Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Komo, le métronome

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTREAL –  Il a été absent 16 matchs? Vraiment? À voir aller Mike Komisarek tout au long de la rencontre, les Flyers avaient non seulement le visage tout le temps dans la baie vitrée, ils avaient également un gros point d’interrogation dans le front.


Tenu à l’écart du jeu depuis le 13 novembre, Komisarek n’avait aucune l’intention de laisser paraître qu’il n’avait pas vu d’action en cinq semaines.

« La façon que notre défensive a joué dernièrement, je savais que je devais bien joué pour être au même niveau que les autres », a indiqué Komisarek. « Josh, Bou, tout le monde a élevé son jeu d’un cran. Tout le monde a fait sa part ce soir et nous avons démontré ce que nous pouvons faire lorsque nous travaillons fort. »

Le roi en titre au chapitre des tirs bloqués dans la LNH, Komisarek n’a pas semblé avoir manqué une mesure durant son séjour prolongé sur la liste des blessées, bloquant six tirs des Flyers en plus distribuer trois mises en échec et de nettoyer le devant du filet de Jaroslav Halak.

« J’étais inquiet de voir comment j’allais me sentir pour les premières présences, mais je me sentais bien, vraiment bien », a confié Komisarek. « Je dois lever mon chapeau à Scotty Livingston et le reste du personnel qui m’ont permis de me remettre sur pied aussi rapidement. Je courrais ou je fais du vélo tout ce temps. Je crois que je n’ai pris que deux jours de congé au cours des cinq dernières semaines. »

Bien qu’il ait apprécié sa présence à ses côtés derrière le banc pendant quelques matchs, le pilote du Tricolore Guy Carbonneau était encore plus heureux de voir le numéro 8 devant lui et pouvoir l’envoyer dans le feu de l’action contre les meilleurs éléments des Flyers.

« Je l’aime mieux sur la glace que derrière le banc », a admis Carbonneau, tout sourire. « Mike est un gars qui prend extrêmement soin de lui. Il a pris tous les moyens pour revenir au jeu le plus vite possible. Il est le genre de joueur qui peut rater un ou deux mois de compétition et c’est comme s’il n’avait rien manqué. »

À preuve, Komisarek a passé 22 minutes 41 secondes sur la patinoire, le deuxième plus haut total chez les Canadiens, n’étant devancé que par son partenaire à la ligne bleue Andrei Markov.

« D’avoir un joueur comme Mike est important pour toutes les équipes », a poursuivi Carbonneau. « Ce n’est pas seulement la possibilité de jeter les gants, mais l’aspect robustesse dans les coins, devant le filet. Il y a trois ans, il tentait de frapper les joueurs très solidement et il se mettait dans le trouble. Il est maintenant beaucoup plus calme sur la glace, il est aussi agressif, mais il ne se fait jamais prendre hors de position. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
De la bouche de l'ennemi - 18 déc. 2008
Le jeu des chiffres - 18 déc. 2008 
L'attaque se réveille 
En voir plus