Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le dernier mot : Sir Patrick Stewart

par Staff Writer / Montréal Canadiens

Acteur au style classique, membre de l’Ordre de l’Empire britannique et vedette de deux énormes franchises cinématographiques de science-fiction, Sir Patrick Stewart est un homme qui n’a pas besoin de présentation. Ayant passé quelques mois à Montréal, le natif de Mirfield, en Angleterre, s’est assuré de vivre l’expérience ultime montréalaise : le hockey des Canadiens. Nous nous sommes assis avec l’acteur de 74 ans durant un entracte pour en apprendre un peu plus sur sa carrière et sa nouvelle passion pour le hockey.

Vous êtes en réalité le deuxième capitaine de l’Enterprise à apparaître dans notre magazine. Nous avions posé la même question à William Shatner, mais selon vous, qui remporterait un duel entre James T. Kirk et Jean-Luc Picard?

SIR PATRICK STEWART : C’est une bonne question qu’on m’a souvent posée. La réponse est que ce combat n’arriverait jamais. Picard ne le permettrait pas, il tenterait de négocier pour l’éviter. Cela dit, le capitaine Kirk l’a déjà mis K.O.

William a aussi dit que Kirk l’emporterait.

PS : (rires) Bien sûr qu’il a dit ça!

Vous êtes président du Huddersfield Town Academy, n’est-ce pas? À quel point êtes-vous un mordu de soccer?

PS : Président est un titre honorifique. Il y a quelques années, j’ai visité l’académie et j’ai observé l’entraînement des jeunes en compagnie de mon ami Mark Lillis, qui est le directeur. Mon oncle m’avait emmené à mon premier match de leur équipe lorsque j’avais sept ans. Elle est mon équipe dans les bons et les mauvais moments depuis 60 ans. De se voir offrir un poste avec le club a été un immense plaisir.

Ont-ils gagné souvent au fil des années ou est-ce que cela a été difficile pour vous en tant que partisan?

PS : J’ai beaucoup souffert la grande majorité du temps. (rires)

Avez-vous un œil pour le talent? Quel serait votre rapport sur le Tricolore?

PS : C’est mon premier match à vie sur place. J’ai vu des matchs à la télévision, mais l’expérience en personne est tellement différente. Rien ne bat être à l’intérieur d’un stade. Je suis acteur, c’est comme si j’étais dans un théâtre. Étant un grand partisan de soccer et ayant regardé du soccer depuis 60 ans, les stratégies sont similaires d’une façon, mais le jeu est beaucoup plus rapide et nécessite d’autres habiletés. Même si je n’ai observé qu’une période jusqu’à présent, j’adore ce que j’ai vu.

Les partisans du Tricolore sont connus pour leur passion. Quelle franchise présente les amateurs les plus passionnés : Star Trek ou X-Men?

PS : Ils sont très différents. X-Men comptait, durant des années, uniquement des amateurs de bandes dessinées. C’était un club très spécifique et exclusif. De l’autre côté, lorsque nous avons amorcé en 1987 la série Next Generation, nous héritions des amateurs de la série originale. Ils n’avaient fait que trois saisons précédemment et tout le monde était un peu mal à l’aise dans tout ça. Certains croyaient que nous modifions ce qui avait déjà été produit, mais lorsqu’ils ont vu que nous refaisions ce que la série originale avait fait, avec beaucoup de respect et avec Gene Rodenbury à la production, ça a fait toute la différence. Ce qui faisait notre force était l’ensemble de notre équipe en 1987. Et 20 ans plus tard, je vois ça comme une émission complète.

Est-ce que les membres de l’équipe sont encore proches?

PS : Absolument. Je les aime tous, sans exception. Je les adore, je ne peux pas me passer d’eux. Peu importe où nous sommes, nous nous croisons un peu partout sur la planète et je les considère comme mes meilleurs amis.

Votre plus récent passage à Montréal remonte à 2014 à l’occasion de Comiccon. Qu’aimez-vous le plus de la ville?

PS : Ma toute première visite à Montréal remonte à 2012 à l’occasion de cette convention. Cette fois-là, je n’ai rien pu voir de Montréal, mais j’ai appris que manger de la nourriture mexicaine à Montréal n’est pas la meilleure des idées. C’était une situation malheureuse. Mais ensuite, j’ai obtenu une visite privée et exclusive par William Shatner, qui vient d’ici. C’était amusant, mais nous n’avions pas vu beaucoup de choses au cours de ce passage. Lors du tournage de X-Men, j’ai habité dans le Vieux-Montréal et j’ai adoré ça! J’ai trouvé un beau petit restaurant où j’allais déjeuner chaque matin qui me rappelait Paris. C’est européen, mais un peu différent. Vous êtes assurément en Amérique du Nord, mais j’ai encore de la difficulté, tout en étant fébrile, à l’idée d’être dans une ville francophone dans ce continent. J’ai vécu à quelques reprises en Amérique du Nord au cours des 20 ou 30 dernières années et d’entendre des gens parler français me rend heureux.

Trouvez-vous que les foules de Comiccon changent dépendamment de l’endroit où ça se tient ou est-ce que les mordus sont semblables peu importe la ville où vous allez?

PS : Ils sont pas mal constants, en partie parce que les gens qui assistent à ces événements viennent de partout dans le monde. Je suis allé une fois à Winnipeg et des habitants de partout au Canada sont venus à la convention. Pour moi, c’est toujours un plaisir de venir au Canada en tant qu’Anglais. Je suis toujours Anglais d’origine, j’ai grandi avec le concept du Commonwealth et ça signifie beaucoup pour moi. Parfois, je deviens un peu émotif lorsque les hymnes nationaux sont chantés.

En tant que Professeur Charles Xavier, tu as plusieurs protégés sous ta tutelle. Les professeurs ne sont pas censés avoir de favoris, mais qui serait votre chouchou parmi les X-Men?

PS : Notre histoire remonte à longtemps et j’ai eu beaucoup de protégés et de membre du personnel. D’une manière, Logan – Wolverine – est un protégé parce que j’ai tenté de changer sa personnalité pleine de rage en quelqu’un de plus parfait. Aussi, en raison de la première fois où j’ai rencontré l’actrice qui l’interprète, Ellen Page, j’ai beaucoup aimé Kitty Pride. J’ai adoré qu’Ellen participe à ces films. Et bien sûr, Shawn Ashmore est un de mes protégés – il n’en a peut-être pas l’air – mais il en est un. Surtout lorsqu’on revient après une longue période, tout le monde a vieilli. Je crois qu’Ellen avait 13 ans lorsqu’elle a participé au film précédent.

L’habileté de lire, contrôler et influencer l’esprit est un talent assez incroyable, mais si vous pouviez avoir un pouvoir d’un autre X-Men, lequel choisiriez-vous?

PS : Je dois vous corriger; Xavier ne contrôle pas l’esprit des gens, il peut simplement y accéder. Il ne peut pas leur faire faire des choses. Il peut y entrer et voir ce qu’ils pensent. Je ne crois pas que ce serait le pouvoir que je choisirais. Je crois – puisque je voyage beaucoup – que je voudrais me téléporter. Je pourrais être à Los Angeles ou Londres en claquant des doigts.

Vous êtes bien connu pour vos rôles devant la caméra, mais vous avez aussi prêté votre voix pour de multiples projets de dessins animés dont Family Guy, American Dad et Gnoméo et Juliette. Appréciez-vous autant ces expériences que lorsque vous jouez un rôle?

PS : Oui. J’adore faire de la narration. J’adore faire du doublage pour des publicités. Ça a été très amusant de travailler avec Seth McFarlane dans American Dad.

Vous avez interprété presque tous les rôles inimaginables de Shakespeare sur les planches. Que pensent vos collègues de longue date ayant étudié le théâtre classique de votre participation aux émissions American Dad et Family Guy?

PS : Ils sont très jaloux! (rires)

Voyez Stewart dans son plus récent rôle en tant que Walter Blunt dans la série Blunt Talk sur les ondes du Starz Network, ou suivez-le sur Twitter (@SirPatStew).

Cet article, écrit par Shauna Denis, est publié dans le numéro 29.4 du magazine CANADIENS.

En voir plus