Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Objectif : apprendre et impressionner

Le camp de développement des Canadiens accueille 42 jeunes pleins d'espoir

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

BROSSARD - Certains en sont à leur premier camp, d'autres à leur dernier. Certains sont des choix de premier tour alors que d'autres sont là grâce à une invitation. Mais tous les joueurs présents au camp de développement des Canadiens ont la même idée en tête : montrer ce qu'ils sont capables de faire et surtout, apprendre le plus possible au cours de ces quatre journées sur la glace.

 

C'est le cas de Noah Juulsen, qui a maintenant complété son stage junior et qui s'apprête à faire le saut chez les professionnels.

«C'est juste une expérience, c'est d'être un peu comme une éponge. Tu veux apprendre tout ce que les entraîneurs et les responsables du développement te disent. Je pense que c'est la chose la plus importante, a dit le défenseur, qui ne veut pas brûler d'étapes.

«Je veux être ici, aller au camp des recrues, espérer faire le vrai camp en faisant de mon mieux et en espérant pour le mieux», a ajouté le choix de premier tour en 2015.

De son côté, Nikita Scherbak a beau être un vétéran dans ce groupe, alors qu'il a déjà goûté à la Ligue nationale, il croit qu'il a encore tout à prouver.

«C'est le cas chaque année, que tu en sois à ta première ou à ta dixième année. Tu viens ici et c'est une nouvelle étape, particulièrement avec le nouvel entraîneur (en Claude Julien). C'est un gros défi», a dit ce lui qui a marqué un but à son premier match dans la LNH la saison dernière lorsqu'il avait été rappelé par les Canadiens.

Premier choix du Tricolore en 2014, le Russe sait que les attentes sont élevées envers lui alors qu'il vient de compléter sa deuxième année dans la Ligue américaine.

«J'ai déjà joué deux saisons chez les pros, alors les gens s'attendent à plus, c'est certain. J'ai juste à travailler fort pour ça, a admis le Russe, qui passe ses étés à Montréal pour s'entraîner à Brossard, notamment avec le responsable du conditionnement physique des Canadiens, Pierre Allard.

«J'ai tout pour m'améliorer durant la saison morte. Chaque jour, je sens que je suis en contrôle. On travaille fort avec Pierre. C'est un bon entraîneur. Même l'été dernier, je suis devenu plus fort et plus gros et je l'ai senti au début de la saison et durant toute l'année», a-t-il précisé.

 

Si Juulsen et Scherbak font partie des joueurs dont l'avenir à court terme est assuré, c'est tout le contraire pour le Québécois Maxime Fortier. Jamais repêché, l'ailier droit de 19 ans en est à son deuxième camp de développement à Brossard. Il n'a pas à chercher bien loin pour trouver de qui s'inspirer pour réaliser son rêve. Lors des dernières séries éliminatoires, le Québécois Frédérick Gaudreau - jamais repêché lui non plus - s'est démarqué à ses débuts avec les Predators de Nashville, à 24 ans, après avoir travaillé fort dans les mineures.

«Il y a des exemples partout dans la ligue maintenant, alors c'est ça mon but. Je veux jouer dans la Ligue nationale et je vais tout faire pour l'atteindre. Ç'a été dur pendant une demi-heure une fois que le repêchage a été fini, mais après la déception, j'ai eu l'appel des Canadiens, a raconté Fortier.

«Mon but est de donner tout ce que j'ai cette semaine et de leur démontrer ce que je suis capable de faire. Je peux retourner junior, mais je ne cacherai pas que mon but est de jouer dans la Ligue américaine l'an prochain», a mentionné le natif de LaSalle.

Le camp se poursuit au Complexe Bell de Brossard, jusqu'à mercredi.

En voir plus