Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

L’accueil montréalais

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – La rencontre de mardi marquera la grande rentrée montréalaise pour les nouveaux venus des Canadiens.

Jeff Petry, Torrey Mitchell et Brian Flynn ont déjà joué un total de 14 matchs au Centre Bell à eux trois. Mais aucun d’eux n’a encore vécu la frénésie du hockey des Canadiens dans la mecque qu’est Montréal.

«J’ai vraiment hâte. J’ai déjà joué au Centre Bell, dans l’équipe adverse et j’y ai connu un certain succès », explique le défenseur Jeff Petry, qui a récolté un but et une mention d’aide en trois matchs à Montréal en carrière. «Ça va être excitant d’y disputer mon premier dans l’uniforme des Canadiens. »

Petry a d’ailleurs eu un avant-goût du genre d’accueil qui l’attend mardi soir, alors qu’un peu plus de 200 partisans se sont présentés pour l’entraînement matinal.

«C’était complètement fou. Je n’ai jamais vécu d’expérience pareille. C’était une bonne préparation pour mardi », a mentionné Petry, qui a vécu l’ambiance du Centre Bell le 12 février dernier, alors que les Canadiens et les Oilers s’étaient livrés à un duel qui a pris fin en prolongation, à la faveur des Oilers. «L’atmosphère ici est géniale et tous les gars ont été très accueillants. D’arriver avec l’équipe sur la route a beaucoup aidé à mieux connaître nos nouveaux coéquipiers. »

Si pour Petry le fait de jouer au Centre Bell est une expérience spéciale, imaginez ce que ce sera pour Torrey Mitchell, qui a grandi à quelques kilomètres de là.

«Je vis beaucoup d’émotions. C’est une équipe que je regardais quand j’étais jeune. Je suis excité de pouvoir jouer à la maison», a expliqué le joueur de centre de 30 ans originaire de Greenfield Park, sur la Rive-Sud de Montréal. «J’aurai beaucoup d’amis et de famille au match. L’adrénaline sera à son maximum. Déjà sur la route, c’était spécial. Tout le monde ici représente sa famille et sa communauté, mais comme j’ai grandi ici, c’est un peu différent. Ça veut dire beaucoup pour moi. »

Pour les trois joueurs, tout comme pour leur coéquipier Devante Smith-Pelly, d’une semaine leur aîné chez le Tricolore, l’important à l’heure actuelle est encore de s’adapter au nouveau système de jeu, à de nouveaux coéquipiers… à une nouvelle équipe quoi.

«Ils doivent être comme des éponges. Ils ont beaucoup de nouvelles choses à assimiler et on sait que ça va prendre un certain temps. On peut voir que lors du plus récent match, les gars ont commencé à comprendre un peu mieux notre fonctionnement », a mentionné Michel Therrien au sortir d’un rare entraînement complet pour sa formation qui a un calendrier de match plutôt chargé jusqu’à la fin de la saison. «Je leur ai parlé ce matin et ils m’ont avoué qu’ils étaient plus confortables. »

Non seulement les nouveaux venus sont de plus en plus confortables sur la glace, mais ils le sont également dans le vestiaire.

«Les gars sont très excités de faire partie de ce groupe. La chimie de cette équipe est phénoménale », explique Therrien qui compte 658 matchs d’expérience derrière le banc dans la LNH. «J’adore le fait que les joueurs aiment être ensemble. Ils ont toujours de gros sourires quand ils viennent à l’aréna. C’est plus facile pour des gars de s’adapter quand il y a une chimie aussi bonne dans un groupe. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Récolter les fruits
Changer de côté
Un match en trois temps
D’un joyau à l’autre
Carey Price a élevé son niveau de jeu pour les Canadiens

En voir plus