Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

La saison en revue – Roman Hamrlik

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Roman Hamrlik en a vraiment eu pour son argent en 2009-2010.


Tout ceux qui s’inquiétaient du sort des Canadiens sur une longue période lorsque le défenseur étoile Andrei Markov s’est blessé se sont rapidement ravisés lorsqu’ils ont vu l’effort déployé par Roman Hamrlik au cours de la saison.

Jadis joueur-étoile lui-même, le défenseur de 36 ans a prouvé qu’un diachylon de 6-pieds-2 et 210 livres à la ligne bleue pouvait avoir un certain impact, gardant la tête du Tricolore hors de l’eau durant l’absence de 37 matchs de Markov en saison régulière, suivie de ses 11 matchs sur la touche en séries éliminatoires.

Le surplus de travail de Hamrlik cette saison s’est traduit par de nombreuses minutes passées sur la surface glacée, avec en moyenne 23 :26 sur la glace, devancé seulement par Markov à ce chapitre et son plus haut total depuis qu’il a joint les rangs des Canadiens en 2007-2008.

Hamrlik a peut-être vu ses responsabilités augmenter durant la saison 2009-2010, mais c’est vraiment en séries éliminatoires que « Hammer » a fait sentir sa présence. Avec un sommet en carrière de neuf points en 19 matchs, Hamrlik a mené les défenseurs des Canadiens ce printemps. Celui qui se trouve au deuxième rang pour le nombre de points en séries doit aussi une fière chandelle au numéro 44.

Appelé d’urgence pour aider le Tricolore en séries éliminatoires, se joignant à la troupe de Jacques Martin pour le sixième match contre Washington, le jeune P.K. Subban s’est trouvé tout un tuteur avec le défenseur tchèque dès son arrivée à Montréal. Le mentorat de ce jeune phénomène s’est avéré une autre note dans un carnet de route déjà bien rempli pour le vétéran de 17 saisons dans la LNH.

« Les vétérans dans cette équipe ont rendu les choses tellement plus faciles pour moi et jouer avec un gars qui en a vu d’autres comme Hammer m’a énormément aidé », a admis Subban.

Roulant sa bosse dans la LNH depuis qu’il a été repêché au tout premier rang en 1992, Hamrlik peut appeler la ligne bleue des patinoires de la ligue sa maison depuis qu’il a 18 ans. Bien qu’il ne soit plus dans la fleur de l’âge comme à son année record de 65 points avec le Lightning, il a adapté son style de jeu et fait bien les petites choses qui peuvent faire la différence à tous les soirs.

Et ces petites choses s’accumulent, ce qui ne peut être qu’un bon présage pour Subban et les Canadiens.

Manny Almela écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

Voir aussi
L’année en revue – Benoit Pouliot
La saison en revue - Dominic Moore 
La saison en revue – Josh Gorges 
L’année en revue – Marc-André Bergeron 
En voir plus