Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le dernier mot: Barbie Blank

Une entrevue exclusive avec la vedette de télé-réalité et ancienne Diva de la WWE

par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

Après avoir charmé les amateurs de lutte de partout sur la planète alors qu'elle était connue sous le nom de Kelly Kelly dans la WWE, Barbie Blank a conquis le cœur de l'ancien défenseur du Tricolore Sheldon Souray. Souhaitant voler de ses propres ailes après une fructueuse carrière dans l'arène, Blank a volé la vedette de l'émission WAGS, où elle en a fait voir de toutes les couleurs aux autres compagnes de sportifs. Nous avons discuté avec la vedette de la télé âgée de 28 ans pour en apprendre sur son ancienne vie dans la WWE et pour savoir comment Souray l'a aidée à tomber en amour avec le hockey.

Comment Sheldon et toi vous êtes-vous rencontrés?
BARBIE BLANK :
Nous nous sommes rencontrés par l'entremise d'une amie commune avec qui j'habitais à Tampa. Il jouait pour les Oilers à l'époque et il avait un match face au Lightning. Mon amie allait souper avec lui et d'autres personnes et elle m'a invitée puisque j'étais en ville. Nous avons discuté un peu, mais nous ne pensions pas que ça irait loin. Nous sommes devenus amis et c'est environ un an plus tard que nous sommes devenus un couple. Nous le sommes depuis maintenant quatre ans et demi.

Lorsque tu l'as rencontré la première fois, savais-tu qui il était?
BB :
Je n'en avais aucune idée! Je suis originaire de la Floride et le hockey n'est pas très populaire là-bas. Je ne connaissais rien au hockey et lui ne savait rien sur la lutte, à l'exception de ses souvenirs de jeunesse. À nos débuts ensemble, nous nous soutenions mutuellement dans nos carrières. Il assistait à mes spectacles lorsqu'il le pouvait et j'allais voir ses matchs quand j'en avais l'occasion. Nous avions un bel équilibre.

As-tu commencé à apprécier le hockey ?
BB :
Je suis devenue une mordue de hockey! J'adore ça. Après l'avoir rencontré, j'ai constaté qu'il était un gars complètement différent de celui sur la glace. Je me souviens que durant notre premier mois ensemble, ma mère m'avait dit d'aller regarder certains combats de Sheldon sur YouTube. Après l'avoir fait, je me suis dit : « Il détruit les autres gars. C'est fou. » (rires) Il m'a mentionné qu'il était un autre gars loin de la patinoire. J'adorais aller à ses parties et lorsqu'il jetait les gants, je me levais et criais : « Allez bébé. Botte-lui le cul! » Toutes les autres femmes me regardaient d'un air bizarre. (rires)

As-tu déjà enfilé des patins avec Sheldon pour le plaisir? Quel type de joueuse de hockey serais-tu?
BB :
Jamais, mais nous en avons parlé. Je n'ai jamais patiné sur la glace. C'est quelque chose que je voudrais vraiment essayer maintenant qu'il a pris sa retraite. Ce serait quelque chose d'amusant à faire ensemble. Je serais une bagarreuse. Je lui en donnerais pour son argent, c'est certain.

Est-ce que ç'a été long pour te convaincre de participer à l'émission WAGS?
BB :
Lorsqu'on nous a approchés, je trouvais que c'était une bonne idée parce que vous avez Hockey Wives au Canada et nous avions Basketball Wives aux États-Unis, mais il n'y a jamais eu d'émission mettant en vedette toutes les WAGS. Je trouvais le concept excellent et inexploité parce que ce côté de notre monde n'a jamais été vu. 

Nous savons tous qu'il y a des parties mises en scène dans la télé-réalité. À quel point les chicanes que nous voyons dans WAGS sont réelles ?
BB :
Rien n'est arrangé. Les femmes n'aiment pas les copines et vice-versa. (rires) La dynamique est intéressante dans la hiérarchie qui existe dans le monde du sport. Les gens détestent l'admettre, mais il en existe une et nous le montrons dans l'émission.

Est-ce difficile de voir tes faits et gestes filmés par une caméra et être analysés par le grand public?
BB :
On ne voit pas tout. Nous savons à quel moment les caméras tournent, ce n'est pas comme si nous avions des caméras cachées à la maison. (rires) Nous sommes toujours prêts et je suis devenue habituée aux caméras depuis mon époque à la WWE. Nous avions quatre enregistrements par semaine. Sheldon n'était pas aussi à l'aise devant les caméras. Ça lui a pris quelque temps pour s'y habituer. Mais c'est un naturel.

Nous avons vu dans l'émission que tu étais inquiète par rapport à la retraite de Sheldon. Plusieurs semaines se sont écoulées depuis qu'il a accroché ses patins, ta perception a-t-elle changé depuis?
BB :
Puisqu'il était blessé depuis deux ans, il a eu pas mal de temps pour s'acclimater et réaliser qu'il allait se retirer. Je crois qu'il s'est très bien comporté depuis. Chaque carrière prend fin et ne dure pas éternellement. Je me rappelle quand je me suis retirée, je ne savais pas ce que j'allais faire parce que j'étais tellement habituée à avoir un horaire. Il savoure sa retraite. Je suis heureuse avec sa décision et nous passons au prochain chapitre de nos vies.

S'est-il habitué à la retraite? Passe-t-il ses matins à faire des mots croisés? Porte-t-il des sandales avec des bas? Joue-t-il à la pétanque?
BB :
Il adore ça. Il fait ses choses. Il joue au golf le jour et je vais de mon côté. Je prépare le souper et nous passons nos soirées ensemble. Nous sommes un petit couple qui aime rester à la maison et qui aime regarder ses émissions de télévision. C'est une personne complètement différente de celle de l'époque où il jouait à Montréal. (rires)

T'a-t-il déjà raconté à quel point il était très populaire ici ?
BB :
Oh, j'en ai souvent entendu parler. (rires) Disons qu'il m'a dit qu'il a beaucoup profité de ses années là-bas. Il a adoré vivre et jouer à Montréal. Il n'arrêtait jamais de parler de Montréal lorsque nous parlions de sa carrière. À nos débuts ensemble, il venait de signer avec les Stars et ensuite ç'a été avec les Ducks. Le hockey n'est pas le sport le plus populaire au Texas et en Californie comparativement au Canada. Je n'ai donc jamais eu l'occasion de constater à quel point il avait beaucoup d'admirateurs. Lorsque j'entends des gens dire qu'à chaque fois qu'il allait au restaurant ou qu'il marchait dans la rue, il se faisait assaillir, j'ai de la difficulté à l'imaginer. Lorsqu'il me raconte des histoires, on dirait vraiment qu'il était très important à Montréal. (rires)

Tu es sûrement déjà venue à Montréal à quelques reprises au fil du temps avec la WWE?
BB :
C'est drôle puisqu'une de mes demoiselles d'honneur, Maryse, est originaire de Montréal et elle connaît beaucoup d'amis de Sheldon là-bas. Ils se connaissaient. J'adore l'écouter parler de Montréal. Lorsque j'avais un combat contre elle à Montréal, je me faisais tout le temps chahuter parce qu'elle était la vedette locale. (rires)

Nous savons que votre mariage aura lieu à Cabo San Lucas, mais avez-vous des plans d'avoir une deuxième lune de miel à Montréal? Nous te conseillons d'attendre à l'été!
BB :
On ne sait jamais. J'adorerais aller à Montréal et passer du temps là-bas pour essayer des restaurants, pour sortir dans des clubs et pour découvrir la ville puisque je n'en ai jamais vraiment eu l'occasion. Pas seulement pour une lune de miel, mais pour visiter un peu plus. Je veux voir comment les gens vont réagir en voyant Sheldon. (rires)

Dans l'émission, tu as mentionné que tu souhaitais te créer une nouvelle image et te distancer de ton personnage «Kelly Kelly». À quel point est-ce difficile?
BB :
Ç'a été une si grosse partie de ma vie. J'ai commencé à jouer mon personnage de Kelly Kelly à 19 ans et ç'a duré sept ans. Elle était très populaire dans la WWE. Lorsque je suis partie, je voulais laisser ce personnage derrière et faire mon propre nom. Mes admirateurs ont été incroyables et ils m'ont suivie durant toute ma carrière. Ils veulent voir ce qui m'attend. L'émission a été excellente pour eux, afin de leur montrer ce que j'ai fait depuis mon départ de la WWE. J'aimerais devenir actrice ou animatrice ou quelque chose du genre pour développer encore plus ma marque.

T'ennuies-tu de ce style de vie?
BB :
Divertir et performer me manque, c'est certain. J'aimerais faire quelque chose dans le même style. WAGS était incroyable parce que j'ai pu avoir du plaisir tout en étant moi-même et en divertissant les gens, mais d'une façon différente. 

Serais-tu ouverte à un retour à la WWE?
BB :
S'ils me demandaient de revenir pour un événement comme Summerlsam ou Wrestlemania, je ne serais aucunement opposée à ça. Je suis encore jeune et je sens que je peux encore lutter ou faire autre chose du genre. On ne sait jamais.

Même si tu souhaites t'éloigner de la lutte, ressors-tu tes vieilles prises sur Sheldon s'il ne se comporte pas de la bonne manière?
BB :
(rires) Je me souviens que lorsque nous avons commencé à sortir ensemble, il m'a demandé : «Bébé, est-ce que la lutte est réelle?» Il n'aurait pas dû m'essayer. (rires) Je lui ai donc fait une savate à la Ric Flair tellement fort sur le torse qu'il a réalisé à ce moment que la lutte était bien réelle. J'essayais des prises sur lui tout le temps et il ne comprenait pas à quel point c'était fou.

En voir plus