Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le dilemme

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – La ronde 2 des Canadiens débute vendredi. Mais contre qui?

D’un côté il y a le Lightning, de l’autre il y a les Red Wings. Les deux formations s’affronteront dans un ultime et dernier match mercredi soir. Et bien que les joueurs des Canadiens regarderont attentivement la rencontre, personne ne portera une casquette ou un chandail de l’une ou l’autre des équipes.

«On va regarder pour voir qui sera notre adversaire. Ça va être excitant. Je n’ai pas vraiment entendu de préférences. On a juste hâte de connaître le résultat», lance Max Pacioretty.

Même s’ils n’ont pas de préférences, les joueurs des Canadiens ont déjà commencé à faire leurs devoirs et connaissent déjà fort bien les forces et les faiblesses des deux belligérants.

«Détroit a une tonne d’expérience en séries. Datsyuk, Zetterberg, Kronwall. Beaucoup de ces gars ont connu du succès dans les séries. Et ils ne sont pas souvent nerveux. Dans un match 7, ce genre d’expérience est vraiment important », souligne Pacioretty. «Tampa aussi est dangereux. Ils sont tellement talentueux, autant en défensive qu’à l’avant. Ils ont la contribution de leur alignement en entier et je crois que c’est une recette dangereuse en séries. Les deux sont de très bonnes équipes.»

Si les Canadiens regardent déjà vers la prochaine série, le directeur général a tout de même pris quelques instants pour revenir sur l’affrontement qui les a opposés aux Sénateurs.

«Ce qui ressort de la série qui vient de se terminer, c’est qu’on vient de battre l’équipe qui était la plus «hot» avant d’amorcer les séries. En se basant sur les six matchs qu’ils ont disputés, c’était une bonne équipe. Nous avons battu une excellente équipe, une équipe qui à 3-0 n’a pas baissé les bras », a rappelé Marc Bergevin qui a rencontré les médias mercredi pour faire un bilan après la première ronde. «Nous avons démontré du caractère. Je suis certain que les autres équipes ne voulaient pas affronter les Sénateurs d’Ottawa en première ronde. De notre côté, certains joueurs se sont levés à différents moments pour remporter des matchs.»

En jetant un coup d’œil à l’offensive des Canadiens, qui a marqué seulement 12 buts en six rencontres, égalant ainsi un record pour le moins de buts dans une série de six matchs, Marc Bergevin est catégorique.

«Est-ce qu’on manque d’offensive? À ce sujet-là je suis très ferme. Ma philosophie est que tu vas gagner et que tu vas aller loin avec une bonne défensive. Je ne changerai pas d’idée là-dessus », explique celui qui a disputé 1191 matchs à la ligne bleue dans la LNH. «D’un autre côté, c’est certain qu’on aimerait s’améliorer en offensive, mais ce ne sera jamais au détriment de la défensive. On regarde de l’avant pour améliorer notre offensive, mais dans le hockey, tu n’as rien pour rien. Est-ce que je sacrifierais un Carey Price pour un gars de 50 buts? Jamais. Ça n’arriverait pas.»

Si Marc Bergevin n’est pas inquiet par le rendement offensif de l’équipe, il a toutefois clairement indiqué que le taux d’efficacité de seulement 5%, ayant marqué un but en 20 occasions au cours de la série contre les Sénateurs.

«Nos unités spéciales pourraient être meilleures. Les entraîneurs passent du temps là-dessus, ils font des rencontres, etc… Je n’ai pas une baguette magique pour me dire les raisons pourquoi ça ne fonctionne pas. Quand on regarde Tampa, c’était l’équipe la plus offensive et ils ont de la difficulté à marquer en séries », lance Bergevin, au sujet notamment du maigre 7% d’efficacité du Lightning en supériorité numérique. «C’est différent en séries. Ce qu’on peut faire, c’est de continuer à s’entraîner et à faire des tests. Il faut s’ajuster, ça fait partie de notre travail. »

Et les hommes de Michel Therrien auront encore quelques jours pour s’adapter, eux qui ont bénéficié de deux jours de repos complet avant de recommencer l’entraînement, contrairement à leurs futurs adversaires, qui quitteront fort probablement Tampa Bay pour se rendre directement à Montréal en vue du match de vendredi.

«Quand on y pense rapidement on pourrait croire que les gars vont être plus fatigués, mais en même temps, ce sont les séries et tu vas chercher toutes les parcelles d’énergie qu’il te reste pour donner ton 100% », explique Pacioretty qui disputera déjà un 27e match en séries. «C’est facile à dire, qu’ils seront vidés, mais le fait est que dans le match 1, ils vont sortir en force, peu importe qui c’est. Il faut vraiment se concentrer sur ce premier match. »

Malheureusement pour les Canadiens, ils ne pourront compter sur les services de Nathan Beaulieu, qui ratera au minimum les quatre prochains matchs de l’équipe. À ce sujet et sur la question des blessures en séries en général, Marc Bergevin a tenu à remettre les pendules à l’heure.

«Je sais que c’est un sujet sensible. Mais mon but est de protéger le joueur et l’organisation en tout temps. Est-ce que nous avons des informations que nous ne voulons pas dévoiler? Oui », a concédé Bergevin, faisant référence au mystère entourant la nature des blessures. «Dans le but de protéger le joueur. S’il est absent pour une longue période, on n’hésite pas à le dévoiler. Pour des blessures moins grandes, on ne veut pas que le joueur devienne une cible alors oui, on cache des éléments. Ce n’est pas nouveau.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Conférence de presse de Marc Bergevin
Échos de vestiaire en vrac
Scénarios possibles
Subban finaliste au Norris
Aux suivants

En voir plus