Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le Club de hockey Canadien pleure le décès de Gilles Tremblay

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Le Club de hockey Canadien a eu le regret d’apprendre le décès de M. Gilles Tremblay, survenu tôt mercredi matin. L’ancien joueur des Canadiens était âgé de 75 ans.

L’attaquant originaire de Montmorency, près de Québec, savait s’illustrer aussi bien en défensive qu’à l’offensive. C’est en 1961, après quatre saisons avec l’organisation des Canadiens de Hull-Ottawa, incluant une participation à la coupe Memorial, que Gilles Tremblay s’est taillé un poste à Montréal. À sa première campagne, à l’âge de 22 ans, Tremblay inscrit sept buts en 45 matchs. C’est le 12 novembre 1960, dans un match contre les Red Wings de Detroit, qu’il fera ses débuts dans l’uniforme bleu, blanc et rouge des Canadiens, aux côtés de Jean Béliveau et Bernard Geoffrion avec la tâche de contenir Gordie Howe.

Dès sa seconde saison, en 1961-1962, il est le deuxième meilleur buteur des Canadiens avec une récolte de 32 buts, un seul but de moins que Claude Provost. Reconnu comme un excellent joueur dans les deux sens de la patinoire, Gilles Tremblay s’affirme en zone adverse, lui qui franchira le plateau des 20 buts à cinq occasions en carrière.

Tremblay qui n’avait pas son pareil pour mettre en sourdine les francs-tireurs adverse, a muselé les plus grands joueurs du circuit et, ce faisant, aidé les Canadiens à renouer avec le succès, remportant la coupe Stanley en 1965. Au cours de sa carrière de neuf saisons avec les Canadiens, il gravera son nom sur la coupe à quatre reprises.

Des problèmes respiratoires ont écourté la carrière de Gilles Tremblay qui tira sa révérence à l’âge de 33 ans. En 509 matchs du calendrier régulier, il a inscrit 168 buts et 162 aides, en plus d’ajouter 23 points, dont 9 buts, en 48 rencontres des séries éliminatoires.

Mais le nom de Gilles Tremblay demeurera associé au hockey pendant encore près de 30 ans, lui qui fut analyste à la Soirée du hockey aux côtés du légendaire René Lecavalier, puis de Richard Garneau. Son travail a été reconnu à sa juste valeur en 2002, quand il a fait son entrée au Temple de la renommée du hockey, après s’être vu décerner le prix Foster-Hewitt pour l’excellence de son travail derrière le micro.

En voir plus