Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

L’avantage de la route

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Une chose doit maintenant faire partie du plan de match de toute équipe qui reçoit les Canadiens : éviter le banc des pénalités à tout prix.

Les Canadiens se situent au tout premier rang de la LNH pour l’efficacité en avantage numérique à l’étranger avec un pourcentage de 29%, dominant son plus proche poursuivant, les Sénateurs, qui est à 25,6% d’efficacité.

« Notre avantage numérique est simple. Nous tirons et fonçons au filet et nous générons du trafic. Les équipes peuvent le savoir et se préparer à ça, mais on va quand même être capable de l’exécuter », a souligné Brendan Gallagher, qui a marqué trois de ses huit buts jusqu’ici avec l’avantage d’un homme. « On va toujours avoir un gars supplémentaire sur la glace et c’est plus difficile à contrer. La simplicité est notre avantage. »

Échos de vestiaire: Rene Bourque

Jusqu’ici cette saison, la troupe de Michel Therrien a trouvé le fond du filet en avantage numérique à au moins une reprise lors de chacun des matchs sur la route.

« Il ne devrait pas y avoir de différence entre les matchs à domicile et les matchs sur la route », a soutenu Gallagher qui croit toutefois avoir une petite idée du pourquoi. « La seule chose à laquelle je pense, c’est qu’on sait à quel point c’est difficile de gagner sur la route. Quand tu obtiens un avantage numérique, c’est une chance énorme. Si c’est tôt dans le match, tu peux prendre les devants rapidement et être plus confortable. »

« C’est peut-être juste une coïncidence aussi », a ajouté Gallagher à la blague, lui qui évolue maintenant au sein du trio de l’heure chez le Tricolore, en compagnie de Max Pacioretty et David Desharnais.

La troupe de Michel Therrien aura l’occasion de le vérifier cette théorie contre les Sabres, qui écopent en moyenne d’un peu plus d’une douzaine de minutes de pénalités par match, au 17e rang de la LNH à ce chapitre. Toutefois, le Tricolore devra se méfier des Sabres, qui, malgré qu’ils aient perdu leurs quatre plus récents matchs et présentent une fiche peu reluisante de 5-19-1, voudront commencer à remonter la pente.

« C’est très demandant de jouer dans la LNH. Peu importe l’équipe contre laquelle tu joues, ça va être difficile de gagner », a souligné Michel Therrien, qui devra composer sans la présence de Rene Bourque, qui devrait effectuer un retour au jeu au cours de la fin de semaine prochaine. « Notre équipe est confiante parce qu’on suit le plan de match et nous avons une bonne éthique de travail. Nous savons tous que c’est difficile de gagner dans la LNH et ça va être un match difficile demain à Buffalo. »

Non seulement le match à Buffalo marque le début d’un voyage de deux matchs sur la route, mais il marque également le début d’une séquence difficile pour les Canadiens, qui disputeront quatre matchs en six soirs.

« C’est un moment difficile de notre horaire. C’est la raison pour laquelle lundi nous ne sommes pas allés sur la glace. Nous tentons de conserver les énergies et d’être frais, non seulement physiquement, mais aussi mentalement », a souligné Michel Therrien après le dernier entraînement de l’équipe avant son départ pour Buffalo. « J’ai aimé notre énergie aujourd’hui à l’entraînement, mais ça va être un moment dur. On va tenter de gérer le temps de glace de nos joueurs, mais nous comprenons tous que les prochains jours seront difficiles. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale
Échos de vestiaire en vrac
Boucler la boucle
Malkin, Pacioretty et Dubnyk sont les trois étoiles de la semaine
À la prochaine, Sid

En voir plus