Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le calepin des séries - 5 mai

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Aujourd’hui dans le calepin : Price répond aux Bruins, White attend patiemment son tour et Therrien a hâte de revoir le Centre Bell.

DU PAREIL AU MÊME : Au terme des deux premiers matchs de la série Montréal-Boston, les défenseurs des Bruins Torey Krug et Dougie Hamilton ont affirmé qu’ils avaient trouvé une faiblesse du côté de Carey Price.

Suite à la remontée de leur équipe qui a mené à la victoire des leurs de 5 à 3 samedi après-midi, les deux jeunes défenseurs ont indiqué que Price se mettait à genoux trop rapidement lorsqu’il a la vue voilée. Selon eux, le gardien vedette était vulnérable aux tirs hauts, ce qui est exactement survenu au cours de la rencontre.

Malgré une séquence de cinq victoires consécutives avant cette défaite, le gardien de 26 ans ne se sent aucunement concerné par ces « analyses ».

« J’ai vu de nombreux rapports sur plusieurs gardiens dans la Ligue, et la plupart d’entre eux ont la même analyse. C’est bon pour Tuukka [Rask], c’est bon pour moi, c’est bon pour Ben Bishop, c’est bon pour Corey Crawford. C’est un commentaire sans importance », a indiqué Price, qui présente une fiche de 5-1 et une moyenne de buts alloués de 2,54 en six parties éliminatoires jusqu’à présent.

De son côté, Michel Therrien n’est pas surpris de voir les Bruins utiliser plusieurs tactiques pour distraire les Canadiens à l’aube de la rencontre de mardi. Le vétéran entraîneur s’attendait à les voir provoquer des choses sur la glace et à l’extérieur par l’entremise des médias dès le moment où leur confrontation en deuxième ronde a été confirmée.

« C’est quelque chose que nous avons vu souvent et qui s’est répété à maintes reprises. Lors de finale de la coupe Stanley l’an passé, on a entendu souvent parler de Corey Crawford et de sa tendance à être battu du côté du gant. Ça fait partie de la stratégie des Bruins », mentionne Therrien. « Ensuite, vous avez les commentaires de Claude [Julien] qui tente d’influencer les arbitres. Ça a toujours été le style des Bruins de Boston. Est-ce que ça influence mes joueurs? On ne dirait pas. Ça ne m’affecte certainement pas en tout cas. »

LA PATIENCE EST UNE VERTUE : Lors de la séance d’entraînement de lundi à Brossard, on a pu apercevoir quelques changements au sein de la formation qui pourrait être utilisée mardi face aux Bruins. L’un de ceux-là était la venue de Ryan White au centre de Dale Weise et Travis Moen au sein du quatrième trio. Bien que Michel Therrien ait indiqué qu’il n’annoncerait que mardi les changements à sa formation en vue du match #3, White est prêt comme jamais pour venir aider ses coéquipiers.

« Je suis arrivé à la patinoire comme tous les jours, prêt à travailler. Mon nom figurait sur la liste des trios aujourd’hui, nous verrons de quoi ça aura l’air demain », a confié le robuste attaquant du Tricolore, qui n’a participé à aucun match de son équipe depuis le début des séries. « Vous voulez aller à la guerre avec vos coéquipiers et être de l’action. J’espère obtenir cette opportunité demain soir. »

Présent à tous les matchs depuis le début du parcours des siens au printemps, l’attaquant manitobain a fait comme les spectateurs présents au Centre Bell, soit observer avec attention tout ce qui s’est déroulé sur la patinoire. Bien qu’il a été laissé à plusieurs reprises au cours de la saison régulière, White admet que cette situation n’a pas toujours été facile et qu’il semble apprendre mieux lorsqu’il est sur le terrain.

« Pour être honnête, je n’aime pas regarder les matchs. Je veux seulement jouer », poursuit White, qui avait marqué un but en trois rencontres lors des séries 2012-2013. « C’est difficile de dire ce que j’ai vu de différent [de la passerelle de presse], je n’ai fait qu’attendre mon tour. Ça me brûle à l’intérieur, je suis prêt à y aller. »

RIEN COMME CHEZ SOI : Mardi marquera le retour des Canadiens au Centre Bell, deux semaines exactement depuis qu’ils aient éliminé le Lightning lors du match #4 en première ronde. Gonflés à bloc face à cette situation, surtout qu’ils ont réussi à mettre la main sur une victoire à l’étranger, le Tricolore sait qu’il ne devra pas oublier leur plan de match malgré le haut niveau d’énergie dont il profitera.

« Nous avons tous hâte de jouer à la maison demain. Il n’existe pas de meilleur endroit pour jouer en séries qu’au Centre Bell », explique Michel Therrien au sujet de la réputation de Montréal au printemps. « Je fais de mon mieux pour m’assurer que nous demeurons concentrés sur les bonnes choses. Nous nous attendons à un bon match demain dans un amphithéâtre survolté. Ce sera extraordinaire au Centre Bell et ce sera quelque chose d’y être. »

Ayant été témoin de l’appui qu’ont reçu les Bruins lors des deux premières rencontres de la série, l’entraîneur-chef du Tricolore a hâte de pouvoir se retrouver du bon côté des applaudissements provenant des gradins.

« Comme leurs partisans, les nôtres sont très, très passionnés lorsqu’il est question de leur équipe. C’est pour ça que nous avons connu du succès à la maison, parce que nous jouons devant nos partisans », poursuit Therrien. « Ils rendent notre amphithéâtre encore plus intimidant. C’est une source de motivation pour l’équipe locale. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

En voir plus