Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Amour et admiration

La mère d'Andrew Shaw, Darlene, a toujours été une vraie de vraie «hockey mom»

par Matt Cudzinowski, traduit par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

MONTRÉAL - Enfant, Andrew Shaw a eu la chance d'avoir une des «hockey mom» la plus active qui soit.

Darlene ne s'est pas contentée d'aller reconduire le futur double champion de la coupe Stanley à ses entraînements et ses matchs à Belleville, en Ontario, et de le regarder des estrades. En fait, elle a elle-même enfilé les patins pour aller travailler à ses côtés.

«J'ai été l'entraîneuse d'Andrew et de son jeune frère, Jason, avec leur première équipe de hockey récréatif, Tyke Selects (Novice mineur AA), lorsqu'ils avaient six ou sept ans. Ils faisaient partie des Bobcats. Je me suis dit que je pouvais essayer ça. Je n'étais pas la meilleure patineuse, mais je me suis toujours assurée d'avoir les meilleures personnes autour de moi», a dit Mme Shaw, qui aime le hockey depuis son enfance, alors que son père l'emmenait voir des matchs de hockey junior et qu'elle était aussi une joueuse de ballon-balai assidue.

«J'ai pris beaucoup de décisions difficiles derrière le banc, comme d'envoyer tel ou tel joueur sur la glace. Mais pendant les entraînements, j'ai appris en même temps que les enfants. Je faisais venir des entraîneurs de patinage et d'habiletés. Ce n'était pas seulement pour mes gars, mais pour toute l'équipe», a ajouté Mme Shaw, qui a aussi fait le plein de connaissances en matière de hockey avec l'aide de son mari Doug, entraîneur de longue date dans leur région.

Encore aujourd'hui, Darlene est tout aussi impliquée dans la carrière d'Andrew, et ce, malgré la distance, évidemment. Elle incarne la définition de «fan finie», conduisant souvent les quatre heures de route pour aller à Montréal, en compagnie de Doug, pour voir jouer Andrew. Voir son fils devenir l'un des attaquants avec le plus de cran de la Ligue et avoir autant de succès, ce sera toujours une grande source de fierté pour cette mère de quatre enfants.

«C'est très gratifiant, croyez-moi. Tu es là et tu regardes, que ce soit en personne au Centre Bell ou à la télévision. Ton cœur bat tellement fort. Tu peux être la seule personne dans la pièce, ça ne change rien. J'adore le hockey, j'aime le regarder. C'est excitant. Il amorcera sa septième année et on dirait que les six premières années se sont envolées rapidement. Ça semble surréel», a dit Mme Shaw, une commis comptable à la retraite.

Les accomplissements de son fils continuent peut-être de faire sourire Darlene, mais l'admiration qu'Andrew a pour sa mère dépasse les limites de l'imagination. En octobre 2012, Darlene a reçu un diagnostic de cancer du sein qui a nécessité une mastectomie. Deux tumeurs et une troisième masse ont été retirées durant l'opération. À l'époque, elle avait insisté pour qu'Andrew reste avec le club-école des Blackhawks de Chicago dans la LAH, à Rockford en Illinois, mais il est rapidement retourné à la maison pour passer une semaine et demie avec elle et le reste de la famille après qu'ils eurent appris la nouvelle.

Heureusement, les choses se sont bien déroulées. La chirurgie a révélé qu'il n'y avait pas de métastases et que les ganglions lymphatiques étaient en parfait état. Cela voulait donc dire que le cancer était non invasif. Son médecin a confirmé qu'aucun autre traitement ne serait requis, autre que de prendre des médicaments sur une base quotidienne pendant 10 ans et d'avoir un suivi aux six mois.

«On se doit de l'admirer. Elle veut que qu'on continue à vivre nos vies. Elle ne veut pas qu'on voie ce qu'elle doit subir. Elle fonce là-dedans. Mais, on est là pour l'aider, l'attraper si elle chute et l'encourager si elle a une mauvaise journée. Elle a été bonne durant tout le processus, a dit Shaw sur la bataille contre le cancer de Darlene et le rétablissement qui s'en est suivi.

«On apprend de ça, on en sort tous grandis et la famille devient plus forte, plus soudée. Ma mère n'a jamais voulu qu'on rate quoi que ce soit. Elle ne voulait pas qu'on ait de la pitié pour elle. Elle voulait juste qu'on profite de nos vies et elle allait faire de même», a poursuivi Shaw, un fervent supporteur de la campagne annuelle «Le hockey contre le cancer» de la LNH.

Selon le numéro 65 des Canadiens, Darlene est passée de la parole aux actes, profitant de sa retraite pour passer du temps de qualité avec ses enfants dès que possible et en étant aussi une grand-maman gâteau.

Avec tout ce que sa mère a dû traverser au cours des dernières années, Andrew ne pourrait être plus heureux de la voir aller si bien.

«Elle est partie voir mon frère jouer pour l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario. Elle est toujours chez ma sœur pour l'aider avec son petit-fils William. Elle va aussi à Chicago visiter mon frère aîné Josh. Elle est là pour supporter tous ses enfants contre vents et marées. C'est ce que font les mamans, a mentionné Shaw.

«Les "Hockey moms" sont les meilleures mères. Elles savent ce que ça prend pour mener leurs enfants à bon port. Je n'aurais pas pu y arriver sans elle. Je lui en dois beaucoup.»

En voir plus