Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

King: « Je n'aurais pas pu imaginer la journée que j'allais vivre »

Michael King, originaire de North Bay n'oubliera jamais sa première expérience au Centre Bell

par Matt Cudzinowski. Traduit par Pierre-Antoine Mercier. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Vous vous souvenez de l'impressionnante victoire samedi dernier contre les Maple Leafs? C'était assez spécial, non?

Disons simplement que ce fut une soirée très spéciale aussi pour Michael King, résident de North Bay en Ontario, et son beau-père, Robert Mantha, deux partisans de longue date des Canadiens qui ont fait le trajet de six heures pour assister à leur tout premier match au Centre Bell.

Ils ne se doutaient pas lorsqu'ils ont amorcé leur voyage à Montréal que l'expérience «enrichirait» leur vie de plus d'une façon.

Lors du deuxième entracte, King a acheté un billet 50/50 à un bénévole de la Fondation des Canadiens pour l'enfance dans la section 121. Il s'agissait finalement du billet gagnant.

Le gros lot de 117 300$ était d'ailleurs un sommet cette saison, ce qui signifie que King est retourné chez lui avec la modique somme de 58 650$.

« Lorsque j'ai vu les chiffres, je n'avais aucune idée du montant. C'était comme la cerise sur le sundae pour terminer un week-end incroyable », a dit King, professeur de physique à l'école secondaire catholique St. Joseph-Scollard Hall.

Cependant, il n'y avait aucune chance que King, âgé de 50 ans, garde tout cet argent pour lui.

Le plan a été de séparer le lot en quatre parties entre lui, son beau-père et deux de ses amis qui étaient présents au match, Dean Evans et son fils, Logan. Ils sont tous repartis avec la somme de 14 662,50 $.

Évidemment, ce fut incroyable pour King de remporter la loterie 50/50 présentée par itravel2000.com, tout comme le temps de qualité qu'il a passé avec Mantha.

Ce fut un voyage important avec beaucoup de signification pour eux.

« J'ai demandé à mon beau-père de venir au match, car mon père est décédé il y a quatre ans et le match était le même jour que le quatrième anniversaire des funérailles de mon père », a révélé King. « J'ai réalisé que j'avais manqué de temps avec mon père alors je ne voulais pas manquer la même occasion avec mon beau-père. »

King avait déjà prévu de venir à Montréal pour un tournoi de hockey féminin. Il est assistant entraîneur pour le Ice Boltz de North Bay au niveau Midget B.

Lorsqu'il a vu que les Canadiens affrontaient leurs éternels rivaux lors du même week-end, il a insisté pour que Robert l'accompagne afin de réaliser une première.

« Je voulais créer un voyage mémorable pour mon beau-père. On a effectué la visite du Centre Bell vendredi. J'ai des photos de lui avec Youppi! et dans le salon des Anciens. Ce fut magique », a mentionné King, qui a également procuré à Robert un chandail d'Henri Richard à la boutique Tricolore Sports pour l'occasion. « J'avais tout préparé pour lui. C'était son idole lorsqu'il était jeune. Même s'il est plus jeune, il a toujours aimé Henri et j'ai plusieurs photos de lui avec des articles d'Henri. Il n'y a pas de mots pour décrire le moment que j'ai vécu avec les trois gars. C'était incroyable. »

King a encore du mal à réaliser tout ce qui s'est produit dans notre merveilleuse ville.

Il était complètement dépassé par la façon dont les choses se sont déroulées, autant sur la glace et qu'en dehors.

« Je n'aurais pas pu imaginer la journée que j'allais vivre. Tout s'est déroulé tellement vite. Selon moi, l'esprit de mon père était avec nous ce soir-là », a dit King. « Et mon beau-père a vu Montréal l'emporter en prolongation contre Toronto. C'est inestimable. Il était tellement heureux. J'ai eu la chance de le ramener à son enfance. J'ai hâte de revivre ce genre de moment. »

Lorsqu'il fut le temps de parcourir les 550 km en direction de North Bay, King a réfléchi à son voyage.

Et il s'est vite rendu compte que sa victoire au 50/50 signifiait beaucoup.

« J'ai finalement appris une leçon que mon père a tenté de m'enseigner toute ma vie: soyez gentils avec les gens qui vous sont chers », a expliqué King. « Tu n'achètes pas un billet 50/50 parce que tu vas gagner, c'est plutôt ce que tu vas faire avec cet argent. C'est important de donner. J'ai participé au 50/50, car je savais que je pouvais faire une différence. C'est la principale raison. »

En parlant du 50/50

La loterie du 50/50, qui a célébré son cinquième anniversaire au début du mois, est rapidement devenue une activité de collecte de fonds importante lors des soirs de match.

La moitié du montant récolté est réinvesti dans la communauté, contribuant ainsi à financer les programmes de la Fondation au profit des jeunes défavorisés.

Les sommes totalisent 14,6 millions de dollars au fil des ans, avec une moyenne de 50 660$ par match. Le record de tous les temps est de 125 610$ le 9 février 2019 contre les Maple Leafs.

Watch: Youtube Video

Plus de 40 000 heures de bénévolat ont été enregistrées par les vendeurs de billets, distribuant environ 11,7 millions de billets à ce jour.

Les billets sont vendus à partir du moment où les portes s'ouvrent jusqu'à la fin du deuxième entracte. Le montant du gros lot apparaît sur le tableau de bord, sur les écrans de l'amphithéâtre et sur les tablettes du vendeur en temps réel. Un tirage au sort a lieu pendant la 3e période de chaque match pour sélectionner le vainqueur.

Pour en savoir plus sur la loterie 50/50 présentée par itravel2000.com, cliquez ici.

En voir plus