Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

La saison en revue – Glen Metropolit

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Tout ce que Glen Metropolit a toujours désiré, c’est d’avoir sa chance.


À l’âge de 35 ans, Metropolit a finalement eu sa chance de briller et il en a profité tout au long de la saison 2009-2010. Alors que plusieurs sont prompts à définir Jacques Martin comme un entraîneur défensif, son embauche à titre de pilote des Canadiens a eu tout un effet sur la production offensive de Metro.

Reconnu pour son caractère défensif durant ses sept précédentes saisons dans la LNH, Metropolit a eu la chance d’évoluer en avantage numérique. À partir de ce moment, il n’a jamais regardé derrière lui. Alors que son niveau de confiance grimpait à chaque minute de temps de jeu en supériorité numérique, Metropolit a terminé au premier rang des buteurs avec un homme en plus, à égalité avec Brian Gionta et ses 10 buts. Metro a terminé la campagne avec 16 buts, un sommet pour lui. Comme si ce n’était pas assez, ses 10 buts en avantage numérique représentent plus de buts marqués en pareille occasion que dans ses 338 rencontres disputées en carrière avant d’amorcer la campagne 2009-2010.

 Alors qu’il vivait pleinement cette saison de rêve, Metropolit se préparait pour les séries éliminatoires lorsqu’il a été frappé de malchance vers la fin de la saison. Le vétéran joueur de centre s’est disloqué l’épaule gauche contre les Devils le 27 mars et a immédiatement amorcé sa guérison, dans l’espoir de chausser les patins de nouveau avant la fin de la campagne.

Au même moment où plusieurs croyaient que Metropolit serait sur la touche pour une durée de 6 à 8 semaines et probablement pour le reste de la saison, lui avait une toute autre idée en tête. Après seulement trois semaines à l’écart il était de retour sur patins, forçant son entraîneur à le réintégrer dans la formation contre les Capitals. Après avoir échoué en quatre tentatives pour atteindre la deuxième ronde des séries, Metropolit a aidé le Tricolore à se rendre en troisième ronde ce printemps.

De retour dans une situation familière avec la possibilité de tester le marché des joueurs autonomes à partir du 1er juillet, Metropolit pourrait bien amorcer la prochaine saison sous d’autres cieux. Par contre, Montréal étant son septième arrêt dans la LNH, Metro serait plus qu’heureux de pouvoir continuer d’appeler le Centre Bell, sa « maison ».

Manny Almela écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

Voir aussi :
Votez pour le joueur le plus utile
L’année en revue – Roman Hamrlik 
L’année en revue – Benoit Pouliot 
L'année en revue - Dominic Moore 
L'année en revue – Josh Gorges 
L’année en revue – Marc-André Bergeron
En voir plus