Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

L’âme du guerrier

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Le monde du hockey évolue constamment et avec lui, Brandon Prust.

Certains retirent une fierté lorsqu’ils marquent un gros but. D’autres, lorsqu’ils font un arrêt incroyable. Pour Brandon Prust, cette fierté, c’est lorsqu’il est en mesure de défendre un coéquipier, peu importe la façon dont il doit s’y prendre. Le solide ailier du Tricolore a récemment expliqué ses motivations derrière le fait de laisser tomber les gants aussi souvent qu’il ne le fait dans la LNH sur le site The Players Tribune, un nouveau site créé par l’ancien joueur de baseball Derek Jeter, pour donner la voix directement aux joueurs.

«Ils voulaient travailler avec moi. Il y a des rédacteurs qui écrivent pour toi, dans tes propres mots », explique Prust qui a vu son texte être repris par de nombreux organes de presse et qui a remis au goût du jour la question des bagarres dans la LNH. «Je ne croyais pas que ça allait devenir si gros. Je croyais seulement que c’était une idée cool. Les articles et les concepts proviennent directement des joueurs. Ce sont mes mots. Si j’avais su à quel point ça allait être gros, j’aurais peut-être attendu la fin de la saison. »

Prust n’est pas le premier joueur de hockey à signer un texte sur le site en question. Sean Avery, Tyler Seguin et Logan Couture ont d’ailleurs tous participé jusqu’à présent, en signant des textes qui représentent ce qu’ils ont à dire, sans l’intermédiaire des médias.

«Quand ils viennent te chercher, ils recherchent quelque chose d’unique, basé sur une expérience. Ça, c’est mon expérience. Ce sont mes mots, en toute honnêteté», a poursuivi Prust, qui a rencontré les membres des médias pendant au moins 20 bonnes minutes après l’entraînement, justement pour clarifier son point de vue par rapport au battage médiatique entourant la publication de cet article.

«Il y a moins de bagarres. C’est mieux pour le sport. Il y a de moins en moins de combats préparés d’avance », ajoute Prust, qui avoue qu’il se concentre beaucoup plus sur la portion hockey qu’avant, lui qui compte 113 combats dans la LNH en saison régulière en carrière. «Au cours de mes premières années dans la Ligue, je ne pensais pas vraiment au hockey, je pensais à me battre. Maintenant, les choses ont bien changé et c’est pour le mieux. »

Et les chiffres sont là pour appuyer les dires du numéro 8 du Tricolore. En 2010-2011, il y a eu un total de 642 combats dans la LNH, soit dans 26% des matchs. L’année suivante, ce nombre est passé à 22%. Il y a eu légère recrudescence lors de l’année du lock-out, avec des combats dans 23,9% des matchs de cette saison écourtée. Puis en 2013-2014, seulement 18,9% des matchs ont été le théâtre de bagarres. Finalement, en 2014-2015, la LNH a recensé 257 combats jusqu’ici ce qui représente une bagarre dans 16,9% des rencontres. Il y a donc eu une baisse de près de 10% en seulement cinq ans.

«Il y a encore de gros joueurs, mais le sport évolue. Ça devient plus rapide et les gars ne sont plus aussi gros qu’avant. Il m’arrive souvent d’affronter des gars qui ne sont pas énormes. Comme je le dis, le sport change », insiste Prust qui a fait ses premiers coups de patin dans la LNH lors de la saison 2006-2007. «Le sport change trop rapidement pour les gros gars qui sont seulement là pour se battre. »

S’il mène les Canadiens pour le nombre de fois où il a laissé tomber les gants cette saison, Prust, qui présente 13 points à sa fiche jusqu’ici cette saison, sait très bien qu’il peut faire bien plus que seulement se battre, mais aussi que ses coéquipiers sont là et qu’ils s’épaulent dans tous les aspects du jeu.

«Tout est question d’équipe. Si les gars ont besoin de se serrer les coudes, je sais qu’ils le feront. Pourvu qu’on joue un style robuste et que ça soit difficile de jouer contre nous, c’est tout ce qui m’importe », lance Prust qui se retrouve au troisième rang chez le Tricolore pour le nombre de mises en échec avec 72. «Mais lorsqu’il est question de se battre, je sais que des gars vont se lever au besoin. Si c’est pour autre chose, comme insuffler de l’énergie, je sais que ce gars-là risque d’être moi. »

Le vétéran, qui en est à sa huitième saison sur le circuit Bettman, connaît son rôle et c’est un rôle qu’il embrasse pleinement depuis ses débuts dans la LNH. Au passage, il a trouvé le moyen de récolter un point dans environ 25% de ses matchs et ce, en jouant souvent des minutes réduites au sein d’un troisième ou d’un quatrième trio.

«Je ne sais pas comment [Max] Pacioretty marque autant de buts. Ce n’est pas en moi. Je ne sais pas comment il fait des tirs comme ça. Je ne comprends pas », lance Prust. «Les gens ne comprennent pas toujours tous les aspects du sport. C’est dur. Ça rend nerveux, je ne le cacherai pas. C’est mon travail, je l’ai choisi et je l’aime. J’aime venir à l’aréna chaque jour et jouer au hockey. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Les Canadiens concluent une nouvelle entente avec le gardien Mike Condon
P.K. Subban des Canadiens reçoit une amende de 2 000 $
Carey Price remporte la coupe Molson en janvier
Moitié-moitié au Centre Bell

En voir plus