Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Koivu et Montréal: Une histoire d'amour sincère

Saku Koivu était de retour en ville cette semaine, et il a visiblement savouré chaque moment de son séjour

par Matt Cudzinowski. Traduit par Visionnaire Communications. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Cinq ans après que les Canadiens aient rendu hommage à son illustre carrière, Saku Koivu a eu droit à un retour triomphal au Centre Bell, mardi soir.

Un des 11 capitaines à la retraite qui invités dans le cadre de la Réunion des capitaines, le Finlandais de 45 ans a été accueilli à bras ouverts, alors qu'on l'a chaudement applaudi au moment où on l'a présenté.

Il s'agissait d'un moment spécial pour un joueur qui a fièrement porté le 'C' pendant 10 saisons avec le Tricolore. Le seul autre joueur dans l'histoire du club qui a agi comme capitaine aussi longtemps que lui est Jean Béliveau, membre du Temple de la renommée, qui a lui aussi occupé le poste pendant 10 saisons.

Il ne fait aucun doute que les Montréalais aiment encore Koivu, et celui-ci leur rend bien. C'est là quelque chose qui ne changera jamais.

« Ce retour en ville, le fait de voir les partisans et les gens dans la rue, de mesurer leur passion, de constater la façon dont ils parlent et ce qu'ils ressentent pour cette équipe, je trouve que c'est remarquable », a déclaré Koivu avant de regarder son ancien club décrocher une victoire de 4-2 contre les Islanders de New York. « J'ai toujours dit que ce n'est pas l'endroit le plus facile où jouer, mais je souhaiterais que tous les joueurs de la LNH vivent l'expérience de jouer à Montréal le temps d'une journée ou d'une semaine. Ils ressentiraient la fébrilité, ils verraient la différence. Je ne pense pas qu'on puisse recréer le même niveau d'intensité ailleurs. »

Ce retour aux sources a permis à Koivu de ressasser de vieux souvenirs, et le fait de voir autant de visages familiers l'a fait sourire à maintes reprises.

L'occasion de renouer avec d'anciens coéquipiers a rendu ces festivités du 110e anniversaire de la fondation du club encore plus extraordinaires.

« En entrant dans la salle et en regardant tout autour, en voyant tous ces grands noms et ces membres du Temple de la renommée, tu sentais vraiment l'histoire et les années qu'il y a derrière. Puis tu regardes les photos sur les murs, ça m'a permis de réaliser à nouveau quel endroit spécial c'est, et quel genre de réalisation c'était d'être capitaine ici, a souligné Koivu. Tu sentais l'histoire dans la salle, d'une certaine façon. C'était plaisant. Il y a plusieurs joueurs que je n'avais pas vus depuis très longtemps. Mike Keane, mon premier capitaine, Pierre [Turgeon], Vincent [Damphousse], et j'ai pu prendre des nouvelles et voir où tout le monde en est maintenant, où ils vivent. C'était bien. »

Video: NYI@MTL: Le Tricolore honore ses anciens capitaines

Étant donné qu'il y a beaucoup de contenu finlandais au sein de la formation montréalaise en ce moment, Koivu n'a pas à chercher bien loin pour trouver des éléments d'intérêts qui l'amènent à suivre l'équipe de l'autre côté de l'Atlantique.

Il va sans dire que le vétéran de 1124 matchs dans la LNH avec Montréal et Anaheim est un héros aux yeux de ses compatriotes Joel Armia, Artturi Lehkonen et Jesperi Kotkaniemi en plus du plus récent rappel Otto Leskinen.

« En tant que Finlandais, ça me rend fier de voir tous ces joueurs ici en ce moment, et de les voir bien faire. Évidemment, le fait qu'Artturi soit originaire de ma ville [Turku], je le vois tous les étés quand il s'entraîne. Il patine avec mon frère [le capitaine du Wild du Minnesota Mikko Koivu], alors parfois je me déplace pour assister à leur entraînement, a indiqué Koivu. En Finlande, nous faisons de toute évidence quelque chose de bien. Il y a bien des jeunes qui montent les échelons et qui sont prêts à faire le saut à l'âge de 18 ans. C'est plutôt remarquable. »

Tout aussi étonnant, c'est le fait que deux décennies se sont écoulées, déjà, depuis que Koivu a été nommé 27e capitaine du club. C'était le 30 septembre 1999.

Même si beaucoup de temps s'est écoulé depuis, il se souvient encore des paroles de sagesse qui lui ont été transmises quand son mandat au poste de capitaine a commencé.

« Je pense que tout le monde doit le vivre et le ressentir à sa façon. En parlant avec plusieurs joueurs qui avaient joué ici avant, le message, c'était toujours d'être soi-même. On me disait qu'il y avait une raison pour laquelle on m'avait choisi pour être capitaine, et qu'il ne fallait pas changer qui j'étais, s'est souvenu Koivu. Comme nous le savons tous, quand une équipe connaît une séquence gagnante, ça ne se résume pas à un seul joueur. C'est la même chose quand une équipe ne va pas bien, tu ne peux pas tout prendre sur tes seules épaules et porter tout le fardeau. Il s'agit surtout d'être honnête, de ne pas essayer d'être quelqu'un que tu n'es pas. »

Koivu a clairement eu droit à de bons conseils, et ça l'a aidé à obtenir le respect et la reconnaissance de ses pairs - et aussi des partisans - au fil des saisons qu'il a passées à Montréal.

Crédit photo: Olivier Samson Arcand

En voir plus