Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

La vie commence à 75

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTREAL -  Il n’y avait peut-être pas de gâteau à manger ou de bougies à souffler dans le vestiaire mercredi matin, mais les Canadiens avaient bien des raisons de célébrer après avoir atteint le plateau des 75 points.


Alors que plusieurs « experts » voyaient le Tricolore troquer leurs bâtons de hockey pour ceux de golf dès le début avril, un regard rapide au classement indique que la troupe de Guy Carbonneau est sur un pied d’égalité au premier rang de la Conférence de l’Est.

« Les gars commencent vraiment à croire à nos succès et a fait boule de neige », a indiqué Christopher Higgins. « On se regroupe tous les matins pour regarder le classement sur le tableau dans le vestiaire. Nous savons exactement où nous sommes et où nous voulons être. »

Grâce à ce gain signé suite à la plus spectaculaire remontée dans l’histoire de l’équipe, les Canadiens ont atteint le plateau des 75 points à leur 61e match, le plus tôt dans une saison depuis la campagne 1992-1993 où la troupe de Jacques Demers, en route vers la coupe Stanley, avait récolté ses 75e et 76e points du calendrier lors de son 59e match.

« C’est toujours difficile de mériter le respect des autres équipes, des médias et des partisans », a expliqué Saku Koivu. « Pour cela, il faut normalement connaître une bonne saison avec un long parcours en séries. On a réussi la moitié de cela l’an passé et les gens pensaient que nous allions faire la même chose cette année. Mais, c’est sous-estimer la chimie et la détermination de cette équipe. »

Après avoir participé à une remontée historique alors que la soirée s’annonçait être un cauchemar, Mike Komisarek a néanmoins eu de la difficulté à trouver le sommeil.

« Ce fut vraiment difficile de s’endormir hier soir. L’adrénaline pompait encore à flot lorsque je suis arrivé chez moi », a expliqué Komisarek. « Je me rappelais la séquence des événements et je ne pouvais y croire. Toutefois, on doit oublier ce match et penser au prochain. »

Tandis qu’Evgeni Malkin et les Penguins de Pittsburgh seront les prochains visiteurs au Centre Bell jeudi, l’entraîneur-chef des Canadiens rappelle que signer une victoire d’une façon si émotive peut être une lame à double tranchant.

« C’est très difficile d’évaluer l’impact qu’aura cette victoire sur le reste de la saison », a indiqué Carbonneau. « On peut en profiter pour nous améliorer ou encore se penser trop bon et piquer du nez. Toutefois, lorsque nous allons tirer de l’arrière 1-0 ou 2-0, nous ne paniquerons pas. Nous savons que nous pourrons remonter la pente. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com
En voir plus