habiletés avec la rondelle. Ce n’est pas son style de jeu », insiste Lapointe. « Maintenant, Michael utilise son gabarit. Il sait qu’il doit pousser la rondelle derrière les défenseurs et travailler dans les coins. S’il remet la rondelle à un ailier, il fonce vers le filet et se place devant. Par le passé, il se plaçait derrière le porteur de la rondelle pour attendre la passe. S’il veut connaître du succès au prochain niveau, il ne doit pas faire ça. Utiliser son corps et foncer au filet sont ce que j’entrevois pour lui dans le futur. Il a toutes les qualités que doit avoir un joueur de hockey professionnel. Le temps qu’il y consacrera et à quel point il veut s’y rendre dépendent de lui. »

Le pilote de McCarron à Oshawa sera le premier à vous dire que le numéro 55 des Generals est aussi dévoué que n’importe qui, afin de se dépasser et pour réaliser son rêve d’atteindre les rangs professionnels, plus tôt que tard.

« De la manière que Michael s’entraîne et qu’il se conduit, vous voyez qu’il veut devenir un professionnel. Je n’ai aucun doute qu’il en sera un. Il a tellement progressé depuis la saison dernière. Il est un joueur élite dans notre Ligue. Son développement a pris cette tangente. S’il continue de s’améliorer de la sorte, il sera un joueur d’impact dans la LNH », fait part Smith, qui a remporté le titre d’entraîneur de l’année dans l’OHL la saison dernière. « Il a toute une personnalité, il est un bon coéquipier, les joueurs l’apprécient et il veut être là pour ses amis. Il n’aura aucun problème à s’intégrer à un vestiaire de la LNH. »

Si enfiler un chandail des Canadiens fait assurément partie des plans de McCarron, le jeune espoir désire plus que tout agrandir son armoire de trophées, qui inclut notamment une médaille d’argent au Championnat du monde des moins de 18 ans, remportée en 2013 à Sotchi.

« Je ne crois pas que j’aurais pu me retrouver dans une meilleure situation qu’ici. J’ai été chanceux d’évoluer pour deux très bonnes équipes à mes deux saisons dans la OHL. J’ai hâte d’amorcer notre quête vers le championnat de la OHL. Je jouais avec des gars à London qui en avaient remporté quelques-uns et ils m’ont tous dit qu’il n’y a pas de meilleure sensation », conclut McCarron, qui fêtera son 20e anniversaire de naissance le 7 mars. « Je veux gagner. Au bout du compte, les points que vous récoltez ne veulent rien dire. Vous voulez simplement gagner. C’est mon objectif actuellement. Je veux remporter le championnat de la Ligue et ensuite la coupe Memorial. Ce sont mes buts. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

VOIR AUSSI
La transition se poursuit
Effectifs réduits
De l’inspiration et du baseball

En voir plus