Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

La rouille? Quelle rouille?

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Avec un alignement composé en grande majorité de vétérans qui en étaient à une première partie préparatoire jeudi soir, le Tricolore ne semblait pas trop rouillé face à l’Avalanche.



Alors que Michel Therrien a décidé de voir ce que les jeunes de l’organisation avaient dans le ventre mardi face aux Bruins, ce fut un tout autre scénario jeudi face à l’équipe de Patrick Roy alors que 16 vétérans ont effectué leur entrée en scène au Centre Bell. Malgré un début de rencontre plutôt tranquille, tirant de l’arrière après 20 minutes de jeu, l’équipe locale a graduellement retrouvé ses jambes plus la rencontre progressait, mettant éventuellement la main sur ce duel divertissant par la marque de 3 à 2 en prolongation.

Revoyez le but gagnant de Galchenyuk
« J’ai aimé comment l’équipe s’est comportée ce soir. On jouait contre une très bonne équipe avec deux trios très explosifs. L’Avalanche avait utilisé un bon alignement ce soir et c’était tout un défi », mentionne l’entraîneur-chef Michel Therrien au terme de la deuxième victoire de son équipe cette semaine. « Durant les deux premières périodes on n’a pas accordé beaucoup de choses. On a bien fait ça. On leur mettait de la pression et on était dur à jouer contre. Les joueurs sont venus travailler. Même si c’était un match présaison, on a démontré beaucoup de leadership. »

Marque de commerce du Tricolore, l’avantage numérique a mené la charge, alors que deux des buts des Canadiens ont été réussis avec l’avantage d’un homme. Comme à son habitude, P.K. Subban a mené le bal pour les siens, reprenant là où il avait laissé au printemps en préparant le but de Max Pacioretty en deuxième période, avant de lui-même ramener les deux équipes à la case départ avec un boulet en fin de deuxième engagement.

Si tout semblait facile pour Subban, le principal intéressé admet que même si tout ne clique pas encore à 100 % sur la glace, il faut continuer à avancer afin de créer de la chimie avec ses coéquipiers, nouveaux autant qu’anciens.

« Ce n’est pas facile lorsque vous n’avez pas joué depuis quelques mois de vous remettre dedans immédiatement. Vous devez simplement tourner la page et vous préparer pour le prochain match », mentionne P.K. Subban, qui en plus de récolter trois points face à l’Avalanche, a passé presque 30 minutes sur la patinoire à sa première sortie en septembre. « L’intensité était bonne du côté des deux équipes. Au bout du compte, bon comme mauvais, c’est encore un match hors-concours. Ce ne sont que des entraînements avant que la saison ne commence réellement. »

Un de ses nouveaux coéquipiers qui effectuait son baptême non-officiel était Pierre-Alexandre Parenteau, qui a connu une soirée assez occupée jeudi aux côtés de David Desharnais et Max Pacioretty. Son trio ayant fait la pluie et le beau temps lors des matchs intra-équipe depuis le début du camp, l’attaquant québécois s’est quand même bien débrouillé dans toutes les situations où il a été utilisé. Il a peut-être terminé sa soirée avec un différentiel de moins-2, mais Parenteau voulait avant tout s’ajuster aux habitudes de ses nouveau compagnons, qui évoluent pour la majorité ensemble depuis quelques saisons.

« Je n’étais pas si pire rouillé pour une première partie préparatoire. Il y a encore quelques ajustements à faire, dont sur l’avantage numérique. Mais les choses regardent bien. On a bien bougé la rondelle, surtout dans les deux ou trois premières supériorités. À 5 contre 5 on a bien travaillé. Je suis content du match dans l’ensemble », indique l’attaquant de 31 ans, qui était sur la patinoire lors des deux buts des siens inscrits en supériorité. « C’était bizarre comme match ce soir parce qu’il y avait beaucoup de choses qui se passaient aujourd’hui. Premier match au Centre Bell et c’était contre tous mes anciens chums. C’est sûr que tu veux bien faire. Je suis content qu’il soit maintenant derrière moi. C’est le temps de passer aux choses sérieuses. »

Dans quelques heures, les deux équipes se retrouveront de nouveau, cette fois sur la glace du Colisée Pepsi de Québec. Alors que l’Avalanche a déjà annoncé qu’il allait cette fois faire appel à un peu plus de vétérans, Michel Therrien n’a pas encore annoncé ses couleurs quant à son alignement qu’il utilisera dans la vieille capitale. Si on se fie au rythme de la rencontre de jeudi qui a donné droit à plusieurs belles séquences, les spectateurs qui seront présents vendredi auront droit à tout un spectacle.

« Plus le match progressait, plus l’intensité augmentait et plus les esprits s’échauffaient. C’est exactement ce que vous souhaitez voir maintenant », raconte Max Pacioretty, qui a mené les siens avec 6 tirs durant la partie. « Vous ne voulez pas vider votre réservoir trop rapidement, mais vous voulez avoir des luttes typiques de la LNH. Je crois que nous avons eu droit à ça ce soir, surtout en fin de rencontre. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Le jeu des chiffres - 25 septembre 2014
Preuves à l'appui

En voir plus