Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

La maison, c'est ici

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Tomas Plekanec n’est pas près de quitter Montréal.

L’attaquant tchèque s’est entendu avec le Tricolore vendredi sur les termes d’une prolongation de contrat de deux ans, repoussant ainsi son autonomie complète à la fin de la saison 2017-2018.

« Je n’aurais pas eu de problème à disputer toute la saison avant que ça se règle. J’ai déjà été dans cette situation auparavant, mais je suis très heureux du dénouement. Je sais que je reste à Montréal pour deux autres années », a affirmé Plekanec, l’un des neuf joueurs à avoir foulé la glace à Brossard pour l’entraînement facultatif de vendredi matin, après l’annonce de la nouvelle entene. « Il n’y a pas de meilleur endroit pour gagner la coupe Stanley qu’à Montréal. Je suis ici depuis le début de ma carrière et avec l’équipe qui est en train de se bâtir, je crois que nous avons une chance dans les prochaines années. Je suis très heureux et j’espère que nous y arriverons. »

Choix de troisième ronde en 2001, Plekanec en est à sa 11e saison dans l’uniforme tricolore, ce qui fait de lui le deuxième joueur le plus expérimenté dans le vestiaire montréalais, derrière Andrei Markov. Celui qui a récolté son 500e point dans la LNH samedi dernier face aux Bruins de Boston a toujours eu la réputation d’un joueur à l’éthique de travail irréprochable, une affirmation que l’entraîneur et ses coéquipiers peuvent confirmer avec certitude.

« Il a grandi dans l’organisation, il a fait son chemin. Il prend toujours soin de lui et c’est un vrai professionnel », de souligner Michel Therrien, qui aussi vanté les qualités de leader de son joueur de centre. « Tu as toujours besoin de vrais vétérans, de bons leaders pour montrer aux jeunes c’est quoi être un professionnel. Nous, les entraîneurs, on peut le dire et leur montrer le chemin, mais ça leur prend aussi des exemples, et Plekanec en est un bon. »

Même son de cloche du côté du capitaine, qui partage le même vestiaire que Plekanec depuis ses débuts dans la Ligue en 2008-2009.

« Il mène par l’exemple. C’est un professionnel, il se présente à chaque jour. Il fait tout ce qu’il doit faire pour être à son meilleur. C’est quelque chose que j’ai remarqué de lui dès le premier jour où je l’ai vu. C’est pourquoi il connait autant de succès», d’expliquer Max Pacioretty à propos de son assistant-capitaine. « C’est l’attaquant le plus important pour notre équipe. Il prend beaucoup de minutes, mais en même temps il met des points au tableau. »

Car au-delà de son rôle dans le vestiaire, le Tchèque de 32 ans contribue aussi beaucoup sur la glace. Utilisé à toutes les sauces par Michel Therrien, Plekanec excelle dans toutes les phases du jeu.

« C’est un joueur très polyvalent. Il remplit plusieurs rôles. Il peut jouer contre les meilleurs trios, il gagne des mises au jeu et il est aussi très impliqué à l’attaque », de noter le pilote du Tricolore, qui n’hésite pas à l’employer autant pour les missions offensives que défensives. « Tu as besoin de ce genre de joueur dans ta formation. Il est très important au sein de notre équipe. »

Et même s’il compte entre autres sept saisons de vingt buts ou plus à son actif, Plekanec n’obtient pas toujours le mérite qui lui revient, selon le capitaine.

« Je suis heureux d’être ici pour parler de lui parce que c’est un jour spécial pour lui et c’est très mérité. Des fois, il n’obtient pas toute la reconnaissance qu’il mérite à l’extérieur de la chambre, et c’est pourquoi il est respecté dans le vestiaire. Il n’a pas besoin de cette reconnaissance », d’ajouter Pacioretty, qui s’est fait complice sur deux des quatre filets de Plekanec depuis le début de la saison. « Tout le monde dans ce vestiaire sait à quel point il est important pour cette équipe.»

Une des raisons qui explique les succès et surtout la constance de Plekanec est certainement son état de santé, qui ne l’a forcé à manquer seulement 12 rencontres depuis la saison 2006-2007. S’il reconnait travailler très fort pour rester en forme et se protéger des blessures, il avoue aussi avoir profité de la chance au fil des années.

« J’ai été très chanceux de ne pas m’être blessé sérieusement. Je souhaite que ça continue ainsi », de conclure Plekanec, qui voit devenir bien réelle la possibilité de jouer pour la même équipe durant toute sa carrière. « Nous allons prendre une étape à la fois et nous verrons dans deux ans. Si c’est le cas, je serai l’homme le plus heureux. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI

Prolongation de contrat de deux ans pour Tomas Plekanec
Les Blue Shirts ont vu blanc

Le jeu des chiffres - 15 octobre 2015

Inauguration de la Place des Canadiens dans la Cour Rio Tinto
 

En voir plus