Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le «Big Three» + 1

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BOSTON - Plus les matchs se suivent, plus Andrei Markov continue de se hisser parmi les meilleurs défenseurs dans l’histoire des Canadiens.



Il y a quelques années, alors qu’Andrei Markov était continuellement frappé par la malchance et subissait par plusieurs blessures sérieuses coup sur coup, plusieurs doutaient qu’il pourrait encore demeurer parmi l’élite, ou, simplement, demeurer en santé. Ses détracteurs se sont de nouveau manifestés au cours de l’été lorsque l’organisation a décidé d’offrir au défenseur de 35 ans une prolongation de contrat de trois saisons, pensant que c’était un pari trop risqué pour un joueur de son âge, surtout avec son historique de blessures.

Malgré tout cela, le vétéran quart-arrière à la ligne bleue n’a jamais été affecté par les critiques, continuant de faire son petit bout de chemin. Il l’a tellement bien fait au fil des dernières saisons qu’il continué de grimper les échelons parmi les plus grands à sa position dans la riche histoire des Canadiens. Si bien que samedi soir, il a réussi à faire ce que seuls les membres du Big Three – Serge Savard, Larry Robinson et Guy Lapointe – avaient accompli à Montréal : marquer 100 buts en tant que défenseur.

Le fait qu’il ait atteint ce plateau dans la victoire de 2 à 0 des siens samedi – quelques semaines après avoir dépassé Doug Harvey pour prendre le troisième rang parmi les meilleurs pointeurs chez les arrières dans l’histoire de l’équipe – ne fait que démontrer qu’il a été un modèle de constance à chaque fois qu’il a endossé l’uniforme bleu-blanc-rouge. Bien qu’il admette que de se retrouver aux côtés de ces légendes est flatteur, pour lui, quitter Boston avec une victoire l’était plus.

« C’est quelque chose de spécial c’est sûr, mais ce qui est le plus important est la victoire ce soir. Je suis heureux de la victoire de ce soir », a confessé Markov suite à la victoire de samedi, inscrivant le but de la victoire en mi-chemin en première période. « Je ne savais pas que seul le ‘Big Three’ avait réalisé ça. C’est quelque chose de spécial pour tout joueur. J’attendais ce moment et maintenant c’est fait. Je vais pouvoir aller de l’avant. »

Beaucoup a été dit sur les qualités de leader de Markov avant la saison lorsqu’il a été nommé l'un des quatre adjoints pour 2014-2015. Cette décision avait été prise non seulement en raison de ses performances lors des matchs, mais également parce qu’il était un exemple à suivre pour plusieurs. Un exemple sur lequel ses plus jeunes coéquipiers, qu’il côtoie à chaque jour, peuvent s’inspirer lorsque vient le temps de d’enfiler les patins.

« Il fait partie de tout un groupe maintenant. En jouant avec lui et en voyant la manière avec laquelle il marque, il utilise son intelligence. Un jeu comme celui de ce soir est l’exemple parfait. Il avait compris qu’il y avait beaucoup de circulation et qu’il n’avait besoin que de décocher un petit tir rapide », explique Brendan Gallagher, coéquipier de Markov depuis maintenant trois saisons, qui a terminé sa soirée avec deux points. « C’est ce qui le rend si bon. Marky ne parle pas tant que ça et il laisse son jeu le faire à sa place. Depuis que je suis ici, il a toujours été un gars qui se présente et qui veut gagner.

L’exploit qu’a réalisé Markov était également spécial pour celui qui lui dit quand sauter sur la patinoire. Michel Therrien connait le Russe depuis de nombreuses années, étant même celui qui l’a dirigé à ses débuts dans la LNH au début des années 2000. Il l’a vu surmonter plusieurs obstacles au cours des dernières années et était plus qu’heureux pour son vétéran, surtout que ce but a permis au Tricolore de prendre les commandes en début de rencontre.

« Avec Andrei Markov, tu sais à quoi t’attendre de lui à tous les matchs », a confié le pilote du Tricolore, qui a justement atteint le 49e rang dans l’histoire de la LNH chez les entraîneurs en dirigeant le 614e match de sa carrière, samedi. « D’avoir marqué son 100e but dans l’uniforme des Canadiens en dit beaucoup. Pas juste sur la personne, mais aussi sur le joueur de hockey. Son 100e était un but vraiment important dans le match de ce soir, inscrit sur le jeu de puissance. Il nous a donné beaucoup de momentum. »

Momentum qu’ils tenteront de garder alors que les Canadiens disputeront un deuxième match en autant de soirs, dimanche à New York face aux Rangers.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Jamais trop de profondeur
Face à face: Canadiens @ Bruins

Ça pousse

Les grandes dames derrière les joueurs

À prendre au sérieux

En voir plus