Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le gros gibier

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Il était dans la ligne de mire de Pierre Gauthier et ce dernier n’a pas raté sa proie, Erik Cole.


De nombreux partisans des Canadiens étaient à la recherche d’un gros joueur d’avant. On dirait que c’était également le mandat de Pierre Gauthier qui s’est entendu avec Cole le 1er juillet.

Voyez les faits saillants de la carrière d'Erik Cole
«Je ne crois pas que ce soit un secret pour personne que dans les dernières années, Montréal a affiché une moyenne de grandeur un peu plus petite que la plupart des équipes de la Ligue. Bien que je ne sois pas le plus gros sur la glace, je joue avec robustesse », a mentionné l’attaquant de 6-pieds-2, faisant osciller la balance à 205 livres. «J’essaie d’utiliser mon coup de patin pour être efficace le long des bandes et je n’ai pas peur de transporter la rondelle au filet et de faire de la place aux gars. Peu importe le rôle qu’on me demande d’accomplir, je vais y aller à fond. »

Lorsqu’il mettra le pied dans le vestiaire des Canadiens, Erik Cole aura déjà quelques personnes vers qui se tourner, ayant notamment discuté avec Brian Gionta durant sa prise de décision.

«Dès que Montréal a démontré de l’intérêt, je me suis assis avec ma femme et nous avons dressé une liste de questions. J’ai téléphoné à Gio histoire de savoir comment s’était passée la transition pour lui et avoir son opinion », a expliqué Cole qui avoue que les commentaires du capitaine du Tricolore ont été élogieux envers l’organisation, mais aussi les partisans, le centre d’entraînement, la qualité de vie, etc.

Ayant disputé la très grande majorité de sa carrière avec les Hurricanes de la Caroline, à l’exception de 67 matchs avec les Oilers, Cole présente une fiche de 390 points en 620 matchs en plus d’avoir joué un total de 43 matchs en séries de fin de saison.

«Je veux faire partie des séries toutes les années et je veux avoir la chance d’être bien entouré et de faire la différence lorsque ça compte. Je veux faire ça pendant que je me sens encore jeune et que j’ai encore quelques bonnes années devant moi. »

Le fait qu’Erik Cole porte maintenant le bleu-blanc-rouge est un plus pour la formation montréalaise, non seulement parce qu’il joint leur rang, mais également parce qu’il a fait mal au Tricolore par le passé. Il suffit de se souvenir des séries de 2002, alors que les Hurricanes avaient défait les Canadiens en route vers la finale de la coupe Stanley. Cole s’était alors illustré en marquant quatre buts et en ajoutant trois passes pour un total de sept points en six matchs.

«J’ai toujours été franc à propos de la patinoire où j’aime le plus jouer. C’est spécial quand tu viens à Montréal, spécialement durant les séries éliminatoires, mais à d’autres moments aussi. La ville a un genre d’aura autour d’elle », a lancé Cole en entrevue téléphonique. «Peu importe le match que tu y joues, je ne comprends pas que ça ne puisse pas être ton meilleur en carrière et puis quand tu y retournes, ce devrait être celui-là qui est ton meilleur à vie.»

«Maintenant je suis juste un peu inquiet à propos de mes performances sur la route. Les autres arénas ne seront plus aussi excitants », a renchéri Cole à la blague. «J’ai dit à mon agent que je vais être une vraie bête à la maison parce que quand je vais aller sur la route, ce ne sera pas la même chose! »

Heureusement Erik, au moins 41 matchs seront joués au Centre Bell la saison prochaine… et plus encore !

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Erik Cole à Montréal pour 4 ans
Qui est Peter Budaj?
Contrat de deux ans pour Peter Budaj
Weber s'entend avec les Canadiens
En voir plus